C’est un procès important qui s’ouvre ce lundi 11 mai 2020 en République démocratique du Congo. Vital Kamerhe, Directeur du Cabinet du Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, détenu depuis un mois à la prison centrale de Makala, ainsi que ses avocats, ont suffisamment préparé leur défense pour faire face à la confrontation avec d’autres accusés sur un prétendu détournement des fonds alloués aux travaux de 100 jours.

La chaîne de télévision Canal Futur Télévision, propriété de M. Vital Kamerhe, a sollicité et obtenu du Tribunal de grande instance de la Gombe la retransmission en direct dudit procès, mais limite "à deux" le nombre des agents à mandater pour ce travail. Congo web TV et bien d’autres médias ont reçu l’autorisation de couvrir cette affaire judiciaire qui occupe depuis un moment le firmament médiatique. Entre condamnation, acquittement et liberté provisoire, l’heure de la vérité a sonné pour ‘’VK’’ et allié du Président Tshisekedi au sein de la coalition CACH.

La retransmission à la Télévision suscite beaucoup de suspicions au sein de la population pro Tshisekediste, qui continue à craindre que certaines vérités soient révélées par Kamerhe qui pourraient impliquer, mieux exposer le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi. A en croire Canal Futur TV, ‘’au regard de l’intérêt que suscite ladite cause au sein de l’opinion, il sera difficile pour le Tribunal de satisfaire la volonté de tous ceux qui voudront y assister dans le contexte actuel de l’état d’urgence qui limite tout rassemblement’’, avait argumenté le responsable de la chaîne dont le promoteur est Vital Kamerhe. Selon CFTV, leur demande s’avère être un alternatif pour garantir à ce procès son caractère public. Le Tribunal de grande instance de la Gombe ne s’était pas fait attendre en répondant favorablement à la demande du Directeur général de Canal Futur Télévision, mais limite "à deux" le nombre des agents à mandater pour ce travail.

Le Président national de l’UNC est accusé de détournement des fonds dans le cadre du programme d’urgence de 100 jours lancé par le Président de la République notamment, dans l’affaire de livraison des maisons préfabriquées. Affaire dans laquelle est également impliquée et détenue l’homme d’affaires libanais Samih Jammal, responsable de l’entreprise Samibo chargée de l’exécution dudit projet. Depuis son incarcération survenue le 8 avril 2020, Kamerhe s’est vu refuser à deux reprises la liberté provisoire. Ses proches clament haut et fort que le procès Kamerhe serait purement un procès politique, qualifié même d’historique, alors qu’au niveau de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), parti allié de l’UNC au sein de la coalition CACH, Jean-Marc Kabund avait interdit à tous les cadres et haut-cadres de sa formation politique de commenter l’affaire Kamerhe et au nom de l’Etat de droit, de laisser la justice s’en charger.
Affaire à suivre !

Merdi Bosengele

Statistiques

6044485
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
30800
30412
61212
5748910
739952
559814
6044485

Your IP: 34.204.176.125
2020-05-25 21:03

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg