Flash

BAN2

 

En collaboration avec l’Usaid, Feed the Future RDC se mobilise pour éradiquer dans les plantations agricoles du territoire congolais la chenille légionnaire du maïs, un ravageur des céréales en RDC. Dans un atelier national, les Experts mutualisent les efforts pour préparer des actions d’urgence qui peuvent  empêcher la dévastation des champs. Le Premier Ministre est appelé à définir une ligne budgétaire claire de financement pour garantir une sécurité alimentaire en RDC.  Les chercheurs eux-mêmes parlent de contenir le ravageur dans un programme d’urgence, ce qui donnera le temps de le contrôler, parce qu’il semble illusoire de vouloir l’éradiquer. Cette agriculture, essentiellement basée sur la production céréalière est tributaire des conditions climatiques défavorables qui limitent considérablement les efforts des producteurs, menaçant ainsi les objectifs de sécurité alimentaire. A cela, viennent s’ajouter les contraintes phytosanitaires marquées par la pression récurrente des déprédateurs des cultures dont la chenille légionnaire d’automne (Spodopterafrugiperda) qui cause chaque année d’énormes dégâts sur la production.

Les pertes occasionnées par ce ravageur peuvent atteindre 80 à 100% de la production. Cette chenille s’attaque de préférence au maïs, mais peut se nourrir de plus de 80 espèces de cultures. La chenille légionnaire d’automne est une véritable menace pour la production agricole et pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle en RDC. Au vu de sa dangerosité pour l’agriculture nationale, la Task Force estime que la lutte contre la chenille légionnaire d’automne nécessite l’engagement de tous. Pour ce faire, une surveillance accrue et l’alerte précoce s’imposent comme un impératif

L’objectif de l’atelier qui s’est tenu du vendredi 10 au samedi 11 septembre est de s’imprégner des techniques de collecte des ennemies naturels de la Chenille Légionnaire d’Automne. Le danger est que cette bête peut attaquer plus de 80 variétés de plantes et cultures, plus le maïs dont les effets sur la production augmentent chaque année. C’est ainsi que la Task Force de riposte contre la chenille légionnaire d'automne du maïs, qui est une structure rattachée au ministère de l'agriculture a lancé cet atelier pour mettre à jour les activités contre la chenille légionnaire d'automne (CLA) au niveau national, provincial et communautaire.

En effet, il y a cinq ans que la RDC est envahie par la dangereuse chenille légionnaire. Dans son intervention, l'ingénieur Damas Mamba, Directeur en charge de la protection des végétaux au ministère de l'agriculture a fait savoir que la Task Force a un plan qui a plusieurs axes notamment : la gestion de la chenille légionnaire, la surveillance, la coordination et la recherche de financement pour lutter contre la chenille légionnaire et, surtout, la relance des recherches. A cet atelier, il a été aussi question pour Task Force de solliciter l'implication du gouvernement pour ne pas compter éternellement sur l’appui des partenaires. "Nous allons mener des actions d'urgence. Présentement, nous avons un partenaire USAID qui travaille dans cinq provinces, et une vingtaine de province n’est pas encadrée par ce projet. Nous allons faire un plaidoyer pour que ce projet s'étende dans d'autres provinces’’. Il a souligné la nécessité d’une sensibilisation, en général et, en particulier, sensibiliser les autorités. L’Ir Damas a estimé que la RDC ne peut pas vivre d’aides des partenaires. Selon lui, il faudra que nous même dans nos lignes budgétaires que nous ayons des lignes claires de financement de lutte contre la chenille légionnaire d'automne.

Il a prévenu que la chenille légionnaire d'automne affecte toute la République Démocratique du Congo. D'où, l'urgence pour les autorités de se pencher sur la question. ‘’Si rien n’est fait maintenant, le taux de l'insécurité alimentaire va encore s'accroître et nous risquons la famine’’.  Les statistiques données démontrent que la moyenne d'incidence, c'est-à-dire, le nombre de champs  attaqués par la chenille par rapport à ce qui est sain est situé aujourd'hui à 65%,  alors  qu’en 2020, il a été à 57%. Le maïs est parmi les céréales les plus importantes de notre pays. S’il est attaqué comme le manioc qui est en diminution de production, le riz en insuffisance, la chenille légionnaire  qui a atteint 80 espèces végétales y compris les aires de pâturages est aujourd'hui signalée sur le maïs et sur le riz. «Elle est considérée comme un fléau majeur dans le domaine de santé végétale. Il a insisté sur le fait que les questions de santé des végétaux n'ont pas les mêmes importances dans notre pays que celle de santé publique et pourtant elle touche la sécurité alimentaire. C’est donc la raison qui nous pousse à sensibiliser pour montrer à la face du monde que la santé végétale si elle n'est pas prise en considération, elle va avoir des incidences sur le nombre de personnes vulnérables", a-t-il lancé dans sa communication.

Il exhorte le gouvernement à intégrer la question de la gestion des fléaux du secteur végétal dans le prochain budget 2022. "Nous sensibilisons bien aussi le gouvernement  dans le cadre des états généraux de l'agriculture qui seront lancés par le ministre de l'agriculture’’.

La Task Force a commencé par la sensibilisation sur les maladies virales du manioc et le ministère de l’agriculture sensibilise sur la chenille légionnaire qui touche le maïs et autres cultures. L’apport du gouvernement doit être important, a-t-il insisté, parce que nous sommes à l'heure de l'élaboration du budget 2022, il faut prévoir des lignes budgétaires très clair sur la gestion des fléaux dans le domaine végétal.

Steven Humphreys, consultant à Landolakes Venture 37 dit attendre à l'issue de ces travaux l'engagement de tous les membres de la Task Force, de collaborer selon leurs points forts, en mettant en œuvre les actions agréées pour protéger les petits agriculteurs du maïs en République Démocratique du Congo. Ces assises de deux jours sont organisées dans le cadre du projet M-FAW géré par Londolakes Venture 37 et financé par l'Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID). Ces assises ont réunis plusieurs experts du domaine venus du Haut-Katanga et du Sud-Kivu.

Peter Tshibangu

Pin It

Statistiques

18693460
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
4336
14108
34601
18541891
428517
491245
18693460

Your IP: 54.36.148.206
2021-09-28 05:07

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg