Flash

Membre du mouvement citoyen Filimbi et une des figures de proue de la lutte pour l’alternance, Carbone Beni a dit sa râtelée quant à l’annonce par le Gouvernement de commémorer, avec un budget évalué à 6 millions Usd, les festivités du premier anniversaire de l’alternance pacifique, le 24 janvier 2020.

Bien que favorable à une célébration en ce sens, ce combattant pour la démocratie a déclaré qu’il est admissible de gaspiller autant d’argent pour une fête, au moment où des centaines des congolais meurent chaque mois à cause de l’insécurité à l’Est du pays ou des inondations à Kinshasa et au Sud-Ubangi. Aussi, a-t-il exprimé son indignation par le fait que ‘’l’on veuille simplement faire passer l’ancien Président Joseph Kabila comme le Père de l’alternance’’, alors que, d’après lui, cette passation civilisée du pouvoir est le fruit d’un combat ardu et sacrifices du peuple congolais.
«Nous sommes totalement frustrés, premièrement parce que pendant que le Congo est touché par des problèmes sociaux qui sont très importants, l’Etat congolais voudrait aujourd’hui gaspiller 6 millions USD pour une festivité... Il n’y a pas de sens de dépenser des sommes colossales pendant que nous-mêmes, nous en avons besoins pour nos problèmes et nos réalités sociales», a déclaré celui que d’aucuns considèrent comme une des victimes de la lutte pour l’alternance.

A l’en croire, cette célébration peut s’effectuer avec des sommes raisonnables et à travers des fora et des assises qui puissent contribuer au changement des mentalités de la population. «Les festivités peuvent bien se faire mais avec des sommes raisonnables. La commémoration peut passer par les débats ou conférences pour moraliser le peuple congolais ou encore discuter avec toutes les couches sociales de notre pays sur les enjeux et la nécessité de garantir la paix », a-t-il soutenu.

En même temps, ce membre du mouvement citoyen Filimbi a sous-tendu que l’ancien Chef de l’Etat, Joseph Kabila, ne serait nullement le père de l’alternance. D’après lui, cette autorité morale du FCC a organisé des élections par contrainte liée à la pression de la population qui n’a pas cessé de manifester pour dire non à un quelconque ‘’glissement’’. « L’alternance au Congo, c’est le fruit de l’éveil de conscience patriotique, c’est le fruit du sacrifice, de la détermination, de l’abnégation et du goût de risque qu’ont eu les jeunes congolais, la populations, les hommes politiques... », a lâché Beni Carbone.

Par ailleurs, il s’est également opposé à l’idée d’immortaliser cette passation du pouvoir, à travers un billet estampillé des visages de Joseph Kabila et Félix Tshisekedi. Cela rapprocherait le pays d’un culte de personnalité, a-t-il ajouté. Voilà pourquoi, il a, au contraire, souhaité que ce billet puisse, par exemple, immortaliser les périodes sanglantes du pays ; allusion faite notamment, à l’image des personnes qui sont mortes pour ladite alternance.

Corneille Lubaki

Pin It

Statistiques

9969632
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
9747
27231
116259
9636796
9747
852369
9969632

Your IP: 18.207.106.142
2020-10-01 07:12

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg