Flash

Manifestement, les questions des droits de l’Homme en République démocratique seront passées au peigne fin par Michelle Bachelet, haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l’Homme. Celle-ci, après invitation du Gouvernement, est attendue au pays de Lumumba pour une visite officielle de cinq jours, soit du jeudi 23 au lundi 27 janvier prochain, et ce, avec à la clé un tête-à-tête avec le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi.

C’est ce qu’a, en effet, annoncé le Bureau central des Nations Unies aux Droits de l’Homme (BCNUDH), à travers un communiqué rendu public ce lundi 20 janvier.

C’est via la ville de Bunia, dans la province de l’Ituri, qu’atterrira cette diplomate chilienne qui, dans cette foulée, devra visiter un camp de personnes déplacées par les violences du conflit interethnique impliquant les groupes Hema et Lendu. D’après le Bcnudh, Michelle Bachelet s’entretiendra avec les représentants de ces deux castes. Question de mettre les points sur les i concernant leurs affrontements qui ont causé le massacre de plusieurs congolais dans cette partie du pays. Et, avant de s’envoler pour la capitale congolaise, une rencontre est aussi annoncée avec les responsables locaux ainsi que les victimes de torture et de violences sexuelles du conflit Hema et Lendu.

A Kinshasa où elle foulera les pieds à partir du vendredi 24 janvier, Mme le Haut-Commissaire aux Droits de l’Homme aura trois jours des discussions qui se concluront par une rencontre solennelle, lundi 27 janvier, avec le Président de la République Félix Tshisekedi, avant de parachever, par ailleurs, sa visite par une déclaration, au travers laquelle elle communiquera, sans soute, ses opinions et celles de l’ONU par rapport à la situation des droits humains, sécuritaire ou même politique en RD. Congo.

Cependant, bien avant ce tête-tête tant attendu, Mme droits de l’Homme de l’ONU rencontrera également les ministres des affaires étrangères, de la défense et de la justice, ainsi que les ministres des droits de l'homme, du genre, famille et enfant, et d'autres hauts responsables et autorités gouvernementales. Aussi, discutera-t-elle avec la Commission nationale des droits de l'homme, les organisations de la société civile, ainsi qu'avec les chefs des agences des Nations Unies en RD. Congo, la Représentante spéciale du Secrétaire général en RDC, Leila Zerrougui, et d'autres hauts responsables de la Monusco.

Passage au crible
D’ores et déjà, d’aucuns sous-tendent que cette descente aura la saveur d’une évaluation de la situation des droits de l’Homme au Congo-Kinshasa après l’alternance. Cerise sur le gâteau, ladite visite coïncide en même temps avec le premier anniversaire de ce cinquième Président au pouvoir, le 24 janvier 2019. L’impression sera-t-elle d’un goût amer et succulent ? Difficile de répondre pour l’instant quand bien même qu’il y a vraisemblablement une certaine amélioration, en ce qui concerne la liberté d’expression ainsi que la décrispation politique. Toutefois, la dernière manifestation de la coalition Lamuka interdite et réprimée à coups de gaz lacrymogènes peut orienter autrement le jugement concernant la santé des droits humains dans le pays. Wait and see.

Corneille Lubaki

Pin It

Statistiques

8618907
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
10020
29512
201877
8196630
449949
979134
8618907

Your IP: 3.228.10.34
2020-08-15 08:52

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg