Il s’est tenu, ce mardi 18 février 2020 à la Primature, la traditionnelle réunion du comité de conjoncture économique dont les membres ont commencé par recevoir le rapport de la vice-premier ministre en charge du Plan, Elysée Munembwe, sur l'évolution des agrégats économiques.

Notamment, la production, les prix sur les marchés, le taux de croissance tant sur le plan international qu’au pays. Les membres du gouvernement présents à cette séance de travail ont noté à l’interne, qu’avec la situation de la Chine provoquée par le Coronavirus, le monde entier, surtout la RDC qui est en relation avec la Chine de manière significative, connaîtra quelques soubresauts, et pas des moindres.
‘’Ce qui nous impose l’élaboration des stratégies pour contrer les effets néfastes de ce virus en Chine‘’, a laissé entendre le ministre du Budget, porte-parole du comité de conjoncture.
Jean-Baudouin Mayo a, par ailleurs, tenu à fixer l'opinion sur des interprétations erronées et fantaisistes à la suite de la publication par le ministère des Finances, du plan de trésorerie. Ce dernier qui n’est autre qu’un outil de bonne gestion des finances publiques, et qui n'est pas à confondre avec le budget de la République coulée dans la loi de finances.
Les finances publiques, a-t-il rappelé, ont pour cadre la loi budgétaire qui, elle, ne peut être modifiée que par la Parlement. ‘’Nous nous sommes chargé de l’exécuter et c’est ce que nous sommes en train de faire‘’, a souligné le vice-premier ministre en charge du Budget.

Le plan de trésorerie, dans le cadre du budget, fait des prévisions afin que les dépenses soient contenues dans ce cadre là pour permettre à la République d’atteindre ses performances et signer le contrat avec le FMI. ‘’Le budget n’est nullement modifié, et nous n’avons pas le pouvoir de le faire‘’, a-t-il précisé.
L’opinion doit savoir, par ailleurs, que ‘’le gouvernement de la RDC est en train de négocier un programme avec le Fonds monétaire international, nous sommes en préprogramme. Il y a des critères de performance que nous devons atteindre notamment, le financement monétaire 0 (zéro). Nous ne devons pas vivre par la planche à billets. Les réserves monétaires de la Banque centrale évoluent jusqu’à une certaine hauteur. Cela impose de nous une discipline, de vivre sur la base caisse‘’, rassure Mayo Mambeke.
Il était avec les Ministres des Finances, Sele Yalaghuli ; du Commerce Extérieur, Jean-Lucien Bussa ; de l'Economie Nationale, Acacia Bandubola ; des Mines, Willy Kitobo ainsi que le Vice-Gouverneur de la Banque Centrale du Congo, Jules Bondombe.

Des efforts à fournir…
Il a également été noté au cours de cette réunion, quelques dépréciations de la devise nationale par rapport au dollar américain. ‘’L’attention du gouvernement sera attirée sur cette question ensemble avec la Banque centrale pour contenir cette évolution qui n‘est pas bonne‘’, a déclaré le porte-parole du comité.
Il souligne, en même temps, les efforts que tout le monde doit fournir pour une grande mobilisation de recettes. ‘’Il faut permettre à nos régies financières de travailler dans de bonnes conditions pour mobiliser des recettes dans l’intérêt de tous. Il est temps que le peuple congolais comprenne que le gouvernement travaille pour lui d’abord. Et, il doit le soutenir ainsi que ses actions‘’.

Et cela, avant de suivre les explications de la Ministre de l'Economie Nationale sur le fonctionnement de la Commission Nationale sur le Contrôle des Prix mise en place. Question de faire respecter la structure des prix sur les marchés. Le gouvernement central s'investit également pour mettre hors d'état de nuire à l'économie nationale tous ceux qui s'opposent au bon fonctionnement des postes douaniers de la RDC.

La Pros.

 

 

Pin It

Statistiques

6395605
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
5633
34426
169101
5983273
138701
952371
6395605

Your IP: 46.229.168.153
2020-06-05 03:49

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg