Dernières publications

*En regardant la réalité en face, il faut reconnaître que le Conseil d’Administration actuel est le seul depuis mon époque à avoir résisté au lobby des experts internes de l’entreprise et de leurs soutiens et à avoir engagé une action forte en faveur de la Transformation de la GECAMINES pour votre compréhension, rendre à cette entreprise sa grandeur et offrir au pays, l’outil dont il a tant besoin pour son développement.

Telle est la conclusion que Mabi Mulumba Evariste, Professeur d’Université de renommée internationale en matières des sciences économiques, Ancien Premier Ministre, Sénateur honoraire et, surtout, ancien Président du Comité de surveillance de la Gécamines Holding en 1986 où il fut, en même temps, Ministre des Finances.

Dans une tribune, il constate, malheureusement, qu’à longueur de rapports ou de lettres ouvertes toutes plus critiques les unes que les autres, voire « d’affaires», on constate à quel point la GECAMINES continue à être l’objet de toutes les attentions. Pour lui, dans ce pays, aucune autre entreprise, aucune institution, ne fait l’objet d’autant d’intérêt de la part de sa classe politique, ni même de la société civile et des ONG internationales qui, pour ces dernières, ne sont souvent que le paravent des intérêts étrangers pour nos ressources naturelles.
Pourtant, à son avis, la situation actuelle de la Gécamines est bien différente de celle des années 80, quand elle était au fait de sa capacité de production et encore en situation de monopole sur notre territoire. Mais force est de constater, que malgré la chute de sa production, malgré l’obsolescence de ses unités de production et la réduction comme peau de chagrin de son patrimoine minier, elle conserve suffisamment d’attraits pour continuer à alimenter toutes les passions. Il est vrai, cependant, que depuis quelques années, on a pu observer des actions positives engagées par la GECAMINES pour redevenir un acteur qui pèse dans son environnement. Peut-être est-ce là une des raisons qui justifient cet intérêt chaque jour plus croissant de la part de ses critiques ?, s’interroge-t-il.

Plus loin, dans cette même réflexion, il regrette toute cette agitation actuelle autour de la GECAMINES, tous ces lanceurs d’alertes, tous ces résistants de la dernière heure, et ils sont nombreux, et toutes ces interpellations, dont le caractère purement politicien n’échappe plus à personne, avec pour seul résultat tangible, le risque de bloquer la transformation en cours de la GECAMINES.

Réformes ?
‘’Au regard de mon expérience passée, au regard de la responsabilité que portent ceux qui ont entravé à l’époque, la réforme que nous voulions mener et au regard de l’importance de cette entreprise pour notre pays, je ne peux que soutenir les efforts et la démarche entreprise par le Conseil d’ Administration actuel, à la demande du Président de la République Joseph KABILA KABANGE, de vouloir refaire de la GECAMINES, un acteur minier de rang international. Je ne peux que les féliciter d’avoir eu le courage d’engager depuis la fin 2015, un processus coordonné et systématique d’audits techniques et organisationnels avec des cabinets extérieurs pour réformer l’entreprise, la moderniser et lui faire enfin, jouer le rôle qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’avoir.Ce processus s’intègre parfaitement dans la vision de l’actuel Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi. D’ailleurs à ma connaissance, les maux dont souffre l’entreprise n’ont pas fondamentalement changé depuis mon époque, et ce qui était vrai hier, l’est malheureusement encore aujourd’hui, probablement à quelques exceptions près en raison notamment, du changement de statut de l’entreprise, de société publique en société commerciale. Sur ce point en particulier et à rebours de toutes les critiques un peu simplistes qu’on peut lire sur un prétendu manque de contrôle de l’entreprise par l’Etat, on ne peut que rappeler que ce changement de statut volontaire a été institué spécifiquement pour limiter la porosité entre le politique et l’économique au sein de la GECAMINES’’, écrit Mabi qui considère, enfin, que cette transformation en cours constitue l’unique issue plausible.

A lire cette tribune si riche en enseignements, il y a lieu d’y retrouver, ci-dessous, les traces d’une société naguère géante dont les détritus continuent, pourtant, à susciter autant de passions et de convoitises jusqu’à placer ses dirigeants d’aujourd’hui et demain dans l’embarras de choix, quant à la thérapeutique de choc sans laquelle son redressement ne serait qu’un pur leurre.

LPM

Tribune
Gécamines : l’indispensable transformation
Si je prends aujourd’hui la plume, c’est pour essayer d’apporter un peu de sérénité dans le tumulte ambiant qui entoure la GECAMINES. Je voudrais, à l’aune de mon expérience personnelle, notamment comme Président du comité de surveillance de la GECAMINES Holding en 1986 en ma qualité de Ministre des Finances remettre en perspectives les vrais défis de cette entreprise que l’agitation actuelle tend à nous faire perdre de vue.
A longueur de rapports ou de lettres ouvertes toutes plus critiques les unes que les autres, voire « d’affaires », on constate à quel point la GECAMINES continue à être l’objet de toutes les attentions. Dans notre pays, aucune autre entreprise, aucune institution, ne fait l’objet d’autant d’intérêt de la part de sa classe politique, ni même de la société civile et des ONG internationales qui, pour ces dernières, ne sont souvent que le paravent des intérêts étrangers pour nos ressources naturelles.
Pourtant, sa situation actuelle est bien différente de celle des années 80, quand elle était au fait de sa capacité de production et encore en situation de monopole sur notre territoire. Mais force est de constater, que malgré la chute de sa production, malgré l’obsolescence de ses unités de production et la réduction comme peau de chagrin de son patrimoine minier, elle conserve suffisamment d’attraits pour continuer à alimenter toutes les passions. Il est vrai cependant que depuis quelques années, on a pu observer des actions positives engagées par la GECAMINES pour redevenir un acteur qui pèse dans son environnement. Peut-être est-ce là une des raisons qui justifient cet intérêt chaque jour plus croissant de la part de ses critiques ?
On peut notamment souligner les luttes qui ont été engagées pour rééquilibrer les partenariats inéquitables qui lui furent imposés, souvent en remerciement de l’appui étranger dans les différentes crises qui avaient secoué le pays.
J’avais d’ailleurs personnellement assisté en 2018 à Indaba, avec certains collègues parlementaires, à un véritable réquisitoire, prononcé par le Président du Conseil d’Administration de la GECAMINES à l’encontre de ses partenaires. Il y avait alors dénoncé méthodiquement les pratiques mises en place pour que les revenus de l’exploitation des mines aillent de notre manière légale aux bénéfices de leurs sociétés, privant ainsi l’Etat des revenus de l’impôt et la GECAMINES, des dividendes qu’elle aurait pu attendre de ses participations. L’histoire semble lui avoir donné raison, non seulement ses propos ne furent jamais démentis ni contestés, mais surtout la GECAMINES a obtenu des résultats largement positifs dans les renégociations qu’elle a engagées face à des mastodontes, et notamment le plus gros trader du monde.
La réforme du code minier, votée par le Parlement en 2018 aura été la suite logique de ces premières batailles pour rééquilibrer, non plus certains partenariats, mais désormais l’ensemble de notre législation, en amendant le régime de 2002, qualifié à raison par tous, comme trop favorable aux investisseurs. La RDC de 2018, tout le monde en conviendra, n’était plus celle de 2002, et plus rien ne justifiait ces règles extrêmement défavorables à notre pays pour attirer les investisseurs. A ma connaissance, l’intérêt pour nos mines n’a pas décru depuis lors, bien au contraire.
Toutes ces actions, mises en perspective, constituent donc une réaction de défense de notre pays à l’histoire tourmentée qu’il a subi depuis les années 2000. Elle est la réaction légitime de l’Etat, et d’une des ses entreprises pour rééquilibrer ce qui pouvait l’être, après l’abandon aux multinationales étrangères de ce qui a fait notre richesse, notre potentiel minier exploitable.
On n’a pris suffisamment la mesure des propos que les représentants de la GECAMINES n’ont eu de cesse de répéter depuis de nombreuses années, qu’en cédant 32 millions de tonnes de cuivre de réserves certifiées entre 1996 et 2010, c’est en quelque sorte avoir laissé le Roi nu, et le Roi c’est la République Démocratique du Congo.
Roi, parce qu’il nous reste des ressources potentielles, et c’est le mot potentiel qui est important, mais nu parce qu’il ne restait plus en 2010 au pays – à travers la GECAMINES – aucune réserve certifiée ou presque, c’est-à-dire directement exploitable, contrairement à celles qui furent cédées dans les années 2000 dans ce grand élan libéral d’ouverture du pays à l’investissement international. J’ai pu lire récemment que la situation s’était améliorée et que la GECAMINES avait pu reconstituer un certain patrimoine minier, ce dont je ne peux que me réjouir. Néanmoins, presque la totalité des meilleures mines du pays, certifiées pour certaines au début du siècle comme à Kamoto ou Tenkefungurume, ne nous appartiennent plus qu’indirectement et pour un retour pour le pays bien inférieur à ce qu’il a toujours été.
Car c’est cela le fond du sujet et la seule vraie bataille qui vaille. Nous pourrons toujours nous battre pour rééquilibrer notre secteur minier ou mieux contrôler les investisseurs étrangers, tant que nous ne reconstruirons pas un outil national performant d’exploitation de nos matières premières, nous ne serons pas les maitres de notre destin.
C’est pourquoi, je regrette toute cette agitation actuelle autour de la GECAMINES, tous ces lanceurs d’alertes, tous ces résistants de la dernière heure, et ils sont nombreux, et toutes ces interpellations, dont le caractère purement politicien n’échappe plus à personne, avec pour seul résultat tangible, le risque de bloquer la transformation en cours de la GECAMINES.
En tant que ministre des Finances de la République, j’ai eu en 1986 à connaître de la GECAMINES et à m’y impliquer personnellement. A cette époque, alors que tous les signaux semblaient être au beau fixe pour l’entreprise et la production n’avait jamais été aussi importante cette année-là avec 486 000 tonnes de cuivre produites, certains tiraient déjà la sonnette d’alarme dénonçant une situation préoccupante :trop de prélèvements de l’Etat, trop de malversations internes, trop peu d’anticipation pour les investissements à réaliser , trop peu de management moderne, des méthodes de production inadaptées, un retard coupable en matière de découverture et de maintenance, etc.
En un mot comme en cent, trop peu de gestion rationnalisée pour une entreprise de cette importance, et dont le coût de production était logiquement supérieur de 100% à ceux de ses concurrents.
En 1990, le coût de production du Cuivre à la GECAMINES était supérieur à 1 dollar la livre de cuivre contre 53 cents chez les concurrents et ce, malgré la teneur de son minerai plus élevée que partout ailleurs. A l’époque, en cette qualité de Ministre des Finances, mais aussi de Président du Comité de Surveillance de la GECAMINES Holding où j’avais été nommé pour reprendre les choses en main, je confiai une mission à une société internationale, le cabinet Bechtel. Celui-ci était bien connu pour avoir accompagné les Chiliens dans la transformation de leur société minière nationale, la CODELCO, aujourd’hui un des plus grands, si ce n’est le plus grand producteur mondial.
Ce programme d’études avait pour objet l’optimisation du fonctionnement du Groupe GECAMINES et devait être suivi d’un accompagnement par cette même société pour d’une part redéfinir l’organisation du Groupe GECAMINES et d’autre part réviser tous les plans et méthodes d’exploitation, ainsi que la stratégie et la politique commerciale.
Hélas, après avoir présenté en mai 1987, les résultats de ce programme d’études au Président MOBUTU, celui-ci me fit savoir que la Haute Direction de la GECAMINES l’avait informé que toutes les compétences techniques, financières et managériales existaient au sein de l’entreprise et que l’entreprise serait tout à fait en capacité de mettre seule en œuvre les recommandations du Rapport Bechtel. Ainsi fut dit, mais évidemment rien ne fut fait, car ce n’était pas à ceux qui avaient à cacher leurs propres turpitudes ou incompétence qu’il fallait s’adresser pour transformer et réformer ce qui devait l’être.
Pire, malgré les mises en garde répétées du consultant de la GECAMINES K vapil sur les risques qui pesaient sur la mine de Kamato en raison de travaux miniers menés sans aucun respect des règles applicables à ce genre d’exploitation souterraine, le sous-sol de la mine s’effondra en 1990, entrainant avec elle la GECAMINES et assez largement de tout le pays, comme l’avait rappelé en son temps le Professeur Gamela.
On peut noter que c’est le même lobby interne – évidemment appuyé par tous ceux qui avaient intérêt au statu quo – qui a également bloqué la tentative de la Banque Mondiale et de SOFRECO dans les années 2000 de refaire de GECAMINES un acteur minier, les poussant à décréter que toute réforme serait impossible avec à la clef la proposition de fermer la partie production de l’entreprise.
C’est pourquoi, au regard de mon expérience passée, au regard de la responsabilité que portent ceux qui ont entravé à l’époque la réforme que nous voulions mener et au regard de l’importance de cette entreprise pour notre pays, je ne peux que soutenir les efforts et la démarche entreprise par le Conseil d’ Administration actuel, à la demande du Président de la République Joseph KABILA KABANGE, de vouloir refaire de la GECAMINES, un acteur minier de rang international. Je ne peux que les féliciter d’avoir eu le courage d’engager depuis la fin 2015, un processus coordonné et systématique d’audits techniques et organisationnels avec des cabinets extérieurs pour réformer l’entreprise, la moderniser et lui faire enfin, jouer le rôle qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’avoir.
Ce processus s’intègre parfaitement dans la vision de l’actuel Chef de l’Etat Félix TSHISE grâce fait TSHILOMBO. D’ailleurs à ma connaissance, les maux dont souffre l’entreprise n’ont pas fondamentalement changé depuis mon époque, et ce qui était vrai hier, l’est malheureusement encore aujourd’hui, probablement à quelques exceptions près en raison notamment, du changement de statut de l’entreprise, de société publique en société commerciale. Sur ce point en particulier et à rebours de toutes les critiques un peu simplistes qu’on peut lire sur un prétendu manque de contrôle de l’entreprise par l’Etat, on ne peut que rappeler que ce changement de statut volontaire a été institué spécifiquement pour limiter la porosité entre le politique et l’économique au sein de la GECAMINES.
Je rappelle, par exemple, qu’à l’époque nous avions eu à connaître d’achat de matériel militaire directement en échange de cuivre, avec 10 000 tonnes livrées en France pour des hélicoptères ou 20 000 en Italie pour des avions militaires. Que ceux qui regrettent l’absence supposée de contrôle de l’Etat, se souviennent d’où nous venons et pourquoi la GECAMINES a été soustraite à cette emprise directe. Je me contenterai de me référer à ce que j’ai écrit à ce sujet dans « Congo-Zaïre : les coulisses du pouvoir sous Mobutu – Témoignage d’un ancien Premier Ministre », où j’avais alors listé les problèmes rencontrés par l’entreprise : – Les conditions d’exploitation et de gestion technique défaillantes qui impactaient les programmes d’exploitation, l’approvisionnement des stocks, la maintenance des matériels. Le budget n’était exécuté qu’à 50% alors qu’en 1975, les budgets avaient un taux d’exécution de 90% ; -la non fiabilité des projets d’investissements : où par exemple les crédits bancaires alloués par la Banque Mondiale, la Banque Libyenne Arabe ou la Banque Européenne d’Investissement furent consommés alors même que les projets pour lesquels ces crédits étaient alloués étaient ajournés ; -les circuits de commercialisation et d’approvisionnement.
A l’époque il s’agissait de SOZACOM et sa filiale SOZAREX qui rendaient bien plus flous les circuits de commercialisation. Sur ce point on peut noter que GECAMINES n’a plus de structure commerciale dédiée ; – le management de la GECAMINES et la gestion des ressources humaines marquées assez largement par une forte politisation et un certain tribalisme et clanisme dans les recrutements ; -et les fortes impositions gouvernementales, qui n’ont pas cessé avec les « avances sur fiscalité » mais dont on voit qu’elles ne datent pas d’aujourd’hui ; -la prise en charge des activités étrangères à son objet social, comme les activités agro pastorales, les activités sociales liées à l’éducation et à la santé. Je crois que ces différents problèmes subsistent toujours, à un degré plus ou moins fort et que s’agissant des problèmes purement internes, le Programme de Transformation qui a été engagé par la Direction de la GECAMINES s’attache à les dépasser.
Cependant, du peu que j’ai eu à en connaitre à travers les prises de paroles publiques de ses représentants ou de leurs écrits, je ne peux que souscrire au processus qui a été engagé, tant sur la forme, que sur le fond. La démarche tout d’abord, c’est celle d’avoir fait le choix de s’adjoindre un cabinet conseil extérieur – EY – de réputation mondiale pour faire le diagnostic et mettre en oeuvre la feuille de route. Cela ne garantit pas que le processus aboutira, mais cela garantira a minima, que les adversaires de la Transformation, les réfractaires au changement, ne seront les seuls acteurs d’un processus dont ils ne veulent pas et ne pourront pas tout bloquer par leur inertie coupable.
Je rappelle que si les alertes avaient été entendues, si le programme BECHTEL avait été mis en œuvre, la GECAMINES serait peut-être aujourd’hui un géant mondial et notre pays n’aurait certainement pas connu la même trajectoire. Que ceux qui se sont opposés à l’époque à cette volonté de changement mesurent aujourd’hui la responsabilité historique qu’ils portent face au pays sur ce qu’il est advenu ensuite. Sur le fond, il ne faut pas être grand clerc pour se dire que l’organisation héritée de l’Union Minière dans toutes ses dimensions, doive être adaptée au nouvel environnement minier pour permettre à l’entreprise de faire face à la concurrence.
Les chantiers évoqués par la GECAMINES me paraissent frappés au coin du bons sens – et quoi qu’il en soit, chaque jour qui passe rend la réforme toujours plus indispensable. Alors, avec l’expérience qui est la mienne dans ce pays et les responsabilités que j’ai exercées à tous les niveaux, permettez-moi de vous dire que lorsque je lis ou entends les propos des uns qui ne pensent qu’à prendre le pouvoir et des autres, qui ne souhaitent que bloquer la réforme en cours pour revenir à un système qui n’a jamais marché depuis 1990, je suis affligé et sincèrement inquiet. Ces personnes sont en fait les mêmes que celles qui avaient précipité l’effondrement de Kamoto. Ce sont les mêmes que celles qui n’ont rien fait, ni rien entrepris depuis 1990 pour relever l’entreprise et se sont contentées de gérer le « corbillard » comme on a pu le lire.
En conclusion, en regardant la réalité en face, il faut reconnaître que le Conseil d’ Administration actuel est le seul depuis mon époque à avoir résisté au lobby des experts internes de l’entreprise et de leurs soutiens et à avoir engagé une action forte en faveur de la Transformation de la GECAMINES pour votre compréhension, rendre à cette entreprise sa grandeur et offrir au pays, l’outil dont il a tant besoin pour son développement

Pin It

Statistiques

6251193
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
24689
34630
267920
5748910
946660
559814
6251193

Your IP: 46.229.168.144
2020-05-31 19:26

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg