Flash

*Pourquoi Nouvel Elan et son leader, Adolphe Muzito, n’ont pas participé aux consultations de Félix Tshisekedi ? Quels sont les résultats possibles que Félix Tshisekedi, l’Udps et/ou le peuple peuvent-ils attendre de ces consultations ? Ce sont là les deux questions fondamentales que le leader de Nouvel Elan a soumis aux échanges qu’il a eus avec sa base de la Tshangu, dans la partie Est de Kinshasa, samedi 14 novembre 2020, dans ce qu’il a qualifié de dialogue vertical.

Pourquoi n’a-t-il pas répondu à l’appel du Président de la République à la classe politique ? A l’en croire, l’absence de l’invitation aux consultations qui, du reste, même si elle avait été envoyée, il n’y aurait toujours pas répondu favorablement, pour des multiples raisons. Pour lui, en effet, le Chef de l’Etat est partie prenante de la crise actuelle. Par conséquent, la solution avec lui doit se faire dans un cadre neutre, avant d’aller vers les élections anticipées. «Mais nous voulons nous mettre d’accord sur les réformes institutionnelles préalables à ces élections’’, souligne-t-il. Avant d’exiger qu’on mette en place une structure paritaire où des discussions consensuelles devront se faire pour des réformes en rapport avec la CENI, la Cour constitutionnelle, la loi électorale pour que sur cette base-là, ‘‘nous puissions aller aux élections que nous souhaitons anticiper. Mais, dans la pratique, on verra si les réformes pourront prendre beaucoup plus de temps. Il faut des fonds pour organiser les élections. C’est cela qui va déterminer la date’’, martèle le leader de Nouvel Elan. Plus loin dans son intervention devant sa base de la Tshangu, Adolphe Muzito décrit les 5 scénarii possibles qui vont découler des travaux des consultations initiées par Félix Tshisekedi. Ci-après, le condensé de la position du Leader de Nouvel Elan et de sa base de la Tshangu.
Position du leader de Nouvel Elan, Adolphe Muzito et de sa base militante de Tshangu ressortie du dialogue vertical du 14 novembre 2020 de Kinshasa/Tshangu à Efobank
Il s’est tenu le samedi, 14 Novembre 2020, un dialogue vertical entre le leader de Nouvel Elan, A. MUZITO et la population de TSHANGU.
Le leader de Nouvel Elan, A. MUZITO a soumis aux échanges quelques pistes de réflexion sur la crise congolaise en général et les consultations organisées par Mr F. TSHISEKEDI.
Mr A. MUZITO a subdivisé le thème en discussions en deux points :
I. Pourquoi Nouvel Elan et son leader, A. MUZITO n’ont pas participé aux consultations de Mr F. TSHISEKEDI ?
II. Quels sont les résultats possibles que Mr F. TSHISEKEDI, l’UDPS et/ou le peuple peuvent-ils attendre des consultations de Mr F. TSHISEKEDI ?
I. Pourquoi Nouvel Elan et son leader, A. MUZITO n’ont pas participé aux consultations de Mr F. TSHISEKEDI ?
Le leader de Nouvel Elan, A. MUZITO a donné comme raisons :
- L’absence de l’invitation aux consultations de Mr F. TSHISEKEDI., qui du reste même si elle avait été envoyée, il ne serait toujours pas parti, pour d’autres raisons ci-dessous.
- Du fait de sa posture de Chef de l’Etat, Mr F. TSHISEKEDI ne peut qu’écouter et décider. Or, il est partie prenante comme les autres (Dans le cas d’espèce, LAMUKA) avec qui il est censé traiter sur le même pied d’égalité mais par le bias de sa coalition CACH et cela, autour d’un médiateur neutre.
- Mr F. TSHISEKEDI pose mal le problème de la crise qu’il réduit à la divergence de vues entre lui (CACH) et son partenaire J. KABILA (FCC), sur l’accord qui les lie. Ainsi, il débouche sur une fausse thérapie qui vise à créer une nouvelle alliance ou une nouvelle majorité appelée « Union sacrée » en remplacement à la première, qui lui permettrait de mieux gouverner.
Alors que pour Nouvel Elan/Lamuka, cette crise n’est que la conséquence d’une crise plus profonde qui les oppose au peuple, qui est celle de l’illégitimité et de l’illégalité de l’ordre institutionnel qu’ils ont mis en place, à savoir un président de la République, sans majorité parlementaire et sans fonctions régaliennes dont la défense et la justice, donc incapables d’assumer son mandat, de réaliser son programme et de donner des résultats socio-économiques au peuple.
II. Quels sont les résultats possibles que Mr F. TSHISEKEDI, l’UDPS et/ou le peuple peuvent attendre des consultations de Mr F. TSHISEKEDI?
Ici, le leader de Nouvel Elan en discussions avec sa base militante de TSHANGU a envisagé cinq scénarii possibles qui pourraient déboucher comme résultats des consultations de Mr F. TSHSEKEDI.
1. 1er Scénario
Ici, Mr F. TSHISEKEDI échoue dans le recrutement de nouveaux députés en vue de former une nouvelle majorité parlementaire et donc de conclure un nouvel accord parce qu’il n’aura pas réussi à mobiliser suffisamment des députés en faveur de son Union sacrée. Il se verrait dans l’obligation de rentrer auprès de KABILA pour continuer leur accord, sans perspectives d’une quelconque réforme institutionnelle. Ce scénario affaiblira davantage Mr F. TSHISEKEDI et réduira davantage sa capacité de réaliser sa vision.
Il n’y aura d’issue ni pour lui-même, ni pour le pays.
2. 2e Scénario
Mr F. TSHISEKEDI réussit à recruter quelques députés, à augmenter son poids au sein de l’Assemblée nationale ainsi que son quota au sein de la coalition FCC-CACH mais n’arrive ni à avoir une majorité parlementaire ni à avoir le contrôle de ses fonctions régaliennes, dont la Défense et la Justice ainsi que la gestion des Finances et des Mines.
Dans ce cas de figure encore une fois, Mr F. TSHISEKEDI ne pourra pas matérialiser son programme économique et social.
La crise dans le pays ne trouvera pas un début de solution.
3. 3e Scénario
Mr F. TSHISEKEDI réussit à requalifier la majorité parlementaire, en obtenant l’adhésion à son union sacrée, de quelques députés du FCC et/ou de LAMUKA, en considérant que Mr Kabila se laisserait faire ou serait prêt à renoncer à leur alliance. Or, Kabila tient tellement à Mr TSHISEKEDI et à l’accord de coalition pour gouverner ensemble alors qu’il n’avait pas besoin de ce dernier pour former la majorité parlementaire. Sa stratégie consisterait à faire porter à Mr F. TSHISEKEDI, la responsabilité du bilan négatif de la législature lors de la prochaine présidentielle.
D'autre part, la requalification de la majorité parlementaire devrait passer nécessairement par une démission du Premier Ministre, qui est du FCC, à moins que Mr TSHISEKEDI ne puisse décider d’opérer un coup de force ou de faire tomber le gouvernement à la suite du vote de la motion de censure par la nouvelle majorité parlementaire de fait qu’il aurait constituée. La démission du Premier Ministre est le seul acte qui peut donner l’opportunité à Mr F. TSHISEKEDI de désigner un informateur, qui pourrait identifier la supposée nouvelle majorité.
Cette option ne va pas non plus résoudre la crise puisque les débauchés resteraient toujours manipulables et capables à tout moment, de revenir sur leur décision.
Aussi Mr F. TSHISEKEDI aura du mal à rivaliser avec KABILA sur le terrain du débauchage des députés en termes d’expérience en la matière et de la disposition des moyens financiers.
4. 4e Scénario
Mr F. TSHISEKEDI lève l’option de dissoudre l’Assemblée Nationale par un coup de force, puisque du point de vue constitutionnel, une ordonnance de dissolution de l’Assemblée Nationale est soumise à un contreseing du Premier Ministre qui est du FCC.
Cette option présente les inconvénients suivants :
• Les élections anticipées ne concerneront que les législatives et non la présidentielle, pourtant l’institution Président de la République est aussi concernée par la crise de légitimité.
• La difficulté voire impossibilité d’organiser les élections législatives dans les soixante jours, d’où une situation d’inconstitutionnalité.
• A défaut d’organiser les élections dans les soixante jours, nous entrerons dans une période d’exception où le Président pourrait s’approprier les compétences du Parlement avec risque d’une dérive dictatoriale.
• Au cas où les législatives étaient organisées dans les soixante jours, il n’y a pas de garanties que Mr F. TSHISEKEDI gagnerait par les urnes, une majorité parlementaire, pour rentrer dans une situation normale, d’un Président de la République, disposant d’une majorité parlementaire et de ses fonctions régaliennes.
5. 5e Scénario
Dans ce scénario, toutes les parties prenantes à la crise congolaise dégageraient un consensus autour des réformes structurelles comme préalables aux élections générales anticipées ( Voir Plan de sortie de crise du Président élu Martin FAYULU).
Cette option a l’avantage de mettre fin à l’illégitimité et à une alliance contre-nature qui a mis à la tête du pays, un monstre institutionnel, à savoir un Président de la République sans majorité parlementaire et sans maitrise des fonctions régaliennes.
Les échanges entre la population et le leader de Nouvel Elan/LAMUKA ont duré deux heures.
Commencé à 13h00, le Dialogue vertical du 14 Novembre 2020 s’est terminé à 15h00.
Fait à Kinshasa, le 15 Novembre 2020
POUR LE LEADER DE NOUVEL ELAN/LAMUKA, Adolphe MUZITO
Me Steve KIVWATA
Secrétaire Général

Pin It

Statistiques

11599213
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
14044
24889
196333
11202085
805629
833699
11599213

Your IP: 66.249.66.82
2020-11-29 12:47

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg