Flash

BAN2

 

Il a été décoré à titre posthume dans l’Ordre national Lumumba-Kabila et une Loi a été baptisée au nom de la « Loi Lokondo» afin de saluer l’action de l’illustre disparu, Henri Thomas Lokondo Yoka, décédé le 10 mars 2021 en Afrique du Sud. Ce digne fils a été honoré hier, lundi 22 mars, par la République démocratique du Congo.

Au Palais du peuple, Députés, Sénateurs, Ministres et populations s’étaient réunis pour rendre hommage à ce parlementaire qui a représenté son peuple valablement. Dans l’Oraison funèbre prononcée par Christophe Mboso N’kodia Pwanga, le speaker de l’Assemblée nationale a rappelé quelques traits caractéristiques de l’illustre.
«Cher Collègue Henri-Thomas, Ta brillante et digne vie parlementaire ne te fera jamais oublier des citoyens congolais, et de nous-mêmes vos collègues. Vie parlementaire, oui. Honorable LOKONDO YOKA Thomas-Henri aura été un véritable parlementaire, vrai et authentique. Il représentait tout seul toute une opinion. Comme vous le savez, HTL pouvait, à lui tout seul, changer ou faire changer le cours des débats. Il était capable de rallier à lui la majorité de parlementaires derrière sa position. Ses demandes incessantes de parole manqueront certainement à nos débats», a déclaré Mboso N’kodia.

Thomas LOKONDO YOKA a mené son dernier combat politique dans le cadre du G13 à la recherche d’un consensus entre acteurs politiques et sociales sur les réformes électorales, et il y a joué, aux côtés de certains de ses collègues et d’autres personnalités, un rôle de premier plan, et il décède au moment où l’Assemblée nationale s’apprête à ouvrir le débat sur lesdites réformes. Les consultations menées auprès de toutes les forces politiques et sociales qui ont précédé le dépôt de cette proposition auront constitué le ferment de l’Union sacrée de la Nation. En sa mémoire, la future loi électorale sera baptisée « Loi Lokondo» a fait savoir le numéro Un des Députés. Et de conclure : «Il a plus à Son Excellence Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, Président de la République, Chef de l’Etat et garant du fonctionnement régulier des institutions, de décerner à notre collègue Henri-Thomas LOKONDO YOKA une décoration posthume dans l’Ordre national Lumumba-Kabila. C’est donc ici, l’occasion pour nous de saluer cet acte de bienveillance et d’exprimer nos vifs et sincères remerciements à Son Excellence Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, Président de la République, Chef de l’Etat, pour avoir ainsi honoré notre Collègue. Adieu, cher collègue Henri-Thomas. Que la terre de nos ancêtres vous soit douce et légère ».
 C’est ce mercredi que la dépouille mortelle sera inhumée à Mbandaka, son fief électoral.

 MB

 

ORAISON FUNEBRE PRONONCEE PAR L’HONORABLE MBOSO N’KODIA PWANGA CHRISTOPHE, PRESIDENT DE L’ASSEMBLEE NATIONALE, A L’OCCASION DU DECES DE L’HONORABLE HENRI-THOMAS LOKONDO YOKA

Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat ;
Honorable Président du Sénat et très cher Collègue;

Excellence Monsieur le Premier Ministre ;
Monsieur le Président de la Cour Constitutionnelle ;
Monsieur le Procureur Général près la Cour Constitutionnelle ;
Premier Président de la Cour de Cassation ;
Monsieur le Procureur Général près la Cour de Cassation ;
Monsieur le Premier Président du Conseil d’Etat ;
Monsieur le Procureur Général près le Conseil d’Etat ;
Monsieur le Chef d’Etat-major des Forces armées de la République Démocratique du Congo ;
Monsieur le Premier Président de la Haute Cour Militaire ;
Monsieur l’Auditeur Général des Forces armées de la République Démocratique du Congo ;
Président du Conseil Economique et Social ;
Monsieur les membres des Bureaux de l’Assemblée nationale et du Sénat ;
Honorables Députés nationaux ;
Messieurs les Présidents des institutions d’appui à la démocratie ;
Mesdames et Messieurs Membres du Gouvernement ;
Monsieur le Président de l’Assemblée provinciale de Kinshasa ;
Monsieur le Gouverneur de la Ville de Kinshasa ;
Monsieur le Bourgmestre de la Commune de Lingwala ;
Messieurs les Chefs et Représentants des Confessions religieuses ;
Mesdames et Messieurs les Représentants des organisations de la Société de la civile ;
Distingués invités, en vos titres et qualités respectifs ;
Mesdames et Messieurs ;
Honorables Députés et chers Collègues ;
Le décès de l’Honorable LOKONDO YOKA Henri-Thomas nous est tombé comme un couperet. Certes parti malade, le Collègue a quitté Kinshasa pour des soins en République Sud-africaine, dans l’espoir de nous revenir en parfait état de santé. Pour nous, c’est donc une surprise que la mort vient de l’arracher à notre affection, à celle de sa famille, de ses électeurs et de ses amis. C’est avec un cœur immensément meurtri que nous avons appris, le mercredi 10 mars 2021, le décès de notre estimé collègue. La disparition de notre collègue LOKONDO YOKA HenriThomas vient d’allonger la liste d’illustres collègues que nous avons déjà perdus ces derniers mois. C’est une mort de trop. Encore une fois, la mort vient de briser la brillante carrière parlementaire d’un digne Fils du pays. Honorable LOKONDO YOKA Henri-Thomas a lutté avec la force que nous lui reconnaissons tous. Mais, hélas, ni lui ni nous, n’avions le dernier mot sur la vie. Honorable LOKONDO YOKA Henri-Thomas fut un chrétien comme la plupart d’entre nous. La mort, pour tout croyant en Dieu, est inhérente à la l’existence humaine, bien qu’elle nous arrive à des moments inattendus, parfois en pleine formes de nos capacités intellectuelles, physiques et morales. Aussitôt informé, le Bureau de l’Assemblée nationale a pris les mesures nécessaires et habituelles en pareille circonstance. Après l’observance de la minute de silence que j’ai demandée lors de la séance plénière du mardi 15 mars dernier en la mémoire de notre collègue, suivi du dépôt d’une gerbe de fleurs à l’endroit où il avait l’habitude de s’asseoir, je reviens ici avec ces mots d’hommage spécialement à lui destinés. Cependant, l’exercice me paraît difficile. Tant il a connu une carrière politique riche et pleine, tant il a su être indispensable à l’institution qu’à toute la classe politique, tant il a su inspirer des jeunes à travers le pays. Les larmes qui coulent, les mots de compassion ainsi que les expressions de solidarités manifestés ont démontré à suffisance l’homme généreux et bon qu’il a su être. HTL, comme les intimes affectionnait l’appeler, est né à Mbandaka, le 27 juillet 1955. C’est aussi à Coquilathville qu’il a fait ses études primaires et secondaires au Groupe scolaire de Mbandaka. Après avoir décroché successivement son certificat d’études primaires et son diplôme d’Etat, notre Collègue, pèlerin du savoir, a poursuivi ses études supérieures à Bruxelles, en Belgique, plus précisément à l’Université Libre de Bruxelles où il décrocha, en 1982, une licence en Sciences Politiques et en Relations Internationales.
C’est dire que notre Collègue LOKONDO YOKA Henri-Thomas a été un cadre universitaire rompu, dont les qualités intellectuelles pointues ouvrirent une glorieuse et longue activité professionnelle au service de la nation. Il fourbit ses armes dans ce que nous appelons communément dans notre jargon les « services ». En bon patriote, immédiatement après ses études en Europe, Henri-Thomas LOKONDO rentra très rapidement au pays où il débuta sa carrière publique en 1983 comme Inspecteur, Chef de poste spécial du Centre National de Recherche et d’Investigation (CNRI) pour la sous-région du Sud-Kivu à Uvira (Kivu). Il gardera ce poste jusqu’en 1987 et gravitera des échelons jusqu’à atteindre le poste d’Administrateur Régional de l’AND (REDOC) de la région du Sud-Kivu, avant de devenir, de 1990 à 1991, Directeur National chargé des Actions (investigations), puis Conseiller chargé de mission au cabinet de l’Administrateur Directeur Général de 1991 à 1993. C’est à cette même époque qu’il a fait sa première entrée dans ce bâtiment en tant que membre effectif à la Conférence Nationale Souveraine (CNS) et a commencé à apporter sa contribution dans le combat pour la démocratisation dans notre pays. Dans sa carrière politique, il occupera des postes de Vice-Ministre des Travaux Publics, Aménagement du Territoire, Urbanisme et Habitat, en 1993-1994, au Gouvernement BIRINDWA, Conseiller auprès du Chef de l’Etat, de 1994-1996, Vice-Ministre aux Affaires Etrangères et à la Coopération Internationale aux Gouvernements KENGO et LIKULIA. De 2003 à 2021, notre regretté Collègue aura exercé, de manière ininterrompue, les mandats parlementaires soit comme Député national, soit comme Sénateur. En 18 ans donc, il aura été sur tous les fronts politiques et s’en va dans l’au-delà arme à la main pleine de munitions. Il va ainsi sans dire qu’Honorable Henri Thomas LOKONDO YOKA a mené son dernier combat politique dans le cadre du G13 à la recherche d’un consensus entre acteurs politiques et sociales sur les réformes électorales. Et HTL y a joué, aux côtés de certains collègues et d’autres personnalités, un rôle de premier plan. Et il décède au moment où l’Assemblée nationale s’apprête à ouvrir le débat sur lesdites réformes. L’opposition farouche et virulente de sa famille politique à cette démarche n’a pourtant pas réussi à le dissuader dans le cadre de cette dynamique qui a abouti par le dépôt à l’Assemblée nationale d’une proposition de loi portant modification de la loi électorale. Les consultations menées auprès de toutes les forces politiques et sociales qui ont précédé le dépôt de cette proposition auront constitué le ferment de l’Union sacrée de la Nation. En sa mémoire, la future loi électorale sera baptisée « Loi Lokondo ». Décédé à l’âge de 66 ans, il laisse une veuve et cinq orphelins. En dehors de ces enfants biologiques, HTL en avait adopté par dizaine tant à Kinshasa qu’à Mbandaka. Ils sont tous aujourd’hui orphelins. Oui, orphelins, ils le sont, de son attention, de sa sagesse, de son amour, de son affection et de sa générosité. Malgré son âge relativement jeune, il est compté parmi les « bokulaka1 » dans la communauté Mongo qui, elle aussi, est orpheline.
Cher Collègue Henri-Thomas, Ta brillante et digne vie parlementaire ne te fera jamais oublier des citoyens congolais, et de nous-mêmes vos collègues. Vie parlementaire, oui. Honorable LOKONDO YOKA Thomas-Henri aura été un véritable parlementaire, vrai et authentique. Il représentait tout seul toute une opinion. Comme vous le savez, HTL pouvait, à lui tout seul, changer ou faire changer le cours des débats. Il était capable de rallier à lui la majorité de parlementaires derrière sa position. Ses demandes incessantes de parole manqueront certainement à nos débats. Et les formules du genre « Monsieur le Président, j’allais dire sans objet », ou « mon ami » qu’il utilisait affectueusement à l’endroit des journalistes, ses complices, pour demander des nouvelles, nous ne les entendrons certainement plus, sauf à les entendre dans les bouches de ceux d’entre nous qui se réclament de son école. Les marques d’attention, sa galanterie, son charme, sa franchise,… bref autant de qualités que le destin vient de nous arracher. Et HTL va vraiment nous manquer. Auteur de nombreuses propositions de loi, Honorable LOKONDO YOKA Henri-Thomas examinait minutieusement, avant toute initiative, la Constitution et le Règlement intérieur de notre Chambre. C’est cela qui a guidé tout son comportement à l’Assemblée nationale. Il intervenait lorsqu’il fallait débattre, discuter d’un projet ou d’une proposition de loi. Il intervenait, le plus souvent avec pertinence. Nous-mêmes ses collègues avions un réel plaisir à l’entendre parler. Nous étions même inquiets, parfois, si Henri-Thomas LOKONDO YOKA ne prend la parole, s’il n’intervient pas. Député du peuple, un tribun hors pair ! Honorable LOKONDO YOKA Henri-Thomas avait suffisamment d’indépendance, sa marque de fabrique. C’est aussi cette indépendance qui lui a valu parfois des inimitiés, ou qui soulevait des colères. C’est grâce à cette indépendance qu’il pouvait par action, parole, ou omission, froisser X ou Y sans se gêner, et même prendre position contre son parti ou son regroupement politique. Mais, HTL était un homme qui savait arrondir les angles, il avait toujours le sens du compromis. Un homme agréable, qui savait allier politique à la science. Une lumière, un intellectuel tout court. C’est ce qui justifie d’ailleurs votre présence en ce lieu. On pouvait ne pas l’aimer, mais HTL ne laissait personne indifférent. Cher Collègue Henri-Thomas, Toute vie vaut ce qu’elle aura vécu. La vie des grands hommes nous rappelle que nous aussi nous pouvons rendre notre vie sublime, Et laisser derrière nous, après la mort, des empreintes sur le sable du temps. Votre passage remarquable à l’Assemblée nationale aura le plus marqué vos électeurs, nos compatriotes, nous-mêmes vos Collègues et le monde entier. Vous vous en allez, mais ce qu’il en reste demeure éternel. A l’Assemblée nationale, vous aurez laissé des générations de disciples qui se réclament de votre école et promettent de suivre vos traces. A la Famille du défunt, l’Assemblée nationale promet tout son soutien et toute son assistance. En son nom, je lui souhaite toutes mes condoléances les plus attristées.
Dieu a donné, Dieu a repris. Que son nom soit glorifié. Sa disparition nous rappelle que dans la vie comme dans le mandat politique, ce qui importe ce n’est pas la durée mais plutôt ce qu’on en fait. Pour couronner cette brillante et digne vie parlementaire, ses prestations remarquables à l’Assemblée nationale et son comportement exemplaire, il a plus à Son Excellence Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, Président de la République, Chef de l’Etat et garant du fonctionnement régulier des institutions, de décerner à notre collègue HenriThomas LOKONDO YOKA une décoration posthume dans l’Ordre national Lumumba-Kabila. C’est donc ici, l’occasion pour nous de saluer cet acte de bienveillance et d’exprimer nos vifs et sincères remerciements à Son Excellence Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, Président de la République, Chef de l’Etat, pour avoir ainsi honoré notre Collègue. Adieu, cher collègue Henri-Thomas. Que la terre de nos ancêtres vous soit douce et légère.
Honorable MBOSO N’KODIA PWANGA Christophe

 

Lors de l'installation des fédéraux à Mont-Amba
Augustin Kabuya : «le pouvoir de Félix Tshisekedi est venu de Dieu»

La tournée de force ne fait que se poursuivre au sein de l'Union pour la Démocratie et le Progrès Social, Udps. Après l'installation tour à tour des fédéraux Udps-Funa et Lukunga, le Secrétaire Général, Augustin Kabuya était reçu à Mont-Amba par plusieurs combattantes et combattants, dans le cadre de la cérémonie d'installation du comité fédéral.
Au terrain MEFE, dans la commune de Lemba Terminus, plusieurs combattants du parti présidentiel ont répondu présents à cette manifestation de routine.
Au programme comme d'habitude, le numéro deux de l'Udps a commencé par présenter la grande équipe qui l'a accompagné en commençant par les secrétaires adjoints, les députés et ministres du parti présidentiel, en passant par les secrétaires nationaux.
"Ne soyez pas dans la distraction, car la victoire est entre nos mains", a souligné Augustin Kabuya avant de demander aux combattants de ne pas perdre leur temps à répondre aux provocations de ceux qui disent que Félix Tshisekedi est Président de la République grâce à certaines personnes. "Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo est Président de la République Démocratique du Congo par la volonté de Dieu et non par celle d'une certaine personne. N'entrez pas dans ce débat stérile", a-t-il lâché.
Abordant la problématique des candidatures au sein de l'Udps pour les 8 postes ministériels, Augustin Kabuya s'est basé sur la lutte de l'Udps, une lutte qu'il qualifie de démocratique. Par là, il a fait savoir que l'Udps ne peut pas empêcher ses membres à exprimer leur liberté d'expression. "Je vais un peu clarifier les choses, l'Udps est un parti qui prône la démocratie et dans cette démocratie, nous ne pouvons jamais interdire à nos cadres de s'exprimer librement. Après avoir écouté le critérium donné par le Premier Ministre, les cadres de l'Udps ont après avoir répondu à ces critères pour déposer leurs candidatures au secrétariat et nous avons enregistré 135 candidatures. C'est une preuve à donner à tous ceux qui disaient que l'Udps n'avait pas des cadres. Le parti présidentiel a des cadres qu'il faut. Le nombre des candidatures ne doit pas faire objet d'un débat, pour 500 postes à l'Assemblée Nationale, la CENI avait enregistré 18.000 candidatures. Là, personne n'avait fait un débat. Personne ne peut dénigrer les cadres de l'Udps", a souligné le SG Augustin Kabuya sous les applaudissements de la foule.
Mathieu Kasanda, le Chef de Mont-Amba
C'est vers la fin de la cérémonie que l'installation du comité fédéral de l'Udps Mont-Amba a été faite par le Secrétaire Général, Augustin Kabuya.
Il a appelé tous les combattants de cette contrée de la ville de Kinshasa au respect de la hiérarchie et à dénoncer toute personne qui se ferait passer pour le Président fédéral à part celui qu’il leur a présenté.
Le bureau sera dirigé par Matthieu Kasanda Kashama, comme Président et ce dernier sera secondé par 4 vice-présidents, à savoir, Jules Muke Kiadi, Floribert Tshibangu Mujanayi, Esther Lusamba Tshowa, Justin Matumona Nsimba. Outre ces 5 membres, le bureau a des secrétaires fédéraux, des chefs de départements ainsi que des secrétaires fédéraux adjoints.
Il faut également signaler que le bureau fédéral de Mont-Amba, nouvellement installé, a donné une vache comme cadeau au Secrétaire Général en signe de reconnaissance pour le travail qu'il abat.
Steve Ilunga

Pin It

Statistiques

17753333
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
348
10211
58814
17561587
649139
816200
17753333

Your IP: 3.235.227.117
2021-07-30 00:15

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg