Flash

*‘’C’est grâce à votre conscience politique aiguisée que nous avons remporté une grande victoire d’étape. Par votre héroïsme, vous avez sauvé ce pays de la dérive dictatoriale. Vous faites la fierté de tout un peuple, même si la reconnaissance n’est pas toujours de ce monde.

Vous êtes le fer de lance d’une jeunesse aguerrie, politiquement et socialement éveillée. A travers votre courage et votre opiniâtreté, vous rappelez au monde l’histoire de l’UDPS. Celle qui s’est écrite dans la douleur et les pleurs et qui a forgé le caractère des hommes et des femmes déterminés à changer leur destin, peu importe ce que ça coûte. Cette histoire, c’est notre avantage qu’il faut savoir conserver.
C’est aussi notre héritage qu’il faut pouvoir perpétuer. Tout n’est pas parfait, certes, mais il faut reconnaître le bénéfice du chemin parcouru, tout en gardant un œil vigilant’’. Tel est le message de Jean-Marc Kabund à l’occasion de la célébration du 39ème anniversaire de la création, depuis le 15 février 1982, de l’Udps. Il a en a, d’ailleurs, profité pour lancer un appel à la mobilisation de tous pour le soutien à Félix Tshisekedi ainsi qu’à sa vision de l’Union sacrée.
Adresse du Président a.i.de l’Udps Tshisekedi à l’occasion de la 39ème anniversaire de l’Udps Tshisekedi

Kinshasa, lundi 15 février 2021
Combattantes et Combattants, Je vous salue et vous réitère toute ma confiance, vous qui n’avez jamais cessé de croire en notre victoire certaine. Il est vrai que la crise de Covid 19 ne nous a pas permis cette fois ci de célébrer comme il se doit la naissance de notre parti.
Raison pour laquelle, je vous fais ce message. Au nom de la Présidence du parti, je vous remercie de votre dévouement et vous souhaite, à tous et à toutes, une excellente commémoration de la date de la création historique de notre cher parti. Une date qui, sur le plan de la symbolique, représente le pire moment d’enfantement et ce, dans des conditions extrêmement périlleuses. C’est aussi à cause ou grâce à ce destin exceptionnel que l’UDPS est aujourd’hui une formation politique avec un bagage idéologique, des valeurs éprouvées et un idéal à poursuivre. Voici, il y a déjà 39 ans, jour pour jour, que nos pères fondateurs défièrent un pouvoir fort en créant l’UDPS, alors qu’aucun autre parti ne pouvait exister en dehors du MPR.
Un immense défi aux conséquences dramatiques et incalculables sur la vie privée de nos pères fondateurs. Ils ont tout connu : une vie de galère familiale et de multiples relégations pour une cause commune et juste. Cependant, très peu de personnes en ont alors saisi la portée et le vrai sens.
Dans ce contexte politiquement dangereux et socialement exécrable, il a fallu du caractère, beaucoup de courage et de détermination de la part de nos aînés pour enfin dénoncer les excès et les travers d’un pouvoir autocratique. Je voudrais toutefois rappeler qu’en dehors de nos pères fondateurs beaucoup d’entre nous ont aussi, dans l’anonymat, consenti d’énormes sacrifices tout au long de cette lutte.
Certains ont été portés disparus pour avoir osé parler de l’UDPS. Page 3 D’autres gardent encore dans leurs chairs les stigmates des atrocités subies. Cette horreur n’est pas seulement le fait de la deuxième République.
En ce jour de commémoration du 39ème anniversaire de notre parti, je voudrais, en signe d’hommage et de profond respect, vous inviter à garder une pensée pieuse en mémoire de tous les martyrs, victimes d’innommables barbaries. Combattantes et Combattants, On ne peut pas travestir l’histoire politique de ce pays. A chaque fois que nous en avons l’occasion, nous devons rappeler que l’UDPS est l’unique parti politique qui a souffert de martyr dans ce pays. Une génération marquée par l’adversité, l’oppression, les tueries, les tortures et les enlèvements.
A main nue et aux doigts levés en signe de victoire, nous avons combattu des régimes sanguinaires et résisté à la tentation de prendre les armes. Ne pas avoir versé du sang des Congolais pour accéder au pouvoir est pour nous à la fois une question de conviction, de patriotisme, d’honneur et de fierté.
Ainsi, nous avons la conscience tranquille devant Dieu et devant les hommes. Sauf mauvaise foi, nul ne peut nous contester la paternité de la prise de conscience démocratique des Congolais, de la liberté d’expression et du pluralisme syndical.
En tout état de cause, nous reconnaître cette qualité n’est pas un sacrilège, ni un compliment gratuit. C’est plutôt le juste retour des choses, car nous n’avons fait qu’assumer devant l’histoire ce qui est notre devoir de citoyens. Il faudrait bien lire les signes du temps.
Avec l’avènement de l’UDPS au pouvoir, les lignes géostratégiques en Afrique centrale ont bougé. Le paradigme a changé.
Ainsi, Il n’y aura plus dans ce pays de Simon Kimbangu une prise de pouvoir par les armes. Page 4 Combattantes et Combattants, La liberté ne s’octroie pas mais elle s’arrache. Nous avons obtenu la nôtre au prix fort de notre sacrifice consenti. Nous avons donc le devoir de parachever l’œuvre entamée afin de redonner le sourire et l’espoir aux millions de nos compatriotes qui ont cru en notre idéal de combat. Sans euphorie ni triomphalisme, le moment est venu pour que les choses changent dans ce pays, que nous puissions nous regarder dans les yeux et nous dire que ce combat en valait la peine.
Je dois vous avouer qu’à l’approche du quarantième anniversaire de l’UDPS, j’éprouve un sentiment d’urgence. L’urgence de se moderniser en tant que parti, de s’adapter aux nouvelles donnes et aussi d’aider les Congolais à goûter à une vie meilleure que celle de galère et de manque.
Car, manquer de tout dans la vie rend un peuple forcément insensible à sa propre souffrance et l’empêche d’envisager l’avenir avec sérénité. Autant l’UDPS a combattu pendant de longues années plusieurs formes de dictatures, autant aujourd’hui notre combat doit évoluer et s’orienter dans la recherche du bien-être au quotidien de notre peuple.
Combattantes et Combattants,
Je suis conscient que beaucoup restent encore à faire pour rencontrer vos préoccupations en rapport avec l’emploi. Je voudrais vous rassurer que cette question est au centre des préoccupations du Chef de l’Etat et que le futur gouvernement mettra tout en œuvre pour appliquer sa vision en la matière afin que les Congolaises et Congolais que vous êtes retrouvent le chemin du travail.
En même temps, le parti ne ménage et ne ménagera aucun effort pour faire le plaidoyer auprès du nouveau gouvernement. Il est important de souligner que la première expérience vécue avec nos ministres n’a pas été très concluante en termes d’emplois au sein des Cabinets.
L’UDPS étant un parti de masse, cette fois-ci, toutes les dispositions utiles et nécessaires seront prises afin d’éviter que cela ne se reproduise. Combattantes et Combattants, Notre parcours, les expériences vécues et les souffrances endurées tout au long de notre lutte ont représenté pour nous le chemin du calvaire. Il serait donc inconcevable et dommage qu’à cause de nos petites querelles intestines l’on perde ce pouvoir au terme de notre mandat. Voilà pourquoi chacun de nous, à quelque échelon qu’il soit, doit promouvoir au sein du parti des valeurs telles que la solidarité, l’amour, la tolérance et la paix sans lesquelles l’unité n’est pas possible.
Or, sans celle-ci, aucune victoire n’est envisageable. Combattantes et Combattants, Nous avons enfin le devoir pressant de célébrer aussi votre parcours héroïque.
En effet, c’est grâce à votre conscience politique aiguisée que nous avons remporté une grande victoire d’étape. Par votre héroïsme, vous avez sauvé ce pays de la dérive dictatoriale.
Vous faites la fierté de tout un peuple, même si la reconnaissance n’est pas toujours de ce monde.
Vous êtes le fer de lance d’une jeunesse aguerrie, politiquement et socialement éveillée.
A travers votre courage et votre opiniâtreté, vous rappelez au monde l’histoire de l’UDPS. Celle qui s’est écrite dans la douleur et les pleurs et qui a forgé le caractère des hommes et des femmes déterminés à changer leur destin, peu importe ce que ça coûte.
Cette histoire, c’est notre avantage qu’il faut savoir conserver.
C’est aussi notre héritage qu’il faut pouvoir perpétuer.
Tout n’est pas parfait, certes, mais il faut reconnaître le bénéfice du chemin parcouru, tout en gardant un œil vigilant.
Que vive pour l’Union pour la Démocratie et Progrès Social !
Que vive la mémoire de nos pères fondateurs !
Que vive la mémoire de nos martyres !
Je vous remercie.
Fait à Kinshasa, le 15 février 2021
Honorable Jean-Marc KABUND–A–KABUND
Président ai

 

Pin It

Statistiques

13912501
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
9190
27210
193469
13544526
696547
800476
13912501

Your IP: 54.36.149.44
2021-02-28 08:45

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg