*Pour la seconde fois consécutive en l’espace de quelques heures, Vital Kamerhe, Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat et deuxième personnalité influente de la coalition CACH, est attendu aujourd’hui devant le Parquet près la Cour d’Appel de Kinshasa/Matete.

Et, selon des bribes d’informations glanées dans les milieux les mieux introduits, il y serait attendu ce mercredi à 13 heures pour répondre à une série de préoccupations liées notamment, à l’épineuse affaire de gestion des moyens débloqués pour la réalisation des sauts-de-mouton, tels qu’inscrits au programme de 100 jours du Président de la République. Puisqu’à ce stade, lui-même ne peut s’exprimer sur ce dossier que devant l’Organe de la loi réquérant, l’Union pour la Nation Congolaise, son propre parti politique, réagit et tempère les ardeurs.
Dans un communiqué, l’Honorable Boji Sangara, Secrétaire Général a.i, soutient que sur instruction de Vital Kamerhe, il invite tous les cadres et militants de l’UNC au calme et à la sérénité en ce moment où la RD. Congo fait face à plusieurs graves défis dont celui de la lutte contre la propagation de Coronavirus.

Bien plus, ajoute-t-il, il en appelle au sens élevé de patriotisme et demande à tous les cadres et militants de s’abstenir de tenir tout propos tendant à créer la polémique et de rester fortement mobilisés derrière le Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, dans sa lutte sans relâche contre le fléau occasionné par Coronavirus et ses excroissances en termes de conséquences inadmissibles sur la vie des congolais.
Aux yeux de Kamerhe, rappelle son Secrétaire Général, seules, l’unité et la solidarité au sein de l’alliance UDPS-UNC (CACH) et de la coalition FCC-CACH, peuvent garantir, de manière remarquable, la réussite de l’action du Chef de l’Etat à travers son programme de gouvernement, en dépit de toutes les épreuves transversales auxquelles le pays est actuellement confronté.

‘’Le Président National nous invite au strict respect de la discipline qui caractérise notre parti’’, insiste-t-il, tout en rappelant, de ce fait, son attachement à l’Etat de droit, leitmotiv de son combat politique.
Et, dans ce contexte, tout en reconnaissant que le respect de la justice est sacré et que personne ne peut s’en dérober, il considère, néanmoins, que cet Etat de droit doit protéger les droits de tous tant sur la forme que le fond dans le traitement des dossiers.
Ce même communiqué repris, ci-dessous, en fac-similé, en dit long sur la position de la Direction Politique de l’UNC et, par-dessus tout, celle de Vital Kamerhe, au regard de ce début de démêlées judiciaires aux contours difficiles. Déjà, lundi dernier, les élus auxquels se s’étaient joints les membres du gouvernement issus de l’UNC dénonçaient l’acharnement et mettaient en garde tous les tireurs des ficelles sur le danger qu’entraînerait toute éventuelle fissure entre Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe, deux principaux ténors de l’Accord de Nairobi, conclu peu avant la tenue des élections du 30 décembre 2018 et la consécration de l’alternance démocratique et pacifique au pouvoir, le 24 janvier 2020.

LPM

UNCcoresspondance

Statistiques

6100999
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
8134
44877
117726
5748910
796466
559814
6100999

Your IP: 18.204.227.117
2020-05-27 05:37

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg