Flash

BAN2

 

Il y a quelques semaines, les jeunes cadres de l’UDPS/Tshisekedi avaient dénoncé un dossier que ces derniers qualifient de ‘’scandale’’ au ministère de la Jeunesse, sur l’existence imaginaire d’un établissement public dénommé ‘’ Fonds de promotion de la Jeunesse’’. Dans le souci d’être remis dans leur droit, ces derniers demandent au ministre Yves Bunkulu les preuves réelles d’existence dudit établissement public, dont ils se réclament initiateurs de ce projet. Dans la foulée, ils exigent également au procureur Général près le conseil d’Etat, conformément à l’article 155 de la constitution, de faire appliquer la loi. Ci-dessous, la déclaration des jeunes cadres de l’UDPS/Tshisekedi.

Dans le souci d’accompagner, le Chef de l’Etat à la lutte acharnée contre le chômage des jeunes actuellement généralisé, nous avions initié un ambitieux projet de création d’un Etablissement public dénommé Fonds de promotion de la Jeunesse (FPJ), véritable levier intégrateur et autorité de régulation des problèmes d’emplois en RDC, capable de créer 15.000 emplois directs et 10.000 emplois indirects chaque mois avec innovation des taxes pour l’autonomie financière du FPJ.

Pour contourner tout plagiat, l’ambitieux projet synthétisé en 33 pages a été déposé en date du 15 juillet 2021 à travers les institutions concernées à savoir : le président de la République, le Président de la commission du PAJ du sénat , le Président de la commission du PAJ  de l’Assemblée Nationale, le Premier Ministre, le Ministre de Plan, le Ministre de l’emploi, Travail et Prévoyance sociale, le Ministre des Finances et la primeur du projet a été réservée au Ministre de la Jeunesse en qualité du Ministre de Tutelle avec lettre de transmission du projet demandant l’audience.

Etant jeunes cadres du parti Présidentiel, ledit projet a été conçu et présenté sous label du parti et déposé contre accusé de réception à tous les échelons depuis la cellule ‘’Willy Kamanda’’  jusque chez le Président ai, l’Honorable J.M Kabund. Apres un long moment d’attente sans suite, le Ministre va, à la veille de la journée internationale de la jeunesse soit le 13 août 2021, nous répondre par une lettre N°330/CAB/MIN/JE-INC-CN/JMM/MNB/2021 datant du 11 août 2021  nous informant qu’il existe déjà  un Etablissement publié dénommé Fonds spécial pour la promotion, l’Entreprenariat et l’Emplois des Jeunes sans faire allusion à la demande d’audience lui sollicitée pour explication de faisabilité.

Curieusement, après investigation sur terrain, l’on se rend compte que cet Etablissement publié n’existe pas tel que confirmé par le Ministre de la Jeunesse ;  sauf un décret datant du 15 novembre 2018 signé par l’ancien Premier Ministre Bruno Tshibala, contresigné par Guy Mikulu serait dans les archives comme projet laissé par le régime du PPRD comme si à l’UDPS/Tshisekedi, il n’y a pas de compétences sur le plan de droit des services publics, c’est la loi N°08/009 du 07 juillet 2008 portant dispositions générales applicables aux Etablissements publics qui règlemente cette matière.

Aux termes de cette loi, pour qu’un Etablissement Public existe comme le confirme le Ministre de la Jeunesse, il faut :

  1. Un décret du Premier Ministre délibéré en conseil des Ministres, alors qui le décret Tshibala est déjà, par manque d’application, obsolète et n’a jamais été accompagné d’une ordonnance du Président Honoraire Joseph Kabila.
  2. Une ordonnance du Président de la République conformément à l’article 81 point 5 de la constitution et aux articles 9 et 12 de la loi du 07 juillet 2008 nommant respectivement les mandataires du conseil d’administration et ceux de la Direction Générale.
  3. Un arrêté du Ministre de Tutelle portant mesures d’application. Même son propre arrêté n’existe pas aussi.
  4. Une adresse physique où bâtiment qui abute le siège social pour rendre effectif l’Etablissement public. Nulle part, il n’y a aucun lieu où cet Etablissement existe sur toute l’étendue de la RDC. A la lumière de tout ce qui vient d’être démontré, il s’observe, noir sur blanc que le Ministre de la Jeunesse a menti et n’a, ni qualité ni compétence de confirmer l’existence d’un tel Etablissement, matière relevant exclusivement de la compétence du conseil des Ministres et du Président de la République, Chef de l’Etat. Nous qui sommes géniteurs du projet de création du Fonds de Promotion de la Jeunesse, la lettre du Ministre Bunkulu nous adresser est un scandale et ne peut pas être admise dans un Etat de droit où tous sont soumis à la loi, car cette lettre ne reflète ni la vérité ni la justice.

Pour tirer les choses au clair, quelques questions centrales méritent d’être posées au Ministre de la Jeunesse :

  • Peut-il nous adresser là où il y a cet Etablissement public ?
  • Peut-il nous montrer l’ordonnance du Chef de l’Etat nommant les mandataires ainsi que son propre arrêté portant mesures d’application mesure d’application ?

Nous en appelons au procureur Général près le conseil d’Etat conformément à l’article 155 de la constitution de faire appliquer la loi. Le Chef de l’Etat n’a confiance à personne sauf celui qui respecte l’Etat de droit et qui prône le changement de mentalité.

Fait à Kinshasa, le 12 septembre 2021

Alexis Lubangi et Justin Lumpungu

Pin It

Statistiques

19144895
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
822
15776
59684
18982833
409539
470413
19144895

Your IP: 54.36.149.35
2021-10-28 00:58

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg