Dernières publications

Flash

*La phase tant attendue dans le procès mettant en accusation Vital Kamerhe, Sammih Jammal et Jeannot Muhima est certainement arrivée.

L’audience reprend ce jeudi 11 juin à la prison centrale de Makala. Il y a de cela une semaine, les témoins et Renseignants invités par le tribunal de grande instance de Kinshasa/Gombe avaient tous comparu, marquant ainsi la fin de l’instruction, pour céder la place à la phase des plaidoiries.
En effet, les us et coutumes de cette phase majeure de l’instance veulent que les avocats de la partie civile présentent en premier leurs moyens en fait comme en droit, puis c’est le tour des avocats de la partie prévenue de répliquer par les moyens de défense en leur possession.

L’on doit s’attendre à un véritable combat des gladiateurs entre les avocats de deux parties au procès qui tiennent, mordicus, à se neutraliser à travers des arguments bien solides devant le juge du tribunal de céans.
D’une part, ce sont les avocats de la partie civile qui tiennent à défendre jusqu’au bout les intérêts de la République, et placer derrière les barreaux les auteurs des détournements des fonds de l’Etat alloués dans l’achat et la construction de 1.500 maisons préfabriquées.

D’autre part, les avocats de la défense qui, jusque-là, n’ayant pas encore été informés, même une seule fois, d’une quelconque preuve desdits détournements, attendent des pieds fermes cet instant pour démontrer devant le tribunal l’innocence de leurs clients.

Zoom sur l’audience du 4 juin dernier…
Pendant la phase consacrée à l’audition des témoins, le climat d’un règlement de comptes a plané entre les membres du cabinet du Chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi. Ce procès incluant le dircab empêché du Chef de l’Etat semble mettre à nu les différends qui existent entre les collaborateurs de Félix Tshisekedi au sein de son Cabinet.

Tenez ! L’intervention foudroyante du conseiller principal du Chef de l’Etat chargé de l’économie et des finances, Marcelin Bilomba, semblait confirmer cette prétention. Ce dernier s’est montré particulièrement virulent à l’encontre de Vital Kamerhe, s’attaquant directement à sa ligne de défense, faisant même usage des arguments « extra causam » de le charger davantage. «Il y a eu détournement intellectuel dans le programme de 100 jours. On utilise abusivement le nom du chef de l’Etat, et je ne suis pas d’accord avec cela», a-t-il affirmé lors de son audition, jeudi dernier.

La population congolaise s’immobilise dans les quatre coins du pays, devant leurs postes récepteurs depuis l’ouverture de cette affaire qui place sur le banc des accusés le directeur de cabinet de Félix Tshisekedi et deux autres prévenus, à laquelle elle veut tirer au clair le contour réel de ces différents détournements.

La Pros.

 

Pin It

Statistiques

10683513
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
17424
25154
67673
10425374
723628
852369
10683513

Your IP: 34.236.245.255
2020-10-27 15:52

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg