Flash

BAN2

 

Dans une ambiance où toutes les forces vives censées organiser la vie dans la société deviennent des structures de violence, de pillage et de poursuite des intérêts égoïstes, chaque citoyen se sent condamné à une insécurité individuelle grandissante due aux conditions politiques, économiques, culturelles et financières dont il ne profite pas.

La même insécurité s'empare des communautés locales qui, à l'instar des individus, se sentent affaiblies, démoralisées, humiliées et condamnées à une forme de dépression de l'être dont les conséquences sont le repli sur une identité meurtrière et agressive, la méfiance face aux autres entités ethniques et tribales, le refus d'un vivre-ensemble au service des intérêts nationaux et les désarroi face à un système politique et militaire noyaute par des institutions d'oppression physique et mentale.

Les révoltes, les rébellions et les résistances de tous acabits ont leur terreau dans cette insécurité profonde.

Quand un peuple a le sentiment qu'il est à la merci du pouvoir des armes, il se cabre et livre son destin à toutes les organisations internationales qui, sous une forme ou une autre, lui promettent la liberté et la dignité comme piliers d'une véritable sécurité.

Fausses promesses, espérances illusoires ou possibilités réelles, la soif de la liberté et de la dignité peut se transformer en dispositions psychiques de désordre et de chaos chronique.

Des tragédies comme celles  de Beni, Ituri, Uvira, Fizi et Masisi sont telles qu'il convient de détruire par une nouvelle politique du bonheur social et une nouvelle économie communautaire et solidaire, en repensant et en réorientant toutes les institutions de sécurité intérieure dans le pays.

Que faire ? 

Il faut dans cette perspective privilégier les dimensions de la sécurité vitale de la société congolaise, cela veut dire :

- promouvoir une culture politique de cohabitation et cohésion locale dans les  quatre coins de la RDC.

- promouvoir une politique nationale de l'auto prise en charge et de responsabilité communautaire et non se place toujours comme des parasites vis à vis des organisations dites de développement.

-  avoir un leadership politique administratif et militaire patriotique et des valeurs citoyennes au niveau local, provincial et national.

Mapenzi Manyebwa

Chercheur et expert en développement communautaire, 

Coordinateur de la Maison du Citoyen/ASBL/Uvira

Pin It

Statistiques

18692013
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
2889
14108
33154
18541891
427070
491245
18692013

Your IP: 52.91.161.210
2021-09-28 03:33

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg