Flash

Ce mardi 28 janvier 2020, à l'hôtel du gouvernement, à Kinshasa, le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), a présenté sa revue annuelle nationale 2019 du programme de Coopération avec la République Démocratique du Congo.

Le gouvernement de la RDC était représenté par le vice-ministre à la Coopération internationale, Intégration régionale et Francophonie, Me Valéry MUKASA qui a procédé à l'ouverture de la cérémonie officielle. C’était en présence du coordinateur résident de l’UNICEF, des chefs de missions diplomatiques, membres du gouvernement et du système des Nations Unies. Faudra signaler que le domaine de Coopération de la revue annuelle concerne le secteur de la santé, la nutrition, l’eau, l’hygiène et l’assainissement, l’éducation de qualité pour tous, la gouvernance pour la protection de l'enfant et la communication pour le développement.
La tenue de la présente revue annuelle est l’un des résultats du partenariat existant entre l’UNICEF et le gouvernement car, précise Me Valéry Mukasa, cela a permis de planifier, de suivre et d’évaluer ensemble les activités réalisées en faveur de la mère et de l’enfant congolais. ‘’Ces revues, initiées au niveau provincial et consolidées au niveau national, permettent d’identifier les forces, les faiblesses, les opportunités, les menaces ainsi que de proposer des solutions idoines et, enfin, de planifier les activités de l’année suivante‘’, a-t-il fait savoir.

C’est dans ce sens que le gouvernement de la République souhaite que le partenariat entre la RDC et l’UNICEF se poursuive et se renforce à travers les interventions à impact réel et durable. Le vice-ministre de la Coopération internationale, quant à lui, émet le vœu de voir les résultats de cette revue contribuer de façon significative au réajustement et au renforcement des interventions de l’UNICEF pendant l’année 2020.
Ainsi, a-t-il invité l’UNICEF à préserver cette bonne relation de partenariat avec les ministères sectoriels afin d’assurer un suivi conjoint et régulier de la mise en œuvre du programme de coopération, sous la supervision du comité interministériel de coordination et de suivi.
Aussi, ‘’j’invite tous les partenaires étatiques de veiller au respect des règles et procédures financières des fonds qui seront mis à leur disposition pour la mise en œuvre du plan de travail de l’an 2020-2021 ainsi que leur justification dans le délai‘’, souligne Me Valéry Mukasa.

Il rassure, par ailleurs, que le gouvernement, par le biais du ministère de la Coopération internationale, s’engage à offrir le leadership nécessaire dans la coordination des consultations avec toutes les parties prenantes dans le processus d’élaboration du nouveau programme de coopération 2020-2024. Ce, en tenant compte de nouveaux enjeux tels que les objectifs de développement durable, le changement climatique ou la crise des refugiés.
Tout ceci démontre son engagement dans la dynamique internationale et dans l’intégration du programme de développement 2030 dans la stratégie nationale de développement.

Focus sur les résultats accomplis
Pour sa part, M. Edouard Beigbeder, le Représentant de l’UNICEF, a martelé sur le fait que la revue de cette année revêt un caractère spécial en ce qu’elle fait faire le point sur le travail réalisé durant l’année passé et, plus globalement, les résultats accomplis durant les 6 mois du programme de coopération 2013-2017, qui a été étendu jusqu’en décembre 2019.

Mais aussi, dit-il, elle permettra de passer en revue les grands axes du nouveau programme de coopération 2020-2024 élaboré conjointement avec le gouvernement et toutes les parties prenantes et qui sera adopté au conseil d’administration de l’UNICEF en février prochain.
Il dresse, cependant, un tableau sombre sur le droit et la protection des enfants en RDC. Selon lui, 4 années après l’adoption des objectifs de développement durable en 2015, dont le grand nombre concerne le bien-être des enfants, il faut noter que de nombreux enfants en RDC ne jouissent pas suffisamment de leurs droits à la survie, à l’éducation, à la protection et à la participation.

Il rappelle également qu’en RDC, 1 enfant sur 10 meurt avant l’âge de 5 ans du fait des causes évitables. 42% d’enfants souffrent de malnutrition chronique et la moitié de ménages en RDC n’a pas accès à l’eau potable. 3 enfants sur 4 ne sont pas enregistrés à l’Etat civil, 1 enfant sur 5 ne fréquente pas l’école primaire. 1 personne sur 7 en RDC a besoin d’aide humanitaire, dont 60% sont des enfants.

Boris Luviya

 

Pin It

Statistiques

7445182
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
16024
33475
118423
7092551
255358
932920
7445182

Your IP: 35.175.133.127
2020-07-08 10:52

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg