*Des mesures d’une grande portée seront prises et annoncées à l’occasion d’un Conseil des Ministres extraordinaire et restreint consacré à l’épidémie de CORONAVIRUS qui se tiendra ce mardi 17 mars 2020, sous la présidence du Chef de l’Etat, Tshisekedi Tshilombo.

Il sera question, en ce moment où cette dangereuse pandémie fait compter des morts par milliers à travers le monde, de protéger et sécuriser la population avec des mesures préventives efficaces. La tenue de cette réunion avait été annoncée le vendredi dernier, lors de la 25ème réunion du Conseil des ministres.
Pour le moment, 3 cas testés positifs ont déjà été signalés à Kinshasa et reçoivent des soins appropriés, selon le Docteur Eteni Longondo qui, d’ailleurs, a promis de mettre sur pied une ligne téléphonique gratuite pour les appels d’urgences.
Aussi, signalons que l’organisation mondiale de la santé (OMS) et le Ministère congolais de la santé ont procédé au ciblage de cinq hôpitaux de la ville de Kinshasa pour le traitement des personnes atteintes du coronavirus. Il s’agit de l’hôpital de Ngaliema, la Clinique Kinoise, l’hôpital de la Rive, l’hôpital de Kinkole et celui de l’amitié sino-congolaise.
Ces établissements, une fois réhabilités, pourront être dotés dans les jours qui suivent des équipements nécessaires pour recevoir et soigner les personnes atteintes du COVID 19, a fait savoir le Dr Eteni Longondo.
Actuellement, il est recommandé à la population de respecter les règles d’hygiène élémentaire notamment, se laver ou se désinfecter les mains, éviter de serrer les mains et même éviter une grande promiscuité.
Rassurer la population et renforcer la riposte
Le week-end dernier, le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi avait souligné l’urgence qu’il y avait pour les pouvoirs publics de rassurer la population en prenant des mesures claires de prévention et de gestion de cette crise sanitaire. Ce, après avoir observé une psychose dans le chef des congolais, au lendemain de l’annonce du premier cas testé positif.
A cet effet, avait-il invité le Gouvernement à procéder à la restructuration de tous les services concernés à l’effet de renforcer qualitativement la riposte et d’identifier les mesures pratiques à communiquer par les canaux institutionnels.
Il est donc prévu la mise en place d’un mécanisme de monitoring stratégique piloté par le Premier Ministre qui, lui, devra suivre personnellement le tableau d’affectation des fonds décaissés. Ceux-ci devront servir non seulement aux soins des malades, leur hébergement et leur restauration dans les bonnes conditions, mais aussi à la prise en charge des policiers commis à cette tâche, aux recherches en cours et à la motivation des Experts du Comité de pilotage.
Cependant, une communication régulière devra être faite à la population par le Comité de Pilotage pour l’apaiser, lui donner au quotidien l’évolution de cette pandémie en RDC et la sensibiliser sur les précautions à prendre pour éviter une éventuelle chaîne de contagion.
Des mesures de contrôle au niveau des frontières
Pour l’instant, étant donné la gravité de la situation épidémique et au regard des recommandations de l’OMS, certaines mesures ont été arrêtés par le gouvernement de la République pour limiter les risques de propagation du virus.
Il est question pour tout passager en provenance de l’étranger ou de l’intérieur du pays de remplir la fiche de renseignement du voyageur dans l’avion. Il devrait en être de même pour ceux qui empruntent la voie maritime ou fluviale. A sa descente, le passager présente la fiche au service d’hygiène aux frontières ou au lieu de débarquement.

En outre, les agents du Ministère de la Santé spécialisés dans la détection des maladies seront postés aux points d’entrée les plus fréquentés par des voyageurs qui viennent au Congo notamment, les Aéroports, les Ports Maritimes et les Postes Frontaliers terrestres.
Le gouvernement a également annoncé, à travers le ministère de la Santé, que tout passager n’ayant pas rempli sa fiche ne pourra pas être admis à l’aéroport du débarquement en RD Congo. Aussi, tout passager, haute personnalité soit-il, passant par ces points d’entrée est soumis obligatoirement à un contrôle de la température du corps et des autres signes caractéristiques. Ce dernier doit obligatoirement remplir une fiche de renseignement du voyageur.

Il sied de préciser que les passagers qui ne présentent pas de signes comme la fièvre, la toux et la fatigue sont autorisés à entrer au pays après le test. Ils feront, néanmoins, l’objet d’un suivi au regard de leurs coordonnées contenues dans leurs fiches au débarquement.
Ceux qui présentent la fièvre, la fatigue et la toux sèche seront retenus et conduits au Centre de Kinkole pour des examens complémentaires par des professionnels de santé.
Ceux qui seront positifs après les examens complémentaires seront retenus pour les soins appropriés, tandis que ceux dont les résultats s’avèreraient négatifs seront libérés.

Afin de faire face à des récalcitrants, la Police sera placée aux endroits requis en vue d’imposer à tout le monde de passer par ce scannage, a souligné le Ministère de la Santé.

La Pros.

 

Statistiques

6044485
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
30800
30412
61212
5748910
739952
559814
6044485

Your IP: 34.204.176.125
2020-05-25 21:03

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg