Flash

«La réforme judiciaire débattue au parlement et les discussions à la Céni de la désignation du nouveau président aux antipodes de leçons de sagesse censées être tirées des expériences des déboires passés.

Et, pourtant, l'intérêt général de la patrie et du peuple commande et en appelle au triomphe de la sagesse au parlement qui conduirait au retrait des propositions des lois querellées et aux manifestants de s'abstenir des actes de violence et de vandalisme», déclare, dans un communiqué, François-Xavier Beltchika Kalubye, le Président National de CDPS, Congrès des Démocrates pour le Progrès Social, Parti politique, Ambassadeur Honoraire et Président du Bureau Exécutif de CoPR, Coalition des Patriotes pour la République, Plateforme politique.

Spectacle…
Le spectacle politique que la classe politique congolaise en général ne cesse d'offrir au monde - tant au plan national qu'international - , est celui des individus perpétuellement préoccupés, et focalisés sur le comment exploiter leur posture factuelle au pouvoir pour asseoir et protéger leurs intérêts personnels et partisans, même, et surtout, au mépris de l'intérêt général, de la patrie et du peuple.
Ce faisant, ils se bercent dans l'ivresse de l'illusion de succès momentanés. Ils banalisent et ignorent les dynamiques de temps et de l'évolution historique qui feront d'eux, demain, des victimes de la même arme, cette fois - ci, dans la posture des vaincus.
Alors qu'une solution priorisant l'intérêt général assurerait, indifféremment la protection à tous, quelle que soit, par ailleurs, la fluctuation de leur posture politique ; classe politique au pouvoir ou à l'opposition.
Une telle solution présente le gage de stabilité et de pérennité des institutions. C'est aussi le gage de la paix et du cadre propice au développement économique et social dont la République et le peuple ont grandement besoin pour espérer améliorer, un tant soit peu, leur condition générale de vie.
Péché ?

Par contre, la réforme judiciaire préconisée actuellement au parlement pêche en la matière. Elle énerve fortement l'équilibre des pouvoirs entre institutions, en l'occurrence, le pouvoir judiciaire, pourtant, garantie par la constitution. Et, au sein du pouvoir Exécutif, elle restreint et affaibli le pouvoir du Président de la République et renforce celui du parlement, via le Ministre de la Justice. - Parti politique "majoritaire"-.
Elle met en cause l’indépendance du pouvoir judiciaire, et permet son instrumentalisation par le gouvernement, par voies d'injonctions " positives ", au parquet, du Ministre de la justice.

Danger en perspective
Le peuple qui a senti venir le danger de la remise en question de certains acquis de ses sacrifices de la lutte pour la démocratie garantie par l'équilibre des pouvoirs : législatifs, exécutifs et judiciaires dans l'avènement d'un État de droit, exprime son rejet et son opposition sans appel de cette réforme. Il en réclame son retrait pur et simple.
Le CDPS, Congrès des Démocrates pour le Progrès Social, parti politique, et la CoPR: Coalition des Patriotes pour la République, Plateforme politique, exhortons la classe politique congolaise dans son ensemble, de privilégier en toute circonstance, dans l'abord des questions de politique nationale, des solutions dont la principale caractéristique est, et, restera la protection de l'intérêt général par rapport à celui particulier et ou partisan, qui débouchent sur des solutions stables dans la durée et de consolidation de la paix sociétale nécessaire au développement du pays et à la cohésion nationale.

CENI, facture salée
Dans le même esprit, le choix et la désignation du Président de la CENI à obéir au référentiel critérium de l'intérêt général pour éviter au pays la réédition des cycles des insuffisances et déboires électoraux dont le pays continue à payer la facture.
‘’Au CDPS et à la CoPR, nous comprenons la colère légitime du peuple qui connait la faiblesse de ses " représentants, -facilement instrumentalisables - ils tiennent à sauvegarder les acquis de leur lutte, en sonnant l'alerte et en exigeant le retrait de la proposition de loi.Nous comprenons tout aussi les manifestations pacifiques organisées pour l'aboutissement de la cause et la soutenons. C'est du reste, un mode d'expression des libertés garantie par la constitution de la République.

Nous exhortons le peuple à user de son droit constitutionnel, de manifester pacifiquement et à s'abstenir de tout acte de violence sur des personnes et de vandalisme sur des biens publics et privés’’, soutient-il.
Autant l'acte de manifestations pacifiques est noble, digne et élève les manifestants, autant il perd son éclat de noblesse, terni l'action et porte l'opprobre sur les manifestants, lorsqu'il est accompagné de violences et d'actes de vandalisme.
Et, pourtant, ‘’l'intérêt général de la patrie et du peuple commande et en appelle au triomphe de la sagesse au parlement qui conduirait au retrait des propositions des lois querellées et aux manifestants de s'abstenir des actes de violence et de vandalisme’’, conclut-il.

LPM

Pin It

Statistiques

7489197
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
27732
32307
162438
7092551
299373
932920
7489197

Your IP: 34.204.191.145
2020-07-09 21:40

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg