Flash

*Incompris, parfois vilipendé et accusé à tort, le groupe de 13 personnalités a su garder son sang-froid, en privilégiant sa démarche patriotique afin de trouver un large consensus sur les questions des réformes électorales visant à fournir des éléments de solution pour éviter au pays de rééditerles cycles de violences récurrentes consécutives aux contestations et aux revendicationsélectorales.

En effet, hier, lundi 28 septembre 2020, à Kinshasa, devant la presse locale et internationale, le groupe de 13 personnalités a publié officiellement sa feuille de route indicative, résultat d’étapes dans la marche vers les réformes et la garantie de paix, la concorde et la cohésion nationales avant, pendant et après les joutes électorales de 2023.

Dans ce rapport, l’équipe Sessanga, Lubaya,Muyaya, Lokondo, Mukoko Samba, Munubo et Cie, reste convaincue qu’en réglant les questions clivantes liéesau processus électoral, le Président de la République et son Gouvernement pourront dans lasérénité se consacrer aux défis de la paix et dudéveloppement du pays. Ce, dans cetteperspective que le G13 a tenu à rendre public une feuille de route indicative pour mettre à profit les 1201 jours qui séparent le 15 Septembre 2020 au 30 Décembre 2023.

Tous pour un Consensus
Pour le G13, leur démarche s’inscrit dans l’optique d’éviter au pays le plus grand danger demain. «Nous avons pris les parties de ne pas nier la réalité de reconnaître la grande crise que court le pays sur la question électorale. La division qui traverse la classe politique, le gouvernement, la coalition au pouvoir, l’opposition ainsi que les forces vives de la société civile et que dès le seuil nous ne prenons pas les mesures de pouvoir rapprocher les positions, construire le consensus, nous n’éviterons pas le plus grand danger demain», a affirméDellySessanga, l’un des membres dugroupe. Celui-ci, a passé en revuepresque toutes les rencontres tenues avec les leaders politiques et la société civile pour mener à bon escient cette série de consultations avant le grand pas.

Objectifs essentiels
Dans leur démarche, le G13 poursuit cinq objectifs essentiels. Primo, construire un système électoral réellement démocratique, stable, reposant sur des règles essentielles susceptibles de rassurer tous les acteurs. Secundo, amener le pays tout entier et l’ensemble des parties prenantes à un consensus sur les questions électorales majeures qui font l’objet de profondes divisions. Tertio, rationnaliser la décentralisation, en la rendant plus compatible avec les moyens de l’Etat pour garantir la tenue des élections locales et urbaines qui n’ont pas eu lieu depuis 2006. Quarto, garantir la tenue effective des élections démocratiques, crédibles et apaisées en 2023, dans le respect de la Constitution et des lois de la République et quinto, assurer plus de représentativité et une meilleure adhésion populaire à l’action des institutions par l’adoption d’un mode de scrutin plus simple et compréhensible par la population. «Le rapport de ces consultations et les propositions de lois y afférentes constituent une synthèse des consultations bilatérales menées», renchérit le G 13.

Nouveaux animateurs de la CENI
Prenant la parole, le Professeur Jacques Djoli a laissé entendre qu’il faut effectivement, prendre sérieusement en charge la gestion du temps. « Les 1101 jours sont en train de passer et nous espérons que le calendrier des travaux parlementaires de cette session qui va commencer, va prendre en compte, avec le concours de tous, avec le patriotisme de tous, parce qu’il ne faut pas que les élections ou le temps électoral soit un temps de tiraillement, mais plutôt un temps de communion, pour que nous puissions avoir des institutions qui ont vraiment l’onction de notre peuple », renseigne-t-il. Et de renchérir : ‘’A partir du 15 septembre jusqu’à la fin du mois d’octobre, nous devons être capables de régler le cadre programmatique des élections… Nous devons vider la question de la mise en place des animateurs de la Commission électorale nationale indépendante’’.

A noter qu’après plus d’un mois de travail, le Groupe de 13 personnalités, signataires de l’appel du 11 juillet en faveur d’un consensus surles réformes électorales, avait remis les conclusions des consultations à Félix Tshisekedi. Ces personnalités ont également initié une proposition de loi modifiant et complétant la loi n°06/006 du 9 mars 2006, telle que modifiée par la loi n°11/003 du 25 juin 2011 portant organisation des élections présidentielle, législatives, provinciales, urbaines, municipales et locales. Laquelle loi a été déposée à l’Assemblée nationale, espérant qu’elle va être examinée en marge de la présente session parlementaire. Dans cette dernière, ce groupe propose la reconfigurationdu cadre organique de la CENI limitant l’autorité du Président de la CENI par une meilleure répartition de charges avec les autres membres du Bureau aux fins de faire prévaloir la collégialité, le retour au second tour de l’élection présidentielle, la création, par une loi des finances, un compte d’affectation spéciale «financement des élections»,devant recevoir les quotités annuelles du plan de financement pluriannuel de la CENI, le soldedu compte spécial devant être reporté automatiquement sur l’année suivante.

Merdi Bosengele

 

Pin It

Statistiques

10491531
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
12984
27361
66157
10237135
531646
852369
10491531

Your IP: 35.172.236.135
2020-10-20 11:47

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg