Flash

*Annoncée dans une correspondance signée de quatre proches de Martin Fayulu et sa plateforme LAMUKA, la Conférence internationale sur la RDC, sous les auspices du président français Emmanuel Macron devrait se tenir à Kinshasa courant février.

Sauf qu’aucune réaction n’est encore parvenue de Paris, alors qu’à Kinshasa, on hausse les épaules face à cette énième sortie de celui qui se considère encore et toujours comme le président élu du pays.

Comme un ballon d’essai, ce sont Valentin Mubake, Florentin Mokonda Bonza, Mabaya Gizi Amine et Daniel Shekomba qui avaient annoncé les couleurs dans leur mémorandum adressé, le 30 janvier à Emmanuel Macron, et déposé entre les mains de l’ambassadeur de France en RDC pour sa transmission.
Les quatre personnalités, toutes réputées (très) proches de la plateforme politique LAMUKA sollicitaient la médiation du Chef de l’Etat français en vue de l’organisation d’une Conférence internationale sur la RDC. Objectif : mettre fin à son agression, son occupation, ainsi qu’au pillage de ses ressources naturelles et au génocide du peuple congolais. Ils demandaient par ailleurs l’organisation des élections réellement libres et démocratiques qui reflètent le choix du peuple congolais. Sans omettre la mise sur pied d’un tribunal international sur les crimes commis en RDC, la réaffirmation du principe de l’intangibilité des frontières et de la sécurisation du territoire congolais par une force multinationale plus performante que la MONUSCO.
A ce jour, aucune réaction n’est parvenue de Paris. L’embarras dans le chef des autorités françaises serait peut-être le fait que l’invitation du chef de l’Etat n’émane pas des instances officielles, mais d’un collectif de partis politiques donc, des faits privés, contrairement aux pratiques diplomatiques élémentaires.
Peu importe.
Ce 3 février, c’est Martin Fayulu qui, selon des sources croisées, vient confirmer l’idée de la tenue de la conférence internationale, déjà lancée par lui-même et l’actuel coordonnateur de LAMUKA, Adolphe Muzito, à l’étape de Kikwit, sur leur chemin de retour de Beni en fin d’année dernière.
Martin Fayulu qui se considère toujours comme le président élu de la RDC apporte, cependant, quelques précisions : il lance l’invitation, en sa qualité de président du parti politique Engagement citoyen pour le Développement (ECIDé). Si tout va bien, les assises projetées se tiendraient dans la capitale congolaise, Kinshasa, du 12 au 13 février 2020.

A l’instar des Champs Elysées, la Cité de l’Union africaine n’a pas encore réagi. Et il est, en effet, probable que les choses restent en l’état, tant les autorités de Kinshasa sont accoutumées à ne pas prendre position sur les états d’esprit des opposants, aussi longtemps que l’ordre public n’est pas perturbé, selon l’appréciation du commandement urbain de la police.

La Pros.

Pin It

Statistiques

10508076
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
3649
25880
82702
10237135
548191
852369
10508076

Your IP: 3.235.85.115
2020-10-21 02:36

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg