Flash

*C’est depuis le début de l’année 2021 que les violons ne semblent plus s’accorder entre Samy Badibanga, 1er Vice-président du Sénat et Eric Rubuye, Questeur de cette même Chambre.

Ainsi, devant la presse, ce jeudi 7 janvier 2021, le Professeur Kaumba Lufunda, Rapporteur de la Chambre haute du parlement, a tenu à apporter plus de lumière sur ce qu’il qualifie des ‘’allégations’’ qui constituent ni plus, ni moins que des affabulations destinées à discréditer la Chambre haute du parlement en entretenant la psychose parmi ses membres et en cherchant à opposer les membres du Bureau les uns aux autres. D’après le professeur Kaumba, il n’y a eu ni corruption, encore moins un blanchiment d’argent impliquant son collègue Questeur du Sénat.

En effet, pour le Rapporteur du Sénat, formuler des allégations si graves contre le Questeur en lui attribuant des actes de corruption de Sénateurs et de déstabilisation contre le 1er Vice-président, c’est particulièrement inquiétant. «Ce qui est encore plus inquiétant, c’est la survenue des faits attentatoires aux droits et libertés de l’honorable Questeur. En effet, dans la soirée du mardi 05 décembre 2021, une escouade d’hommes porteurs d’armes de guerre et d’uniformes des forces de défense et de sécurité, ont tenté de l’enlever de sa résidence. Et comme si cela ne suffisait, des policiers sont venus retirer une partie de sa garde, pourtant régulièrement commise à sa protection. Ces hommes ne disposaient d’aucun mandat de Justice, mais prétendaient venir lutter contre la corruption et le blanchiment d’argent”, a fustigé le Prof Kaumba, devant la presse locale et internationale.

Ainsi, poursuivant ses propos, le Rapporteur du Sénat a annoncé que face à cette situation singulièrement préoccupante, son Bureau a saisi le Vice-Premier Ministre, Ministre de l’intérieur et sécurité, et le Ministre de la justice pour exprimer leur protestation et indignation, ainsi que leur demander de prendre les dispositions qui s’imposent afin de garantir au Questeur du Sénat la pleine jouissance de ses droits et libertés et le bénéfice des agents devant assurer correctement sa sécurité. Et ce, avant d’ajouter : ‘’ Alors que le Sénat s’apprête à convoquer une session extraordinaire pour répondre à la requête formulée par Son Excellence Monsieur le Président de la République, des appels anonymes sont adressés à certains Sénateurs soft pour les intimider soit pour leur proposer des fonctions gouvernementales et autres en récompense d’actes d’allégeance; ce ne sont pas des faits rassurants pour l’avenir de notre démocratie.

Avant de conclure son point de presse, le prof Kaumba a lancé un appel à la consolidation de la cohésion nationale au lieu et en place des guéguerres qui ne feront que déstabiliser le Bureau du Sénat ou la Chambre haute du parlement dans son ensemble. «Il ne nous reste, en ce moment, qu’à nous engager résolument dans la construction de notre pays, dans la consolidation de la cohésion nationale, dans la lutte contre la pauvreté, avec pour guides la Constitution, les lois et règlements de la République», a conclu le Rapporteur Kaumba Lufunda.

La Pros.

 

 

 

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO
Sénat
Troisième Législature
Le Rapporteur du Bureau
Point de presse du jeudi 07 janvier 2021.-
Mesdames et Messieurs de la presse,
Nous sommes à l’aube de l’année 2021 et il est de coutume qu’en pareille circonstance, il y ait des échanges des vœux. Je ne peux pas déroger à la coutume et je m’empresse donc de vous saluer et de vous adresser mes vœux les meilleurs pour l’année nouvelle, que je l’espère du fond de mon cœur, sera bien distincte de celle qui vient de s’achever. Puisse-t-elle nous apporter paix et bonheur dans notre pays, amour et fraternité dans nos familles, entente et concorde dans nos communautés.
C’est la force de l’espérance qui nous anime en ce moment et qui nous invite à scruter la marche de nos institutions pour que nous puissions nous ajuster sur un cap à la fois bon, juste et porteur de fruits délicieux.
Cependant, je ne peux cacher les préoccupations qui nous assaillent, lesquelles pourraient mettre à mal notre pays, si nous ne prenions garde. En effet, notre pays a connu une belle année 2019, dans la cohésion, la réconciliation et la foi en l’avenir, grâce à une passation civilisée et pacifique du pouvoir au sommet de l’Etat. Puis vint la sinistre année 2020, avec ses cortèges de malheurs, dont le COVID-19 ne fut pas des moindres.
Il y a eu des secousses dans toutes les institutions : des controverses au sujet de la nomination de quelques juges de la Cour constitutionnelle, la destitution du Bureau de l’Assemblée nationale, l’occupation du siège du Parlement par les forces de l’ordre, la contestation des certaines prérogatives du Gouvernement, et en passe.
Aujourd’hui, une coalition gouvernementale est en train de prendre fin et une autre est annoncée. Mais, au niveau de la Chambre haute, l’année 2021 semble démarrer sous le signe de la dispute.
Des démons provenant nous ne savons d’où, sont venus distiller le poison de la discorde en portant des allégations contre l’honorable Questeur du Sénat, sur qui ils aimeraient jeter l’opprobre d’une tentative d’éviction de l’Honorable ler Vice-président du Sénat. Un procès d’intention a été engagé et des faits pourtant normaux de paiement de tranches d’émoluments aux Sénateurs ont été montés en épingle pour justifier des accusations de corruption. L’argent dont question provient pourtant du trésor public et il a été versé au Sénat depuis le 30 décembre 2020.
Comme déjà précisé dans le communiqué de presse publié hier, tous les Sénateurs étalent au courant des modalités de paiement de cette première tranche de leurs émoluments, car ils les avaient régulièrement approuvées lors d’une séance plénière tenue en décembre 2020.
Mesdames et Messieurs ;
Formuler des allégations si graves contre l’honorable Questeur en lui attribuant des actes de corruption de Sénateurs et de déstabilisation contre l’honorable ler Vice-président, c’est particulièrement inquiétant. Ce qui est encore plus inquiétant, c’est la survenue des faits attentatoires aux droits et libertés de l’honorable Questeur.
En effet, dans la soirée du mardi 05 décembre 2021. Une escouade d’hommes porteurs d’armes de guerre et d’uniformes des forces de défense et de sécurité, ont tenté de l’enlever de sa résidence. Et comme si cela ne suffisait, des policiers sont venus retirer une partie de sa garde, pourtant régulièrement commise à sa protection. Ces hommes ne disposaient d’aucun mandat de Justice, mais prétendaient venir lutter contre la corruption et le blanchiment d’argent.
Face à cette situation singulièrement préoccupante, le Bureau vient de saisir le Vice-Premier Ministre, Ministre de l’intérieur et sécurité, et le Ministre de la justice pour leur exprimer notre protestation et notre indignation, ainsi que pour leur demander de prendre les dispositions qui s’imposent afin de garantir au Questeur du Sénat la pleine jouissance de ses droits et libertés et le bénéfice des agents devant assurer correctement sa sécurité.
Tout en nous gardant de pointer un doigt accusateur en direction de tel ou tel acteur politique, nous tenons cependant à rappeler que les procédures d’arrestation cavalière des élus du peuple, sont un ferment pour la déstabilisation des institutions et du limon pour la liquéfaction de la démocratie.
Alors que le Sénat s’apprête à convoquer une session extraordinaire pour répondre à la requête formulée par Son Excellence Monsieur le Président de la République, des appels anonymes sont adressés à certains Sénateurs soft pour les intimider soit pour leur proposer des fonctions gouvernementales et autres en récompense d’actes d’allégeance; ce ne sont pas des faits rassurants pour l’avenir de notre démocratie.
Nous ne Sommes pas encore sortis de l’auberge avec le processus de mise en place d’un nouveau bureau définitif au niveau de l’Assemblée nationale: et la Cour constitutionnelle peine à donner suite aux requêtes en interprétation introduites depuis novembre dernier: et déjà d’aucuns voudraient compléter le sinistre tableau par l’organisation des coups fourres au sein du Sénat. Notre histoire politique nous apprend que depuis 1960, ce genre de pratiques ne nous ont jamais porté bonheur, et qu’au contraire, elles ont toujours été la source de troubles sociaux et de guerres civiles. Tirons des leçons de l’histoire et mettons-nous à l’abri de tels désastres.
Notre désir à tous est de voir notre pays aller de l’avant, dans la paix et l’ordre, loin de l’arbitraire et de la brutalité. Point n’est donc besoin, pour tel ou tel Sénateur, de recourir à des méthodes cavalières pour assouvir des ambitions personnelles et se garantir des avantages moyennant la déstabilisation des institutions. Le Sénat dispose d’une série de mécanismes internes de gestion des antagonismes, et si besoin en était l’on pourrait même faire appel au Comité de conciliation et d’arbitrage pour rapprocher tel et tel autre membres de chambre haute ou de notre Bureau.
Mesdames et Messieurs ;
Il ne nous reste, en ce moment, qu’à nous engager résolument dans la construction de notre pays, dans la consolidation de la cohésion nationale, dans la lutte contre la pauvreté, avec pour guides la Constitution, les lois et règlements de la République.
Tout en renouvelant les veux déjà présentés, je garde une pensée pieuse à l’ endroit de tous ceux qui viennent de nous quitter, dont le sénateur honoraire Masudi, nos compatriotes de l’Est du pays, nos pilotes et autres membres de nos forces armées et de sécurité, ainsi que de nos familles.
Que Dieu protège et garde notre pays et ses dirigeants. Qu’il nous préserve des esprits malveillants et obscurantistes.
A vous tous ici présents et à tous les chevaliers des médias, nous souhaitons vivement une heureuse année 2021.
Fait à Kinshasa, le 07 janvier 2021.-
Professeur KAUMBA Lufunda

 

Pin It

Statistiques

12926281
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
16777
25757
69148
12643498
510803
776676
12926281

Your IP: 34.234.54.252
2021-01-19 14:17

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg