Flash

BAN2

 

Ce mercredi 17 juin 2020, par suite des tractations au sein du groupe de 8 confessions religieuses pour désigner le nouveau Président de la Commission Electorale Nationale Indépendante, les Groupes parlementaires de l’Opposition, MS-G7, AMK & Alliés et MLC-A.D.N ont rendu public une déclaration adressée au Bureau de l’Assemblée nationale, aux confessions religieuses, à la classe politique ainsi qu’à la société civile concernant les réformes du système électoral.

Les groupes de l’opposition parlementaires MS-G7, AMK et Alliés et MLC-ADN dénoncent le processus de désignation des animateurs du bureau de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). Ils excluent de reconduire « les mêmes personnes ayant participé à l'organisation et la gestion des processus électoraux chaotique dans notre pays. De même pour les personnes qui se sont portées candidats aux tractations organisées irrégulièrement par les confessions religieuses qui, selon eux, ne peuvent plus postuler à la CENI et ce d’autant plus que le consensus n'a pas été dégagé sur une personne», ont-ils fait savoir. A les en croire, ils sont engagés à lutter de toutes leurs forces pour l'organisation des meilleurs élections 2023 et demandent au peuple Congolais dont ils sont l'émanation de se joindre à eux. 

Dans cette déclaration lue par Grégoire Kiro, élu de Beni et membre de l’AMK-A, RCD-KML, les groupes parlementaires de l’Opposition rappellent au bureau de l’Assemblée nationale que depuis la CEI, la désignation des membres de la CENI a toujours été précédée par l’examen du rapport du dernier cycle électoral et l’ajustement du cadre organique des élections. Comme pour dire que l’examen du rapport de gestion de la CENI et de la proposition de loi pré-rappelés sont des préalables incontournables à toute désignation de la nouvelle équipe dirigeante de la CENI, « car il est absolument exclu de continuer avec le même cadre institutionnel et de reconduire les mêmes méthodes de gestion des élections qui ont conduit chaque fois au chaos et condamné par l’écrasante majorité des Congolais», disent-ils.

En gros, ils considèrent qu’il ne peut plus « être question de permettre à la majorité au pouvoir d’user, une fois de plus, du même mode opératoire que dans le passé pour imposer le président et les membres de la CENI de son choix, ce qui lui permettra de réaliser, comme à son habitude, un énième hold-up électoral en 2023». Pour eux, la désignation des membres de la CENI n’est raisonnablement possible qu’après sa réforme. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, disent-ils, «on ne peut pas espérer mieux organiser les prochains scrutins qu’avec un cadre institutionnel amélioré». Ils demandent également au bureau de l’Assemblée nationale de s’abstenir de tout un passage en force et de la tricherie pour imposer le schéma de la majorité au pouvoir comme par le passé, en profitant du fait que l’attention du Peuple est focalisée pour le moment sur la lutte contre la pandémie de covid-19, et ce, avant de convier les confessions religieuses de garder l’Eglise au milieu du village et de ne pas tomber dans le piège de l’immoralité, du tribalisme, de la partialité et de l’inféodation aux intérêts des mouvances politiques qui se sont approprié la RDC et caporalisé son Peuple depuis de décennies.

Merdi Bosengele

Pin It

Statistiques

24969795
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
2769
21957
47513
24766587
78347
682697
24969795

Your IP: 66.249.64.241
2022-10-04 03:06

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg