Flash

Le Procureur général du Parquet général près la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe vient de notifier M. Gode Mpoyi, Président de l’Assemblée provinciale de Kinshasa (APK), dans une correspondance lui adressée, mercredi 13 mai dernier, aux fins d’obtenir l’autorisation des poursuites contre le Député provincial Mike Mukebayi.

Ceci fait suite à une plainte déposée récemment par le bureau de l’APK contre l’élu de Lingwala pour diffamation dommageable.

A en croire cette plainte, le député provincial élu de la circonscription de Lingwala serait à la base de la dénonciation, sur les médias, d’une information relayée par quelques professionnels de médias affirmant une supposée surfacturation de plus de 3 millions de dollars relative à l’érection d’un nouveau bâtiment à l’Assemblée provinciale de Kinshasa (APK). Des accusations rejetées en bloc par le bureau de cet organe délibérant de la ville-province de Kinshasa, dirigé par l’honorable Godé Mpoyi.

Quoique traîné devant la justice, Mike Mukebayi Nkoso continue de bénéficier du privilège de juridiction sous couvert de ses immunités parlementaires, que seule la majorité parlementaire en est capable de décider sur la levée ou non de celles-ci lors d’une plénière de l’Assemblée provinciale de Kinshasa.

C’est dans ce contexte que le Parquet général près la Cour d’Appel de Kinshasa/Gombe, à travers un réquisitoire du Procureur Général n°1830/RMP.1644/PG.023/a/KOI/2020 du 13 mai dernier, a saisi le Président du Bureau de l’APK en vue de solliciter une décision de l’organe délibérant aux fins d’ouvrir une action publique contre l’élu de Lingwala, en rapport avec une plainte du bureau de cet organe qui l’accuse de diffamation dommageable.
Ce faisant, une séance plénière de l’Assemblée provinciale de Kinshasa devrait se tenir dans les prochains jours, au cours de laquelle sera examiné ce réquisitoire du Procureur Général, Pascal Munkokole, en vue d’obtenir la levée des immunités du Député provincial Mike Mukebayi.

L’élu de Lingwala est de nouveau menacé par une levée des immunités alors qu’il était, il y a quelques mois seulement, en incarcération à la prison centrale de Makala, toujours pour diffamation dommageable, dans une affaire qui l’opposait au président du bureau de l’APK. Ce qui lui a valu 6 mois d’emprisonnement avant d’être relaxé avec beaucoup de peines. Pour ses proches, il s’agit de la politisation de cette affaire ainsi que l'interférence et la « mauvaise foi » de certains magistrats accusés de bloquer sa libération, malgré la décision de la Cour.

Cyprien Indi

 

Pin It

Statistiques

9970507
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
10622
27231
117134
9636796
10622
852369
9970507

Your IP: 18.207.106.142
2020-10-01 08:01

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg