Flash

*La Convocation d’un Congrès, un rassemblement institutionnel de six cents personnes en ce moment précis où la RD. Congo est encore en phase montante de coronavirus, cette pandémie aux ravages déstrastreux à l’échelle planétaire, serait, de l’avis du Mouvement Social, parti cher à Pierre Lumbi Okongo, une grave erreur.

Une telle convocation exposerait directement les élus et, derrière eux, leurs familles ainsi que leurs proches, à se constituer en véritables foyers de propagation de covid-19, tout en prenant ainsi à contrepied, les principales mesures barrières, telles qu’édictées par le comité national de riposte oeuvrant sous la férule du Dr Jean-Jacques Muyembe et l’Organisation Mondiale de la Santé.

Le Mouvement Social demande, par conséquent, à Jeanine Mabunda Lioko, la Présidente de l’Assemblée Nationale, et Alexis Thambwe Mwamba, le Président du Sénat, de ne pas procéder à la convocation de ce congrès qu’il juge inopportun. ‘’Au cas contraire, ses Députés et Sénateurs se verraient dans l’obligation de ne pas y participer’’, prévient le Mouvement Social, dans un communiqué signé, depuis ce lundi 13 avril 2020, par Diedonné Bolengetenge, son Secrétaire Exécutif National.

D’ailleurs, le Mouvement Social rappelle qu’en date du 18 mars 2020, les deux Présidents de deux chambres du Parlement, avaient publié un communiqué conjoint annonçant la suspension des travaux en plénière jusqu’au 5 avril 2020 en raison de l’état d’avancement du Covid-19.
Il était question, pour eux, d’éviter d’exposer les élus ainsi que tous les autres agents employés au sein de l’institution parlementaire au risque évident d’une contamination massive.

Aujourd’hui, quelques jours après l’expiration de ce délai, alors que cette pandémie impitoyable continue sa progression exponentielle en termes de cas confirmés à la Gombe et dans ses environs, voilà qu’une annonce-surprise de la convocation imminente d’un congrès qui devrait, semble-t-il, conformer à la Constitution, la décision du Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi, décrétant l’état d’urgence sanitaire en RD. Congo.
Le Mouvement Social considère, pourtant, que l’état d’urgence sanitaire, proclamé par le Chef de l’Etat, après concertation avec le Premier Ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, et les Présidents de deux chambres du Parlement, est et reste conforme à l’article 85 de la Constitution.
Il estime, enfin, que cette mesure était nécessaire et urgente pour protéger l’ensemble de la population congolaise contre les effets contagieux de cette pandémie à Covid-19.

LPM

COMMUNIQUE DE PRESSE DU MOUVEMENT SOCIAL
Le 18 mars 2020, les Honorables de l’Assemblée nationale et du Sénat ont publié le communiqué conjoint annonçant la suspension des travaux en plénière de nos deux chambres parlementaires jusqu’au 5 avril 2020, compte tenu notamment de l’Etat d’avancement de la pandémie du COVID-19, choisissant ainsi d’éviter d’exposer les élus et les autres agents publics employés dans l’institution parlementaire le risque d’une contamination massive.
A l’expiration de ce délai, la situation est telle que la maladie continue sa progression dans notre, particulièrement à Kinshasa, en dépit des mesures de mitigation prises par les pouvoirs publics à cet effet. Le confinement auquel sont astreints les membres du parlement se poursuit, avec des conditions plus rigoureuses pour la Gombe et ses alentours.
C’est dans ce contexte qu’intervient, depuis le vendredi, 10 avril 2020, une annonce-surprise de la convocation imminente d’un congrès qui devrait, si l’on comprend bien, conformer à la Constitution la décision du Président de la République ayant proclamé le 24 mars dernier un Etat d’urgence sanitaire dans notre pays.
Le Mouvement Social, considère que l’Etat d’urgence sanitaire, proclamé par le Président de la République, après concertation avec le Premier ministre et les présidents des deux chambres du parlement, est conforme à l’article 85 de la Constitution. Cette mesure était par ailleurs nécessaire et urgente pour protéger la population congolaise contre une propagation à grande échelle de cette pandémie à Covid-19.
La convocation d’un congrès, un rassemblement institutionnel de six cents personnes en ce moment précis où le pays est encore en phase montante de l’épidémie serait une grave erreur, dans la mesure où elle exposerait directement les élus et après eux, leurs familles et leurs proches, à se constituer en foyers de propagation à grande échelle. Cela prend à contrepied les principales mesures barrières édictées par le Comité de riposte et l’OMS.
C’est pourquoi, le Mouvement social demande aux Honorables Présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat de ne pas procéder à la convocation de ce congrès inopportun. Dans le cas contraire, les Honorables Députés et Sénateurs de notre Mouvement se verraient dans l’obligation de ne pas participer à ce congrès.
Fait à Kinshasa, le 13 Avril 2020
Pour le Mouvement Social
Dieudonné Bolengetenge Balea
Secrétaire Exécutif National

Pin It

Statistiques

8517624
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
2501
31877
100594
8196630
348666
979134
8517624

Your IP: 3.235.107.209
2020-08-12 01:12

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg