Flash

D’aucuns n’ignorent combien est convoitée la chaise de la présidence de la Commission Electorale Nationale Indépendante, CENI en sigle. Et, c’est dans un clivage où les enjeux sont bouillants, doublé des étincelles autour de la désignation du conducteur de cette institution d’appui à la démocratie, que Jean-Bonheur Kongolo Pande confirme ses ambitions à la succession de Corneille Nangaa au poste de Président de la Céni.

Il est Expert en question des Droits de l’homme - en démocratie – et en renforcement des capacités de développement et membre ayant œuvré dans plus de deux mandats à la CENI ; avec en appoint un parcours international sur les questions électorales. Il ne s’empêche pas de fustiger la non- transparence du système de désignation dont usent les confessions religieuses pour combler la vacance du poste. Par ailleurs, il rappelle les aspects liés à la compétence et à l’harmonie politique dont il est judicieux de tenir compte, pour mener à bon port le navire CENI – à la satisfaction du peuple congolais qui est le souverain primaire. Le challenge étant de taille, il est important de se souvenir qu’au-delà d’organiser les élections, la CENI, en sa qualité d’Institution d’appui à la démocratie, a la mission de domestiquer les valeurs démocratiques dans le chef de l’ensemble de la population. Une mission qu’il est prêt à accomplir, en misant sur les outils et ressources qu’il a accumulés dans son parcours tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays durant ces deux dernières décennies afin de servir la nation congolaise et son peuple.

Enjeux de l’heure
Actuellement, la Commission Electorale Nationale Indépendante – CENI en acronyme – se trouve dans une vague d’étincelles et de tractations. Dans la mesure où, alors qu’une équipe est fin mandat, le candidat ayant été désigné fait l’objet de plusieurs pressions de contestations – ayant été un acteur majeur dans le système sortant qui, du reste, est frappé par plusieurs reproches et attributions d’irrégularités de la part d’une bonne frange de la population et des acteurs politiques. Ainsi, sur Ronsard Malonda, une forte méfiance s’installe – malgré la pertinence de son expérience et de ses compétences techniques, pour avoir été Secrétaire exécutif national sous le mandat de Corneille Nangaa.
Tenant compte de cet aspect des choses, l’ensemble de la société civile, de laquelle doit sortir le prochain commandant des opérations de la CENI, devra favoriser l’harmonie politique en vue de mettre en posture de confiance les trois bénéficiaires de la mission électorale de la CENI, à savoir : les électeurs, les acteurs politiques ainsi que les partenaires internes et externes de la République.

Et dans tout cela, il faudrait garder en gros plan les défis pratiques que rencontre cette institution d’appui à la démocratie, rappelle Jean-Bonheur Kongolo, parmi lesquelles les 3 grands sont la fiabilisation du fichier électoral – le raffinement de la cartographie électorale – et la mobilisation des fonds pour la tenue des élections auprès des partenaires tant internes qu’externes. 3 grands défis qu’il se dit prêt et apte à relever en vue de toutes ses compétences de formation et de carrière, et en s’appuyant sur ses connexions tant sur le plan interne qu’externe pour la mobilisation des fonds en vue de la tenue du cycle complet des élections.

Mission de la CENI
La CENI a une double mission afin de promouvoir la démocratie notamment, l’organisation des élections et la domestication des valeurs démocratiques dans le chef de la population. Une telle mission exige donc une grande minutie dans le choix de celui qui doit présider aux destinées de l’institution. Sa moralité, son cursus, son témoignage, ses compétences, ses valeurs profondes, sont des éléments majeurs dans le critérium de cette désignation. Car il s’agit, certes, d’un individu, mais sa valeur intrinsèque est déterminante pour la destinée de la nation, vu la portée stratégique de l’institution qu’il doit présider.

D’où, le besoin également d’une grande transparence au niveau de l’ensemble du processus de sélection de la part des confessions religieuses afin de mettre au service de la nation, les meilleures flèches de leur carquois. Ainsi, depuis le tri des candidatures jusqu’aux dernières tractations de désignation, le processus peut être retracée en toute clarté et transparence.

Horizons tracés
Organiser les élections en RDC dans son cycle complet est l’une des promesses que Jean-Bonheur Kongolo adresse, ayant déjà mis sur pieds tout un schéma technique à la réalisation de cette visée. Car qui dit CENI et élections, ne doit pas simplement faire allusions aux échéances présidentielles – nationales – et provinciales. Il est temps de songer convenable à la réalisation du cycle électoral complet en matérialisant la tenue des élections municipales et locales.
Et, la restructuration de la CENI est au rendez-vous de ses objectifs avec la lutte de toute forme de partialité de l’institution, l’amélioration de la dimension technique et de la politique de direction de l’appareil.
Tout en œuvrant à la mise en harmonie de la coalition des partenaires internes et externes de la CENI afin de servir convenablement le Congo et les Congolais.

Zoom sur l’homme
Avec ses nombreuses années d’expérience professionnelle notamment, en expatriation ainsi que dans les domaines d’appui au programme de cycle électoral et du renforcement institutionnel et organisationnel des Institutions Publiques et celle de la société civile au Congo R.D, à la République Centrafricaine, au Tchad, au Kenya, en Corée du Sud, en Tanzanie, au Soudan, en Norvège, en Suède et aux USA, cet acteur de la Société civile promet.

Cet expert de l’Ambassade de Suède en matière de gouvernance démocratique, des droits de l’Homme ainsi que dans le secteur des réformes de la justice, siège concomitamment dans le groupe inter bailleurs d’appui à la société civile à l’Union Européen, au groupe des bailleurs pour l’appui aux élections en RDC avec le PNUD/PACEC et au comité de pilotage de la réforme de la décentralisation. En outre, il est engagé avec ONU-Femme dans le développement du programme national pour la participation des femmes aux institutions de prise des décisions.

Chrétien Catholique avec un parcours exceptionnel au mouvement Œcuménique au Vatican à Rome et à Genève, au siège de la World Council of Churches (WCC), Jean-Bonheur Kongolo Pande est, tour à tour, détenteur d’un Master en résolution de conflits armés à l’Université de Nairobi au Kenya, porteur d’un haut diplôme en œcuménique de l’Université de Genève/Institute de Bossey et gradué en Communication au Collège de la Conférence des Eglises de Toute l’Afrique (CETA).

La Pros.

 

Pin It

Statistiques

7445372
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
16214
33475
118613
7092551
255548
932920
7445372

Your IP: 35.175.133.127
2020-07-08 11:01

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg