Flash

BAN2

 

*Il est, certes, vrai  que tous les hommes mourront un jour. Mais, toutes les morts n’ont certainement pas de même signification. Laurent Monsengwo Pasinya, même mort, continue à faire bouger les lignes. Félix Tshisekedi et Denis Sassou Nguesso, en assistant jusqu’aux derniers adieux de ses hommages, en ont  mesuré la réelle  grandeur de ce personnage aux talents pointus qu’il aura été, toute sa vie durant. Homme de Dieu, Homme des peuples du monde, Laurent Monsengwo a combattu le bon combat. Et, maintenant, il repose en paix dans les parvis de l’Eternel. La Cathédrale Notre Dame du Congo constituera, désormais, sa toute nouvelle adresse où il est compté comme un  tout nouveau-venu dans l’au-delà.  Depuis hier, en effet,  il est logé à la même enseigne que ses prédécesseurs Joseph Malula et Frédéric Etsou Nzabi Bamungwabi, eux aussi, décédés, il y a quelques années auparavant. 

 

Pleurs et prières…

 L’histoire passe vite. Mais, celle de grands hommes ne passera jamais.  Décédé le 11 juillet à Versailles, loin de la terre de ses ancêtres, de l’autre côté de l’Hexagone, plus précisément en France, Laurent Monsengwo Pasinya, tel un roi, a été honoré.

Tout œil l’a vu. Et tout esprit vif et conscient s’en est  rendu à l’évidence qu’il s’agissait-là d’un monument, d’une grande bibliothèque, d’un baobab, d’un vrai albatros qui, en un laps de temps de souffrance, s’est finalement éteint. Quelle n’en aura pas été la surprise à travers le monde à l’annonce de cette nouvelle, si triste soit-elle, au grand soir du 11 juillet et, surtout, dans la matinée du 12 juillet dernier. Emoi, pleurs, stupeurs et autres sentiments de profonde tristesse s’étaient emparés de tous les congolais, quelles  que soient leurs obédiences politiques, leurs croyances ou religions. La même nouvelle,  à l’instar d’une traînée de poudre, est allée au-delà des  frontières jusqu’aux tympans des Chefs d’Etat africains et des personnalités du  monde. A Rome, le Pape François qui, lui-même, venait de sortir de l’Hôpital, après une opération réussie, a dû sortir de l’omerta lié notamment, aux restrictions accompagnant le processus de sa convalescence, pour rendre hommage à Laurent Monsengwo Pasinya en qui il a reconnu un serviteur habile, un homme dévoué à la cause du peuple de Dieu, un pèlerin ayant accompli ses sublimes missions pour l’église et son pays.  

Adieux !!! Adieux Tata !!!

 Et, pourtant, tout le monde avait encore besoin de lui. Il a choisi de quitter la terre, après une petite éclipse. Et, même l’évacuation vers l’Hôpital de Versailles ne pouvait nullement signifier que le Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, 81 ans, effectuait-là son dernier voyage  sans retour en vie. Lors de derniers adieux, c’est le Cardinal Philippe Ouedraogo, Archevêque de Ouagadougou, qui a  concélébrée la messe avec   les Cardinaux Fridolin Ambongo, Archevêque de Kinshasa, John Onaiyekan, Archevêque émérite d'Abudja,  et Dieudonné Nzapalainga, Archevêque de Bangui. D’autres délégations religieuses venues de N'Djamena, au  Tchad, Kigali, au Rwanda, Kinkala et Owando, au Congo/Brazzaville étaient très perceptibles.

Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge, le Premier Ministre, Christophe Mboso N’Kodia Pwanga et Modeste Bahati Lukwebo étaient bien là, pour représenter     l'Assemblée nationale et le Sénat.  Bien d’autres personnalités politiques, militaires, de la police nationale, diplomatiques et des membres de famille étaient tous  mobilisés.  

Au panthéon d’immortels…

 Mardi 20 juillet  dernier, en marge des obsèques en mémoire de l'illustre disparu à l'esplanade du Palais du peuple,  Félix Antoine Tshisekedi l’a décoré,  grâce à une    médaille de Grand Coordon et admis dans l'Ordre national Héros nationaux Kabila-Lumumba, la plus haute distinction honorifique en RD. Congo.

Le 6 juillet 2021, il avait été évacué vers l’Hôpital de Versailles, en France,  par un vol spécial médicalisé,  pour des soins intensifs dont il n’a même pas pu se soustraire des affres de la mort.

Absoutes, les derniers instants…

 La messe s'est terminée par les absoutes d’adieux dites par le Cardinal Antoine Kambanda, Archevêque de Kigali, au Rwanda.  Seules quinze personnes ont été autorisées à assister à son inhumation. Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo et son homologue Denis Sassou Nguesso du Congo/Brazzaville ainsi que  Gentiny Ngobila Mbaka ont y assisté,   aux côtés  de quelques  Cardinaux et deux membres de sa famille.

Remake

Pour rappel, l’homme  fut ordonné Evêque en 1980, il y a 41 ans, par le Pape Jean-Paul II, à l'esplanade du Palais du peuple, à Kinshasa.

Il fut  le tout premier exégète africain choisi parmi les 9  Cardinaux nommés au sein de la Curie romaine par le Pape François.

L'Abbé Laurent Monsengwo Pasinya fut, plus tard,  Archevêque de Kisangani  et puis, de Kinshasa,  avant qu’il ne soit créé Cardinal par le Pape Benoît, poste qu’il a occupé  jusqu’à l’éméritat, plusieurs mois avant sa disparition impromptue.

LPM

Pin It

Statistiques

17710554
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
434
15601
16035
17561587
606360
816200
17710554

Your IP: 54.36.148.108
2021-07-26 00:38

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg