Dernières publications

Flash

Après l’adoption à l’Assemblée nationale, dimanche 15 décembre, du rapport de la Commission Politique, administrative et juridique (PAJ) accordant la paternité du groupe parlementaire AFDC-A à l’aile Nene Nkulu, le camp Bahati Lukwebo a, illico presto, réagi pour dénoncer les conclusions de ce dossier de litige opposant les députés nationaux de ce regroupement politique fractionné.

Dans une déclaration lue ce mercredi 18 décembre par la députée nationale Adèle Kayinda, l’AFDC-A/Bahati, indigné, a indiqué que la commission PAJ a été partiale et même partisane dans le traitement de cette affaire.
Cette formation politique a déclaré que ce rapport de PAJ résulte d’une démarche de dédoublement non pas seulement du groupe parlementaire mais aussi du regroupement politique Alliance des Forces Démocratiques du Congo et Alliés (AFDC-A).

A en croire Adèle Kayinda, présidente du groupe parlementaire de ce camp Bahati Lukwebo, la partialité de cette commission se prouve, à travers plusieurs points faibles qui ont été relevés dans ce texte présenté devant l’Assemblée plénière.
Du nombre des faiblesses, il a été noté que «la PAJ a délibérément ignoré les pièces lui transmises le 20 novembre 2019 et reçues effectivement le 21 novembre au regard de l’accusé de réception ». Lesquelles pièces étaient essentiellement le ‘’Journal officiel qui mentionne expressément la personne devant engager l’AFDC-A ou encore la lettre du ministère de l’Intérieur et sécurité qui tranche en faveur de Bahati Lukwebo’’.

En outre, ce regroupement politique a soulevé un autre point faible, à savoir : le fait que la PAJ ait recouru aux conclusions du dossier des députés de G7 d’avec ceux de la majorité présidentielle, pour parler d’une jurisprudence, alors qu’elle n’est pas du tout un juge, ni une Cour ou un tribunal.
«Au regard de ce qui précède, la PAJ a délibérément ignoré les pièces de l’AFDC-A (Bahati), fait adopter son rapport sur base des pièces prouvant la fraude et la corruption et reconduit une pratique abolie par l’accord de la Saint Sylvestre [dédoublement, ndlr]…La PAJ vient de violer les lois de la République, le Règlement intérieur de l’Assemblée Nationale pourtant écrits par elle-même », a-t-il renchéri.

L’AFDC-A a, par ailleurs, signalé que cette décision de la PAJ ou encore le dédoublement ainsi orchestré font preuve d’un acharnement et d’une volonté de nuire à son Président qui, bien au-delà de la politique, a notamment vu son hôtel de Goma être scellé ‘’sans motif valable’’.
«Cet acharnement contre le Sénateur Professeur Modeste Bahati Lukwebo pour avoir exercé un droit démocratique de se présenter comme candidat Président du Sénat, a quitté le terrain politique et il fait aujourd’hui l’objet des représailles dans ses activités privées. Vous avez appris certainement que son hôtel de Goma vient d’être scellé suivant l’ordre de mission du 23 juillet alors qu’il bénéficie d’un arrêté provincial lui octroyant un certain nombre d’exonérations », a lancé Adèle Kayinda dans la lecture de ladite déclaration.

Corneille Lubaki

 

Pin It

Statistiques

9904455
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
24345
26737
51082
9636796
796939
938558
9904455

Your IP: 34.200.236.68
2020-09-28 22:27

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg