Flash

BAN2

 

«La dépolitisation de la CENI n'est qu'un rêve dans l'environnement politique de la RDC, un pays où les influences et interventions étrangères sont pressantes. Tout pouvoir chercherait à contrôler les organes qui concourent à la victoire électorale notamment, la Cour constitutionnelle, la CENI ». C’est l’idée maitresse de la pensée du Président national du Parti politique ‘’Action pour le Développement National’’, en sigle, ADNC, Etienne Pembe,  sur la situation actuelle de la République Démocratique du Congo.

 

Faisant allusion à la loi Organique sur la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), adoptée au niveau de l’Assemblée nationale, le Président Etienne Pembe estime que les réformes telles que voulues par plusieurs observateurs, dépouillaient le pouvoir de ses moyens et se présentaient comme un coup d'Etat qu’aucun pouvoir ne pourrait accepter.

En ce qui concerne les bruits politiques sur le départ du président du sénat Modeste Bahati ainsi que la suppression du sénat, le n°1 de l’ADNC parle d’une expression d'intolérance politique dont le Président de la République est le prototype. « Souvenons-nous dans son bref discours qui consacrait la rupture FCC-CACH, il avait fait mention d'une phrase qui en disait long à savoir: ‘’j'ai été humilié’’ ; ce qu'il prenait pour humiliation n'était en fait le ‘’fait du prince’’ ou les ‘’caprices du chef’’, qui a difficile à vivre la séparation des pouvoirs dans un système démocratique», rappelle Etienne Pembe.

Abordant, ensuite, la problématique du fonctionnement des institutions étatiques, Etienne Pembe a donné un ton fort sur la séparation des pouvoirs. Sur cette pensée soutenue par Montesquieu, le Président de l’ADNC soutient que les présidents du Sénat et de l'Assemblée Nationale ne sont pas soumis au Chef de l’Etat. «Ils peuvent ou ne pas être d'accord avec lui. Aucune institution n'est soumise à l'autre, chacune est indépendante et exerce ses prérogatives dans le cadre constitutionnel», martèle-t-il.

Pour finir, Etienne Pemba estime que le problème majeur auquel la RDC fait face, n’est pas un problème d’institutions, mais plutôt un problème d’hommes. Il désapprouve, par ailleurs, l’idée de la suppression du Sénat, telle que le préconisent plusieurs politiques. Il appelle ainsi toutes les institutions à agir de manière indépendante sans aucune injonction de part et d’autre.

Salem Buabua

Pin It

Statistiques

17710366
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
246
15601
15847
17561587
606172
816200
17710366

Your IP: 66.249.66.221
2021-07-26 00:07

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg