Dernières publications

Flash

Alors que le Président de la République Félix Tshisekedi soulignait, via Jeune Afrique, qu’il n’y aura de rupture ni avec le FCC, ni avec l’UNC, Me Michel Okongo, président du parti Unité des Valeurs, est de son côté revenu à la charge pour insister sur une idée tout à fait contraire.

Dans un communiqué du mardi 4 février 2020, cet acteur politique appelle le Chef de l’Etat à rompre principalement avec le Front commun pour le Congo. Il accuse cette plateforme de mettre de peaux de bananes sur la route de Félix Tshisekedi Tshilombo.

Une année après l’alternance du 24 janvier 2019, le Président de l’Unité des Valeurs renseigne qu’avec la gestion du pays dans le cadre de la coalition FCC-CACH, les conditions sociales de la population congolaise ont fait un grand bond en arrière. D’après lui, l’espoir suscité dans le chef des congolaises et congolais à la suite de la passation du pouvoir a cédé la place au pessimisme et à l’incertitude, car, ajoute-t-il, plusieurs promesses faites par le Chef de l’Etat suivies des discours populistes n’ont pas été suivies d’actions concrètes. « Le partage des pouvoirs exclusivement entre deux pôles, le CACH et le FCC, a privilégié les intérêts égoïstes et individuels au détriment de l’intérêt général », indique-t-il dans son communiqué.

Sans détour, il pointe directement du doigt Joseph Kabila, ancien Président et autorité morale du FCC, qui, selon lui, contrôlerait tout depuis Kingakati, que ce soient les institutions centrales ou provinciales. Me Okongo Lomena signale en même temps que, dans les conditions actuelles, rien ne prouve que Félix Tshisekedi détienne l’effectivité du pouvoir, pourtant obtenu à la suite des élections du 30 décembre 2018. « Comme ce fut le cas à l’aube de son mandat, je continue à recommander au Chef de l’Etat de rompre son alliance avec le FCC, puis d’évaluer le bien fondée ou non de son rapprochement avec l’UNC dont le leader émarge de la Kabilie », renchérit-il en soulignant en outre que vouloir maintenir dans sa sphère, les deux forces politiques ‘’FCC et UNC’’ dont la philosophie se rejoigne, risque d’engloutir le Chef de l’Etat dans une léthargie d’incapacité.
Michel Okongo déclare clairement qu’il n’hésitera pas de lancer un appel principalement aux kinois, d’éloigner Joseph Kabila au pouvoir si l’actuel Président n’y arrive pas.

Au-delà de tout ce qui peut être achoppement ou grésillement, cet acteur politique exhorte le Président de la République de faire de la lutte contre la corruption et l’impunité une urgence nationale durant tout son quinquennat et aussi, de mener des réformes profondes et nécessaires dans le domaine pénitentiaire mais également dans les domaines de l’enseignement, de la justice, de la santé, du transport, etc. « J’encourage le Chef de l’Etat à commanditer rapidement un audit indépendant axé sur la gestion financière et la gestion des personnels de toutes les institutions étatiques, des établissements publics, des entreprises publiques, et de l’administration publique au niveau national et provincial », rapporte-t-il.
Face à l’insécurité qui ne cesse de déranger la sûreté de l’Etat, Me Okongo Lomena convie le numéro Un du pays à s’impliquer davantage dans l’effort pour la restauration de la paix et la sécurité durable à l’Est de la RD. Congo. Aussi, en appelle-t-il au Président de la République de mettre rapidement en œuvre un programme cohérent de démobilisation, désarmement et réinsertion des combattants qui quittent les groupes armés.

Corneille Lubaki

Pin It

Statistiques

10541116
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
8033
28656
115742
10237135
581231
852369
10541116

Your IP: 3.219.217.107
2020-10-22 07:08

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg