Flash

Ses avocats sont plus que jamais déterminés à prouver ‘’son innocence’’ et promettent d’aller en appel devant la Cour de Cassation, siégeant en Chambre de Conseil au second degré, pour tenter de faire libérer provisoirement leur client qui serait malade au centre pénitentiaire de Makala.

Vital Kamerhe, c’est de lui qu’il s’agit, depuis sa cellule, a vu sa demande de liberté provisoire lui être refusée pour la énième fois. Ses avocats estiment que ce refus à la Cour d'appel siégeant au premier degré n'est pas basé sur "la Constitution et les lois de la République". Ce faisant, Me Jean-Marie Kabengela annonce que son client "ira en appel devant la Cour de cassation siégeant en chambre du conseil au second degré".

La demande de liberté provisoire du Directeur du Cabinet du Chef de l'Etat, Félix Tshisekedi, a été rejetée pour une nouvelle fois hier, lundi 27 juillet, par la Cour d'appel de Kinshasa/Gombe siégeant en chambre de conseil. C’est par la suite de la dégradation de la santé’’ de Vital Kamerhe que ses avocats avaient formulé, pour une prise en charge médicale appropriée, une demande légale de liberté provisoire en faveur de leur client. Hélas ! Les juges n’ont pas pu accéder à cette requête. Pendant ce temps-là, le Président national de l’UNC continue à attendre son procès en appel renvoyé au vendredi 7 août 2020. Dans le procès dit de ‘’100 jours’’, le Directeur de Cabinet de Félix Tshisekedi avait écopé de 20 ans des travaux forcés pour détournement des deniers publics dans le programme d'urgence de 100 jours dans son volet du projet des maisons préfabriquées. Il a été condamné avec M. Samih Jammal, Responsable de l’entreprise SAMIBO.

Kamerhe et ses visites politico-religieuses
Alors que son procès en appel se fait attendre, les responsables politico-religieuses ne cessent de défiler à Makala pour rendre visite à celui que d’aucuns qualifient comme le détenu le plus célèbre du moment. Que cachent ces visites ? Mystère. Après l’entrevue surprenante avec l’Abbé Donatien Nshole, secrétaire général de la CENCO, survenue vendredi dernier, Néhémie Mwilanya et Norbert Basengezi, tous deux membres et cadres du Front Commun pour le Congo (FCC), plateforme de Joseph Kabila, ont rendu visite à leur frère du Sud-Kivu. D’après les visiteurs, ces déplacements sont inscrits dans le cadre du réconfort, de compassion à un citoyen qui traverse des moments difficiles de sa vie. Alors que les réactions fusent de partout, certains pensent que la condamnation de Kamerhe est politique, alors que d’autres sont d’avis qu’elle est une condamnation qui reflète l’instauration d’un Etat de droit que tente d’installer Félix Tshisekedi depuis son accession au pouvoir.

La Pros.

Pin It

Statistiques

8399837
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
15249
32838
203207
7970533
230879
979134
8399837

Your IP: 35.172.233.2
2020-08-08 10:39

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg