Ils méritent les honneurs de la République Démocratique du Congo au vu de ce qu’ils ont apporté dans la vie des congolais en termes de conseils à travers leurs chansons éducatives et patriotiques. Ils ont même répondu, par le passé, à l’appel de Thomas Kanza pour offrir leurs services, les strophes musicales, à la Nation. Eux, c’est Joseph KABASELE (chanteur), Vicky LONGOMBA (chanteur), Roger IZEIDI (chanteur-maracassiste), Nicolas KASANDA alias Dr Nico (soliste), MUAMBA charles alias DECHAUD (guitariste-accompagnateur), ensevelis au cimetière de la Gombe, Brazzos (guitariste-basiste) et le survivant ELENGESA alias Petit Pierre (batteur).

Ce cri d’alarme aux allures d’une interpellation est de Maître Kalala qui alerte sur l’urgence de placer des monuments pour ces icônes de la musique congolaise à la Place du 30 juin. Pour Maître Kalala, à l’occasion du 61ème anniversaire de l’Indépendance, le Président de la République, Félix Tshisekedi, devra mettre le paquet pour honorer la mémoire ainsi que les œuvres de ces célèbres musiciens. Ci-après, la lettre de Maître Kalala à Son Excellence M. le Président de la République. 

 

A Son Excellence Monsieur le Président de la RDC

à Kinshasa/Gombe

Copie pour information à :

- Son Excellence Monsieur le Président de la République du Congo/ Brazzaville

à Brazzaville

Requête aux fins de fixation, à la place du 30 juin, des 6 musiciens du 30 juin 1960 autour de joseph KABASELE, tous en nœuds.

Excellence Monsieur le Président de le République,

Chargée d’histoire et qui est, en réalité, l’entrée et la sortie de la capitale de la République Démocratique du Congo, la place du 30 juin a procuré aux photographes et cameramen un autre champ d’activités professionnelles.

C’est par cet endroit touristique qu’il faut passer lorsqu’on veut atteindre, du tout premier boulevard, le boulevard Lumumba, actuellement refait, éclairé et encadré et désormais dégagé par des saut-de-mouton jusqu’à l’aéroport de N’djili, avec ses passerelles et progressivement par des saut-de-mouton, en passant par l’avenue Kabasele Tshamala en cours de réfection enfin, au niveau du tronçon Bralima-prison Ndolo sauf au niveau d’une des résidences de MOKIA MANDEMBO, l’homme en trois pièces depuis des années.

C’est encore par cette même place du 30 juin que ceux, de l’aéroport de N’djili empruntent l’avenue des poids lourds, pour suivre le boulevard du 30 juin et atteindre le théâtre de verdure, un autre site touristique ou encore la cité de L’Unité Africaine.

  1. Pourquoi cette requête et Pourquoi ce site et pas la place des artistes ou ailleurs ?

Divers motifs et événement militent spécialement en faveur du choix dudit site.

Excellence Monsieur le Président de la République,

Ce site était jadis un marché d’objets d’arts.

Votre Prédécesseur, à juste titre, l’avait baptisé «place du 30 juin».

Avant notre actuelle requête, nous avons trouvé y plantée une affiche dorée «place du 30 juin» qui tourne le dos à la vielle fresque qui représente l’histoire des chemins de fer du Congo.

A cette représentation des chemins de fer, nous avons pensé apporter une autre histoire plus agréable qui, à jamais, nous relie non seulement entre nous mais avec les autres frères africains.

Excellence Monsieur le Président de la République,

Votre prédécesseur avait déjà donné cet éclat et surtout son actuel attrait touristique.

Après l’actuel embellissement dudit site, cette œuvre devait être accompagnée par une proposition qui y apporte un plus.

La présente requête à vous adressée est donc notre modeste accompagnement et notre contribution à l’éclat que, ce 30 juin 2021, vous lui donnerez par votre présence sur ce site.

Ayant marqué excellemment l’histoire de la RDC, les sept et dignes artistes musiciens de 1960 méritent d’être fixés et immortalisés par vous dans cette commune pour que, en RDC, ils soient honorés à Kinshasa par vous comme le sont à Brazzaville Essous Jean Serge, Emery Patrice Lumumba et la belle Félicité par votre homologue et Aîné du Congo Brazzaville, Félicité que chanta Joseph KABASELE qui a rendu heureux beaucoup de congolais de la génération des MUNKAMBA, TSHISEKEDI, LUMUMBA, KIDISHO, KAMITATU, GIZENGA, etc.

Ci-après, les identités de ces héros culturels du 30 juin 1960 ayant répondu à l’appel de Thomas KANZA : Joseph KABASELE (chanteur), Vicky LONGOMBA (chanteur), Roger IZEIDI (chanteur-maracassiste), Nicolas KASANDA alias Dr Nico (soliste), MUAMBA Charles alias DECHAUD (guitariste-accompagnateur), enterrés au cimetière de la Gombe, Brazzos (guitariste-basiste) et le survivant ELENGESA alias Petit Pierre (batteur).

L’African Jazz n’était-il pas une institution musicale qui a la fierté du pays ?

Ces sept artistes dont un seul encore vivant parmi nous ont été appelés par l’histoire glorieuse de notre pays et pourquoi pas de l’Afrique à laquelle, plus tard, dechaud, avec L’AFRICA MOKILI MOBIMBA où Brazzaville et pointe noire ont été épinglés juste après les villes de la République Démocratique du Congo pour rapprocher davantage les deux Congo !

Ils ont, sous la haute direction et le contrôle de Grand Kallé, chanté sans crier et n’ont jamais dansé de façon extravagante !

Ils ont dansé et fait danser de façon élégante.

Ces sept héros y accueilleront, de jour comme de nuit, tous ceux qui, durant les sept jours de la semaine, accéderont au boulevard du 30 juin en venant de L’aéroport de N’djili, de l’avenue Kabasele Tshamala, de l’avenue Kasaï, de l’avenue Dumi ou de Brazzaville la verte.

A côté de ce site se trouve, depuis 1913, l’Eglise Sainte Anne située au n°1 de l’avenue Dumi, au sujet de laquelle fut modelée la voix suave de Joseph Kabasele en sa qualité de chantre ayant à son époque, composé la chorale de cette Eglise alors que jamais Kolonga y était comme acolyte.

C’est à ce même sujet que, Madame Anny UWE actuellement à NYOTA.TV, l’Afric’ambiance, par jamais KOLONGA ,en nœud papillon, déposa la dernière œuvre musicale réalisée, sur la terre des hommes par Grand Kallé avec AFRICAN TEAM qui comptait en son sein le Grand défunt Manu Dibangu, un autre  fidèle de Grand Kallé et ESSOUS Jean Serge.

Grand Kallé est ce seul rigoureux compositeur et chanteur congolais dont les œuvres , avant leur enregistrement, étaient préalablement censurées ou élaguées et bénies par leurs Eminences d’heureuse mémoire, les cardinaux Malula et Etsou pour éviter au public la perversion des mœurs.

C’est le seul orchestre et les seuls grands artistes qui, par conséquent, avec certains autres, n’ont pas été interpellés par la justice pour atteinte aux bonnes mœurs ou pour d’autres formes de délits, au pays ou à l’extérieur du pays.

C’est ainsi, Excellence Monsieur le Président, à l’école primaire ou aux humanités de cette même paroisse que Joseph Kabasele et Jean Lema Alias Jamais KOLONGA avaient appris, dans la discipline, les rudiments de la langue française, langue dont la maîtrise par eux-tous, avait inspiré Grand Kallé, sans qu’avant ou après lui, un de ses contemporains l’ait fait, de composer en 1956 «l’indicatif Africain JAZZ» pour marquer son ancrage dans la francophonie tout en privilégiant, dans ses immortelles inoxydables langues nationales et bien d’autres de la RDC, celle des cubains et celle des espagnoles que sa voix a merveilleusement exploitées durant sa riche et exceptionnelle carrière littéraire et musicale.

Excellence Monsieur le Président de la République,

Vous comprendrez pourquoi en n’importe quelle langue, toutes les œuvres exécutées par l’African JAZZ restent agréables à l’oreille et au cœur, elles n’étaient et ne sont point choquantes à tout point de vue, elles étaient de courte durée et sans encombrement des noms dépourvus de relation avec le thème développé.

C’est dans cette commune, hier Kalina, que congolais et étrangers de toutes nationalités invitaient l’AFRICAN JAZZ à livrer des soirées de gala  pour les V.I.P en nœud papillon à l’instar de l’ancien Président de l’Assemblée Joseph Iléo, le premier ministre Patrice Emery Lumumba, Etienne TSHISEKEDI et plus tard de  

Monsieur Oscar MUDIAYI wa MUDIAYI, de l’honorable KASONGO MUNGANGA et du gouverneur Marcelin TSHISAMBO.
Excellence Monsieur le Président de la République,

Grand Kallé est le seul compositeur et chanteur congolais dont, pour lui rendre hommage le 11 Février 2013, un extrait de l’une de ses chansons exécuté par l’African Jazz, extrait déjà exposé en 2008 dans un ouvrage scientifique d’un congolais, a été exécutée au cours d’une audience publique, en présence de Jamais KOLONGA, dans la salle d’audience de la Cour Suprême de Justice, située dans cette même commune de Kalina, actuellement Gombe et qui est le siège des deux institutions de la République dont vous représentez l’une d’elles, le pouvoir législatif étant dans la commune de Lingwala.

C’est en passant par cette actuelle «place du 30 Juin» que, l’intrépide et défunt diplomate Jamais KOLONGA réussit, en 1963, à retenir et à convaincre, in extremis, ESSOUS Jean serge et les Bantous de la capitale, rentrant déjà à Brazzaville, de rester à Kinshasa pour honorer le mariage Grand Kallé et Cedel au restaurant  «LE ZOO» étant donné que, quelques jours avant cet heureux événement, tous les autres musiciens de l’African Jazz venaient de se séparer des dissidents qui formèrent l’African Fiesta de 1963 !!

C’est, aussi, par ce même site que, faisant partie de la délégation du FESPAM 2015, Manu Dibangu, le fidèle de l’African Jazz et de l’African Team, était entré à Kinshasa

C’est enfin par ce même site qu’il ressortit de la RDC avec espoir de revenir s’y produire accompagné par l’Afric Ambiance avec Georges KASSANDA, fils de Dr Nico ainsi qu’avec Jean KWAMI, fils de KWAMI MUNSI un des membres de l’African Team. Mais hélas ! Ceux qui sont encore vivant se présenteront pour faire plaisir et vos hôtes de marque.

Excellence Monsieur le Président de la République,

C’est à cette seule place que, à l’unanimité, les patriarches de deux rives du Fleuve Congo accepteront qu’en exclusivité y soit diffusée la musique diversifiée de ce glorieux AFRICAN JAZZ car, dans son essence, tant en termes de décibels que de messages, la musique produite par AFRICAN JAZZ et AFRICAN TEAM ne dérange ni les esprits  des enfants de deux rives du Fleuve Congo, avenir de demain, ni les personnes du troisième âge qui n’ont pas besoin de vacarmes.

A cet environnement convient cette musique, Votre musique, la musique noble, une autre musique, une musique des artistes en cravates ou en nœud de papillon !

Elle était aussi la musique d’Alioune Diakite, premier Ambassadeur malien au Congo, dans son grand boubou des Ouest-Africains qui, pour son attachement à Joseph Kabasele et à l’African Jazz, donna à Kinshasa, son doigt à couper et celui-ci fut réellement coupé, histoire connue par les grands du Mali tels que les anciens Présidents Alpha Omar Konaré, le défunt Amadou Toumani Touré et le Consul actuel du Mali.

En hommage au premier Président Malien Madibo Keita et à cet Ambassadeur, Grand Kallé leur dédia conjointement la célèbre chanson «matanga ya Madibo» exécutée par l’AFRICAN JAZZ postindépendance.

Excellence Monsieur le Président de la République,

A l’autre bout du site se trouve la double stèle au milieu de laquelle était jadis placé le monument du Roi Albert I et au travers de laquelle on peut, de ce milieu, assister au spectacle multicolore que nous offrent voitures, hommes, femmes qui vont dans tous les sens du Boulevard du 30 Juin.

Au bas de cette stèle et derrière elle, on trouve une pelouse qui ressemble à un tapis vert ou même à un podium classique.

Excellence Monsieur le Président de la République,

Ne trouvez vous pas, que c’est à cet endroit seulement que ces dignes sept musiciens de l’African Jazz et leur fidèle Jamais KOLONGA pourront, chacun à sa place, être fixés suivant les indications que donne le survivant pour mieux traduire leur position sur la scène de ce soir-là du 30 juin 1960 ?

Excellence Monsieur le Président de la République,

Le 30 Juin ou le mois d’Août 2021 est proche !

Ils ont joué la grande Rumba, le twist, le boléro, le charanga, le calypso, le cha cha cha, le pachanga, le folklore, etc.

Ils n’ont pas fait danser la jeune fille au-devant de la scène.

Leur rumba, comme toutes les autres danses précitées, étaient exécutées en couple et non en groupe sous forme d’électrons libres.

Les Bantous de la capitale, l’Afric Ambiance, le S.O.S SALSA, le Patriarche Munkamba Kadiata Nzemba et nous-mêmes, vous remercions d’avance et serons très heureux de savoir que vous avez accédé à la présente et qu’éventuellement, les sept premières pierres y seront déposées ce 30 Juin

Le survivant de ce 30 Juin-là, Elengesa, attend impatiemment cet événement avant sa mort.

  1. A CES CAUSES ET D’AUTRES QUE SUPPLEERONT LES ANCIENS DU COLLEGE SAINT JOSEPH

Sous le rythme d’abord de la première chanson des indépendances africaines, ensuite de «Safari Muzuri» une des dernières œuvres de Grand Kallé avec

L’African TEAM où chantant seul et dirigeant les interactions harmonieuses des instruments à vent et fin de «  MOSELEMBE » où  sa voix angélique n’a pas eu besoin d’être accompagnée pour atteindre les cimes de l’émerveillent  des cœurs sensibles, votre chanteur préféré et père de la musique congolaise moderne, dans ses deux derniers chefs d’œuvre, offre au public les nuances de ses cordes vocales que nous offrons aussi ce samedi 19juin 2O21 au cours de l’émission Week-end en bonne compagnie sur la radio nationale congolaise, non seulement à votre Excellence et  maman  Denise Nyakeru Tshisekedi Tshilombo, mais aussi à votre homologue du Congo Brazzaville et maman Antoinette ainsi qu’aux notables, avec leurs épouses, de deux rives du majestueux fleuves Congo qui n’est pas « mais plutôt  « ezali nde nzela ».

Vous plaise

Excellence Monsieur le Président de la République,

  1. De recevoir et dire totalement fondée la présente requête ;
  2. Y faisant droit, ordonner la réalisation et la fixation à la place du 30 juin des sept musiciens de l’AFRICAN-JAZZ du 30juin 1960, en nœud papillon, et leur fidèle JAMAIS KOLONGA, en nœud papillon et son écharpe maïorale correctement placée, de l’épaule droite à la hanche gauche comme le Président Joseph Kasa-Vubu au siège de l’ABAKO ;
  3. Ordonner qu’y soient désormais exécutées, en permanence, les œuvres de Grand Kallé, avec l’African-Jazz et l’AFRICAN TEAM.

Et vous ferez plaisir à tous les mélomanes épris de paix de deux Congo, de toute l’Afrique et surtout au mythique orchestre ARAGON de Cuba qui avait émerveillé en 2015 les Festivaliers au stade EBOUE  lors de la clôture du Fespam 2015 en présence de votre homologue et frère Denis Sassou Nguesso, de la première dame, de Manu Dibangu ainsi que de moi-même et mon épouse.

Les frais  de la présente sont à charge de deux plus Hautes autorités morales de deux rives du Fleuve Congo ainsi que de tout visiteur de ce site.

PAIX DURABLE EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET AU CONGO BRAZZAVILLE

Le 12 Juin 2021

MUENA MPALA

Président Médiateur Général et Bi-Autorité morale de

L’Afric’Ambiance, des bantous des Capitales et de SOS SALSA

Elengesa Petit Pierre

(Batteur)

Munkamba Kadiata Nzemba

Inventaire des pièces

  1. Lettre d’Alioume Diakité à Jamais Kalonga
  2. Lettre noESCASE/E.C/LE/48/9du29 Novembre 1994
  3. Lettre de Manu Dibangu à l’Afric Ambiance
  4. Lettre du Directeur de cabinet du président de la République française à l’Afric’ambiance
  5. Photocopie de l’invitation Fespam.