Flash

Un dossier judicaire opposant quelques anciens travailleurs de la Primature au Premier ministre honoraire, Bruno Tshibala, a été ouvert, mercredi dernier, au Parquet Général près la Cour d’Appel de Matete.

Il s’agit, confirme le cabinet privé de l’ancien chef du gouvernement, d’une série de réquisitions circulant dans les réseaux sociaux, signées par l’Avocat général Kanonga Umba, et adressées aux Secrétaires Généraux à la Primature et au Budget, ainsi qu’au Directeur Général d’Equity Bank au sujet d’une prétendue réclamation des salaires des conseillers et chargés d’études ayant presté à la Primature. Surpris et étonné par ces allégations, le bureau de Bruno Tshibala a précisé ce jeudi dans une mise au point que tout le personnel du cabinet a reçu son salaire pendant tout le temps du mandat, soit d’octobre 2017 à 20 mai 2019. Mais aussi que les indemnités de sortie payables à tous les membres du Cabinet à la fin du mandat du Gouvernement l’ont été et chacun les a perçues y compris les huissiers. Pour le Cabinet du Premier ministre, il est évident que toute cette fausse affaire est « une tentative orchestrée pour calomnier par ces temps des affaires sales, un homme de paix, un altruiste et combien respectueux de la res publica dont les grandes réalisations font peur à ceux qui manipulent ces jeunes gens inconscients ». Il se propose, face à cela, de porter plainte contre tous ceux qui sont impliqués de près ou de loin à cette machination. Ci-après, l’intégralité de la mise au point.

MISE AU POINT DU CABINET PRIVE DU PREMIER MINISTRE HONORAIRE SEM BRUNO TSHIBALA NZENZHE
Le Cabinet du Premier ministre honoraire Bruno TSHIBALA, est surpris et étonné par une série des réquisitions circulant dans les réseaux sociaux, signées par l’Avocat général KANONGA UMBA Luc, et adressées aux Secrétaires Généraux à la Primature et au Budget, ainsi qu’au Directeur Général de Equity Bank au sujet d’une prétendue réclamation des salaires des conseillers et chargés d’études ayant presté à la Primature.
Le cabinet privé du Premier ministre porte à la connaissance de l’opinion publique nationale et internationale les précisions ci-après :
1. Le cabinet du Premier ministre était constitué de plus de 400 membres répartis dans de différentes fonctions ;
2. Tout le personnel du cabinet a reçu son salaire pendant tout le temps du mandat soit d’octobre 2017 au 20 mai 2019, toute la documentation y relative peut être sollicitée et obtenue ;
3. Les indemnités de sortie payables à tous les membres du Cabinet à la fin du mandat du Gouvernement l’ont été et chacun les ont perçues y compris les huissiers ;
4. Il n’a jamais existé un collectif des conseillers et chargés d’études se plaignant pour leurs indemnités de sortie. En l’espèce, il s’agit d’un petit groupe de 9 individus ayant pour la plupart exercé de petites charges au Cabinet qui pensaient avoir plus que ce auquel ils ont droit, qui ont introduit une plainte audacieuse au Parquet Général près la Cour de Cassation. Ce denier avait transmis le dossier à l’inspecteur en Chef de la Police Judiciaire, afin d’instruire ladite plainte. Au terme des enquêtes et investigations, un rapport complet et fouillé a été dressé et transmis au PGR.
Ce rapport relève une remarquable transparence, une concordance ainsi qu’une régularité des paiements effectués et dont tous les membres du Cabinet ont été bénéficiaires. D’ailleurs, la grande majorité ne tarit d’éloges à l’endroit du Chef du Gouvernement. Avec ce rapport, les requérants ont apparu pour ce qu’ils sont en réalité, les calomniateurs patentés ;
5. Alors que ce dossier, comme on le voit, avait déjà été instruit au niveau du Parquet Général près la Cour de Cassation, il est surprenant de voir l’Avocat Général KANONGA, au mépris de tous les principes de la procédure, reprendre l’instruction, cette fois-ci, à MATETE (sic) ; Le haut magistrat KANONGA ignore-t-il que tous les actes relevant, et de la Loi et du Règlement, sont publiés au Journal Officiel pour demander au Secrétaire Général à la Primature de les lui transmettre par Réquisition publiée dans les réseaux sociaux ! Cette publication tapageuse dans les réseaux, respecte-t-elle le caractère secret de l’instruction pré juridictionnelle ? O tempore, O mores
6. Il est évident que toute cette fausse affaire est une tentative orchestrée pour calomnier par ces temps des affaires sales, un homme de paix, un altruiste et combien respectueux de la res publica dont les grandes réalisations font peur à ceux qui manipulent ces jeunes gens inconscients ;
7. Le Cabinet du Premier ministre se propose de porter plainte contre tous ceux qui sont impliqués de près ou de loin à cette machination. Ils subiront la rigueur de la Loi et la clameur publique ;
8. Même dans l’absurde, il est aberrant, lorsqu’un petit groupe des balayeurs, jardiniers et autres, se plaignant de la modicité de leurs salaires et de leurs indemnités de sortie, qu’on puisse en imputer la responsabilité au Premier ministre, Chef du Gouvernement, et demander son interpellation en justice, alors que l’Administration du Cabinet du Premier ministre est assurée par le Directeur de Cabinet, assisté du Conseiller Administratif et Financier, appuyé par des comptables payeurs ; Qui veut abaisser la République à ce point ?
9. Quant au Premier ministre, l’homme des principes et de la rigueur, artisan de réussite de grandes missions de l’Etat, il reste serein et confiant à l’avenir de notre pays.
Fait à Kinshasa, le 23/04/2020
Pour le Cabinet Privé du Premier Ministre Honoraire,
Le Conseiller en charge de la Communication
Maurice MUYANANU

Pin It

Statistiques

10752322
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
8461
25699
136482
10425374
792437
852369
10752322

Your IP: 34.201.18.139
2020-10-30 07:35

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg