Flash

*Bokumwana Maposo Elysé, élu de Bongandanga, plus précisément à la Mongala, l’une des excroissances de l’Equateur aujourd’hui démembré, félicite Tunda ya Kasende, le VPM de la Justice et Garde des Sceaux, pour avoir arraché du gouvernement le quitus du Conseil des Ministres en vue de s’engager dans la lutte impitoyable contre les cybercriminels œuvrant notamment, sur des réseaux sociaux ainsi que sur d’autres supports de communication modernes pour diffuser des informations déformées ou falsifiées qui ternissent l’image de la RD. Congo.

En sa qualité de Coordonnateur Adjoint des Forces Politiques Alliées de l’UDPS, Elysé Bokumwana salue, particulièrement, la perspicacité du VPM Tunda qui, dans un communiqué officiel, a annoncé hier qu’il a instruit le Parquet d’activer les mécanismes répressifs de la justice pour traquer les cybercriminels. 

D’ores et déjà, il a annoncé qu’un des spécialistes en matière de diabolisation sur des réseaux sociaux est tombé dans les filets des vaillants éléments de la Police nationale congolaise. En effet, après quelques temps de cavale, Dikita Lusa Dieudonné alias Makuba Kuba, un champion en cybercriminalité et initiateur de fausses et fictives informations qui citaient notamment, Laurent Batumona commel’un des conspirateurs d’un prétendu coup d’Etat qui devrait s’opérer à Kinshasa, est arrêté à Kinshasa.

Après son audition au Parquet de Kalamu, il a été placé sous le contrôle d’un geôlier à Makala, en attentant le procès.
Dikita Luse alias Makuba Kuba se serait donné également le toupet de glisser sur sa liste noire, des noms des remarquables hommes politiques dont la réputation devait être jetée en pâture.
Par eux, Azarias Ruberwa Manywa et Avocat de surcroît, Laurent Batumona, Député de son état, et un supérieur militaire de haut rang, tel que le Général Amisi Tango Fort, figuraient cités en bonne place, malheureusement. Maintenant qu’il a été attrapé, il ne lui reste plus qu’à collaborer avec la justice pour dénoncer ceux qui sont derrière cette campagne méphistophélique.

Donc, pour l’Honorable Elysé Bokumwana, ‘’Il en sera ainsi pour ceux qui passent tout leur temps sur les réseaux sociaux à diaboliser inutilement et gratuitement les gens’’.
Il dénonce, cependant, des pressions que subissent les membres de sa coordination pour que ce fugitif puisse être relâché alors qu’il n’a même pas encore été jugé.

Ce qui paraît, à ses yeux, comme une insulte par rapport à ses actes posés, en affirmant publiquement que Laurent Batumona et ses co-cités auraient eu, semble-t-il, ‘’l’idée’’ de loger des soi-disants ‘’militaires’’ dans sa résidence et sa ferme pour des fins imaginaires et difficiles à expliquer.
Et, pourtant, au regard de son forfait, Dikita Luse alias Makuba Kuba, accusé en matière de cybercriminalité, serait coupable de diffamation, de dénonciation calomnieuse, d’incitation à la révolte, d’atteinte à la dignité et d’injures gratuites, selon un des Avocats proches de ce dossier, révèle-t-il.

Rappel des faits
‘’La ville de Kinshasa est fortement infiltrée. Par Rwandair, les troupes seraient parvenues à atterrir dans la capitale. Ces hommes en uniforme se trouvent au bas fond de la maison de Laurent Batumona à Binza Ma Campagne. Un deuxième groupe d’hommes se trouverait sur la route de Bandundu à la ferme de ce dignitaire Laurent Batumona juste avant la descente de Maï-Ndombe et Pema. Le troisième groupe se trouverait au domicile de ‘’Tango Fort’’ après Mitendi où ce dernier s’est construit un stade’’, écrivait-il, pinces sans rires, dans ses publications distillées abondamment sur des réseaux sociaux.

Procès équitable
Aujourd’hui, à l’issue de l’instruction préjuridictionnelle au niveau du Parquet de Kalamu, Dikita Luse alias Makuba kuba sera, peut-être, le premier congolais à être jugé pour diffamation et autres infractions en matière de cybercriminalité dans le cadre procès équitable, conformément aux lois de la République.
Son arrestation démontre, si besoin en était encore, que les cybercriminels ainsi que tous les fossoyeurs et trafiquants des documents officiels sur Internet, ainsi que l’a si bien annoncé le VPM Tunda, ne sont pas à l’abri de la loi. Une fois pris dans les mailles de la justice, ils sont traqués et contraints, comme tous les justiciables de droit commun, de rendre compte, même dix ans après leurs forfaits.

La Pros.

Pin It

Statistiques

8353704
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
1954
31744
157074
7970533
184746
979134
8353704

Your IP: 18.204.55.168
2020-08-07 00:44

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg