Flash

BAN2

 

*‘’Termes de Références du Forum sur la cohésion et l’unité nationales. La Ministre près le Président de la République a expliqué aux membres du Gouvernement les enjeux de cette initiative dont l’objectif principal vise à organiser des assises qui vont circonscrire l’état des lieux actuel de la cohésion et de l’unité nationale afin de trouver des stratégies efficaces de conscientisation et de renforcement du vouloir vivre ensemble. La cohésion et l’unité nationale constituent le nouveau leitmotiv, du Chef de l’Etat dans le souci de construire un pays fort, prospère, solidaire et uni où le vivre-ensemble sera une réalité malgré la diversité qui, au demeurant, constitue une force.  Il sera donc question de mettre sur table les problèmes qui rongent la cohésion et l’unité nationales, d’assurer une large représentativité des parties prenantes, d’adopter une approche transparente, de compréhension partagée des enjeux, et de renforcer les capacités des notables et des leaders d’opinions. Après débat et délibérations, ce dossier a été adopté’’.Tel est l’extrait du compte rendu du Conseil des Ministres du 5 octobre dernier dont le contenu a été perçu comme une réponse à l’appel du Centre, le Regroupement Politique de Germain Kambinga Katomba, qui, depuis le 12 juillet 2021, demandait au Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, d’organiser un Forum de vérité et de réconciliation nationale. Même si à quelques exceptions près, les termes utilisés paraissent en quelque sorte  différents mais, il n’en demeure pas moins vrai  qu’ils traduisent la même réalité,  le même fond,  la même finalité et, donc, la même préoccupation, celle de rechercher la cohésion, l’unité, la paix durable, dans un élan de sursaut patriotique en RD. Congo.

Déjà, dans cet appel-là, Germain Kambinga Katomba en donnait le sens et toute la portée historique.  Il parlait, en effet, d’un impératif. Ainsi que d’une exigence de moralité publique consistant à unir pour mieux bâtir ensemble une nouvelle République fondée sur les valeurs de solidarité et d’unité.

‘’Réconcilier les congolais, Monsieur le Président de la République, sera sans doute le plus bel héritage que vous aurez laissé à cette belle nation et à la postérité lorsque vous aurez pris congé de vos charges’’, insistait-il, ce jour-là, ce  lundi 12 juillet 2021, M.  Germain Kambinga Katomba, Président National   du  Centre, en marge d’une conférence de presse qu’il avait, lui-même,  animée à la Gombe.

Concrètement, en termes     d’un ‘’impératif catégorique auquel notre pays n’a plus ni le temps,  ni les moyens de se soustraire, au risque d’imploser définitivement’’.  bien plus, il rappelait que     discours d’investiture, tel que  prononcé sur le perron du  Palais de la Nation,   le 24 janvier 2019, le Président de la République Démocratique du Congo SE Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO  déclarait : « Nous ferons de la réconciliation nationale,  l’une des  nos priorités. Nous sommes convaincus de l’urgence de mettre en place rapidement une véritable procédure d’écoute et de dialogue dans l’ensemble du pays en prélude à un Forum de réconciliation qui réunira toutes nos forces vives ».   

Le Centre, la force de proposition

Le sens de la démarche du CENTRE, expliquait-il,  n’était  pas celui de s’ériger en donneur de leçons mais bien celui d’un groupe politique qui, fidèle à sa vision,  se veut être une force de proposition constructive pour la RDC.  

Le Centre constatait, malheureusement,     qu’avec la  montée exponentielle  de   dérives  particulièrement inquiétante   de notre pays et dans notre pays qui, si l’on n’y prend garde, précipiterait  la République Démocratique du Congo dans un abîme dont il ne saurait   se relever avant de nombreuses années.  Voilà pourquoi,  plus de deux ans après le changement intervenu au sommet de l’Etat, la RD. Congo  a plus que jamais     besoin de ce   ‘’Forum de vérité et de réconciliation nationale’’.  

Cet Appel au sursaut patriotique du Centre  dont l’adoption, par le Gouvernement, des termes de référence sur le Forum sur la cohésion et l’unité nationale constitue, à la fois, une initiative encourageante ainsi qu’une volonté manifeste d’ouverture de l’espace politique à la recherche d’un consensus, le vrai alors, sur toutes les questions politiques susceptibles d’engendrer des dissensions  inutiles  là, normalement, il  fallait bien  privilégier l’intérêt supérieur de la nation.

Il est plus que temps et urgent de se parler !

Face à toutes ces dérives enregistrées sur la scène politique, Le Centre en appelle, pour ce faire,  à un sursaut patriotique de tous les fils et de toutes les filles de la RDC.

‘’Il est temps que nous mettions de côté nos intérêts égoïstes et que nous travaillions à l’harmonie de notre Nation, car un pays sans harmonie ne peut prospérer dans quelque domaine que ce soit.  Notre pays a besoin d’une action immédiate de ses fils et filles, de tous ses fils et filles. Nous n’avons pas besoin de ses pas en arrière, mais plutôt des pas en avant !  Nous n’avons pas besoin de retourner vers les ruines hideuses et difformes de notre passé pas si lointain ! Nous devons tous marcher du même pas et du même cœur, pour la construction d’une RDC rayonnante pour l’avenir. 

Nécessité de se regarder en face 

Voilà pourquoi, nous devons prendre le courage de nous regarder en face et de reconnaître que les raisons qui servent de terreau fertile à cette haine grandissante sont connues. Mettre la poussière sous le tapis ne rend pas la maison propre !  Ne savons-nous pas que de nombreux conflits communautaires minent la paix dans nos entités décentralisées ?, s’interroge-t-il,  dans l’Appel du Centre qui  mérite bien d’être lu et relu aujourd’hui plus qu’hier, pour en cerner la quintessence de ses principales  articulations.   

LPM

L’Appel du Centre

 

Il est plus que temps et urgent de se parler !

Congolais du nord, Congolais du sud, congolais de l’Est, congolais de l‘Ouest, Congolais du Centre, Congolais de la diaspora, congolais d’adoption, Chers compatriotes !

Dans son discours d’investiture prononcé,  le 24 janvier 2019, Le Président de la République Démocratique du Congo SE Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO déclarait : « Nous ferons de la réconciliation nationale l’une de nos priorités. Nous sommes convaincus de l’urgence de mettre en place rapidement une véritable procédure d’écoute et de dialogue dans l’ensemble du pays en prélude à un Forum de réconciliation qui réunira toutes nos forces vives ».

Plus de deux ans après sa prise de fonction, notre pays a plus que jamais grand besoin de ce Forum de vérité et de réconciliation nationale. 

En effet, depuis quelques temps, depuis quelques mois, Le Centre constate une dérive particulièrement inquiétante de notre pays et dans notre pays qui, si on y prend garde, précipitera la République Démocratique du Congo dans un abîme duquel il risque de ne pas se relever avant de nombreuses années.

En écoutant les congolais et en scrutant les discours de la classe politique, on observe avec beaucoup de regret, de circonspection et même d’amertume le glissement de notre corps social vers la haine et la division.

La haine de l’autre du fait de son ethnie, la haine de l’autre du fait de son positionnement politique, la haine de l’autre du fait de ses origines, la division de notre pays pour le tirer vers les profondeurs abyssales du séparatisme, dans le seul but de voir échouer un camp sont devenus le mode de fonctionnement de la société congolaise.

En effet, Les forces centripètes organisées en société de cour autour du chef de l’Etat s’opposent aux forces centrifuges organisées tels des kamikazes politiques, tout cela bien entendu allant fondamentalement à l’encontre des réels intérêts de la République Démocratique du Congo. 

Comment comprendre que des compatriotes puissent exprimer leur souhait de voir la situation sanitaire liée à la pandémie de COVID-19 se détériorer et engendrer de nombreux morts parmi les congolais, si ce n’est le climat politique  de haine qui gangrène notre pays.

Comment comprendre que des congolais en arrivent à souhaiter la déroute et la défaite de nos forces armées à l’Est, s’ils ne sont pas motivés par la volonté haineuse d’étaler de façon radicale la suprématie de leur attachement politique à un camp plutôt qu’à un autre et cela au détriment de la cause nationale. Inacceptable !

Comment comprendre que certains compatriotes, leurs écrits sur les réseaux sociaux faisant foi, aient pu souhaiter que le bilan de l’éruption du volcan Nyiragongo  s’alourdisse, si ce n’est la volonté haineuse d’exprimer leur opposition au régime en place même de la façon la plus inhumaine .Nos valeurs ancestrales ne peuvent excuser cela !

Comment comprendre que pour des intérêts personnels, pour des intérêts purement politiques, notre société en soit arrivée à mettre le scellé sur les pensées intelligentes et prospectives, à privilégier le trafic du mensonge et le fanatisme ? Que l’on déverse désormais la haine dans l’espace public au détriment d’une vraie réflexion sur le devenir de notre chère Nation ?

Les digues républicaines et patriotiques ont cédé et la haine menace d’emporter avec elle l’unité et la cohésion nationale, ouvrant par-là même un boulevard pour les forces obscures qui n’espèrent que la balkanisation de ce géant africain qu’est la RDC.

Face à toutes ces dérives, Le Centre en appelle à un sursaut patriotique de tous les fils et de toutes les filles de la RDC. Il est temps que nous mettions de côté nos intérêts égoïstes et que nous travaillions à l’harmonie de notre Nation, car un pays sans harmonie ne peut prospérer dans quelque domaine que ce soit.

Notre pays a besoin d’une action immédiate de ses fils et filles, de tous ses fils et filles. Nous n’avons pas besoin de ses pas en arrière, mais plutôt des pas en avant !

Nous n’avons pas besoin de retourner vers les ruines hideuses et difformes de notre passé pas si lointain ! Nous devons tous marcher du même pas et du même cœur, pour la construction d’une RDC rayonnante pour l’avenir.

Voilà pourquoi, nous devons prendre le courage de nous regarder en face et de reconnaitre que les raisons qui servent de terreau fertile à cette haine grandissante sont connues. Mettre la poussière sous le tapis ne rend pas la maison propre !

Ne savons-nous pas que de nombreux conflits communautaires minent la paix dans nos entités décentralisées ?

Ne savons-nous pas que le tribalisme a pris des proportions inquiétantes et que, de par ce fait, les congolais se regardent en chien de faïence et sont prêts à en découdre ?

Ne savons-nous pas que les processus électoraux de 2006, 2011 et 2018 ont fortement clivé le corps social congolais ?

A ceux qui feignent de l’ignorer, je voudrais ici rappeler ces quelques faits saillants qui démontrent que notre pays est divisé, qu’il vit sous la menace sourde d’une implosion dont les effets hypothèqueront à jamais l’avenir de notre Nation. 

- qui de nous ne voit pas que les balubas, victimes de  l’absurdité de cette haine grandissante anti-luba, se réfugient dans un repli identitaire d’auto défense ? Qu’ils ne supportent plus, comme beaucoup de Congolais républicains et respectueux des institutions, le manque de respect, les propos outranciers et attentatoires à la légitimité ainsi qu’à l’autorité du Chef de l’Etat originaire de ce groupe sociologique ?

- qui de nous ne perçoit pas la colère des communautés de base du Kasaï qui supportent mal les critiques acerbes qui sont proférés à l’endroit de leurs fils et filles jetés en pâture lorsqu’ils sont nommés à des fonctions publiques, au mépris souvent de leurs compétences et de leurs aptitudes avérées ? Ou lorsque la première dame de la RDC, au mépris de nos traditions, est vilipendée par des inciviques à travers différents médias ? 

- qui parmi nous voudrait ignorer que les congolais du Bandundu province d’origine de monsieur Martin FAYULU MADIDI, dans une large majorité avec d’autres d’ailleurs, présent en RDC ou dans la diaspora, n’ont pas encore fait le deuil du processus électoral de 2018 et voient dans les prochaines échéances électorales l’occasion  de bien plus qu’une alternance mais bien d’une  vengeance ?

- qui franchement ne sait pas que la communauté Swahili est frustrée et se sent marginalisées, quand elle n’a pas l’impression d’un acharnement sur elle ?

- comment ne pas se poser la question de ce que ressentent les communautés de base du nord et du sud Kivu lorsqu’elles suivent l’actualité judiciaire en lien avec un des leurs, Monsieur VITAL KAMERHE ?

- comment ne pas se poser la question de ce que ressentent les communautés de base du Katanga face à la situation judiciaire de l’homme de Dieu, le Pasteur NGOY MULUNDA Daniel ou lorsqu’elles envisagent la possibilité que, par une gymnastique législative, un des leurs, Monsieur Moïse KATUMBI CHAPWE, soit privé de certains droits politiques ?

- voudrions-nous ignorer sérieusement que la situation judiciaire de Monsieur MATATA PONYO MAPON risque d’être considérée par les communautés de base du Maniema et du Kivu comme incompréhensible ? Bien que silencieuses en apparence, pensons-nous sincèrement qu’elles acceptent et approuvent cette situation ?

- voudrions nous sérieusement ignorer que la situation humiliante dans laquelle s’est retrouvée le Président de la République Honoraire de la RDC, SE JOSEPH KABILA, qui s’est vu arracher au travers d’un processus assez singulier sa majorité, et les actes inciviques et irrespectueux commis à longueur de journée contre Madame OLIVE LEMBE KABILA, ancienne première dame de la RDC dont la générosité se traduit par un activisme social de terrain, pourraient constituer aux yeux des communautés de base de véritables casus belli pour l’avenir ?

- Comment, en nos âmes et consciences, nous pouvons faire semblant d’oublier le traumatisme et la colère des Bangala  comme de beaucoup de congolais ? Eux qui, depuis 1997, n’ont pas encore fait le deuil de la chute brutale du régime de Mobutu et attendent toujours le rapatriement de sa dépouille ; eux qui n’ont pas encore digéré les résultats du processus électoral de 2006.

- Pouvons-nous réellement croire que les communautés de base de la grande Province de l’Equateur ne vivent pas avec une grande amertume la situation actuelle des droits politiques de Monsieur Jean-Pierre BEMBA qui, après avoir été innocenté par la CPI, se voit privé par des juridictions locales du droit de se présenter pour un mandat électif ?

-Jusqu’à quand allons-nous penser, sans conséquence, les frustrations sociales des Ne  Kongo. Ce peuple à l’identité culturelle forte et dont l’activisme identitaire et citoyen à la fois a servi de ferment à l’éclosion de la conscience nationale ayant conduit à l’indépendance de notre pays.

Nous avons voulu énumérer ici,  de façon non exhaustive,  quelques-unes  des raisons qui alimentent cette haine grandissante et qu’il conviendrait de juguler à travers un dialogue non pas des politiques pour un partage conclusif des postes mais des communautés de base d’abord et de l’ensemble des groupes sociaux dont les politiques,  ensuite.

Il est temps pour le Congo de sortir de la nation émotionnelle pour devenir cette nation rationnelle qui amorcera son décollage.

Ce dialogue doit aussi être l’occasion de débattre sans passions et sans faux semblant de notre échec collectif depuis 1960, s’agissant notamment,  de l’importante question du développement économique et social de notre pays.  Il devient de plus en plus inadmissible et intolérable que dans un pays si riche vive un peuple si pauvre !

C’est pourquoi, se référant à ce discours et à cet engagement de Monsieur le Président de la République, Le Centre appelle solennellement à la mise en place d’une Conférence de  vérité et réconciliation pour qu’ensemble,  les fils et filles de la RDC, avec le juste courage d’une unité nationale et en recherchant des valeurs morales anciennes mais précieuses, puissent travailler à la construction d’une vie nationale équilibrée et durable.

Excellence, Monsieur le Président de la République, il s’agit d’un impératif catégorique auquel notre pays n’a plus ni le temps,  ni les moyens de se soustraire, au risque d’imploser définitivement. Réconcilier les congolais, Monsieur le Président de la République, sera sans doute le plus bel héritage que vous aurez laissé à cette belle nation et à la postérité lorsque vous aurez pris congé de vos charges.    

Chers Compatriotes,

Le sens de la démarche du CENTRE n’est pas celui de s’ériger en donneur de leçons mais bien celui d’un groupe politique qui, fidèle à sa vision,  se veut être une force de proposition constructive pour la RDC.

Que dieu bénisse le Congo !

Le peuple est au centre !

Kinshasa le 12 juillet 2021

Germain Kambinga Katomba

Président  National        

Pin It

Statistiques

19027939
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
6076
12831
45106
18877916
292583
470413
19027939

Your IP: 2001:41d0:1004:284d::
2021-10-20 11:01

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg