Flash

*Le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi, a lancé ce mercredi 11 décembre 2019 à Kinshasa, le 2ème Forum national sur la Décentralisation. Ces assises qui dureront 4 jours, se focalisent sur l’«Evaluation du processus de mise en œuvre de la décentralisation, 13 ans après».

Le Ministre de la Décentralisation et Réformes institutionnelles qui pilote ce forum, a mis un accent sur les enjeux, les défis, mais aussi le contexte global de la décentralisation en République Démocratique du Congo, ce sous-continent. Ainsi, le développer, souligne Azarias Ruberwa, signifie réfléchir profondément sur le mode de gestion afin d’assurer la prospérité. Ce forum dédié à l’évaluation de 13 années de mise en œuvre de la décentralisation, cette grande réforme politique et administrative inscrite dans la Constitution, est non seulement indispensable pour mesurer le chemin parcouru, mais aussi et surtout doit constituer une opportunité pour tous les acteurs de la gouvernance globale et locale de se remobiliser, se remotiver afin d’insuffler un souffle nouveau au processus de décentralisation.

Pour le chef de l’Etat, il faudra évaluer l’effectivité du régionalisme institutionnel, le fonctionnement des institutions politiques provinciales, le rapport entre le pouvoir central et les provinces, entre celles-ci et les ETD, la problématique de la répartition des recettes à caractère national en faveur des provinces et ETD, ainsi que l’opérationnalisation de la Caisse Nationale de Péréquation. Ce sont autant de thématiques qui devront préoccuper les participants durant ces jours de réflexion.
‘’La décentralisation est l’expression de la confiance faite au peuple qui doit prendre son destin en main en participant activement à la définition de la mise en œuvre des politiques de développement‘’, a-t-il souligné ce mercredi.
Le Président de la République n’a pas manqué d’interpeller une énième fois les acteurs politiques quant à l’instabilité et le désordre qui prévaut au sein des institutions provinciales. ‘’Le spectacle auquel nous assistons actuellement dans nos provinces est désolant. Nous ne pouvons pas comprendre surtout dans les provinces où il y a des violences, qu’il y ait des intérêts politiques et mesquins des individus qui tentent de déstabiliser ces institutions provinciales. C’est inadmissible et absolument pas acceptable‘’.

Défis importants
Parmi les défis auxquels ce forum devra faire face et qui seront traités au sein de différentes commissions, il y a notamment, la faible appropriation du processus de décentralisation, suite au manque de volonté politique à certains niveaux. ‘’L’appropriation de la réforme va faire que la population soit mise à contribution‘’, a martelé Azarias Ruberwa.
Il sera question, en outre, du transfert de compétences et de ressources qui est encore très partiel, du renforcement des capacités insuffisantes et irréguliers des acteurs impliqués dans le processus de mise en œuvre de la décentralisation. Mais aussi, les outils de planification et de gestion élaborée ainsi que la faible harmonisation du processus de décentralisation et de déconcentration dû à l’absence de certains textes de lois. La question des élections sera également évoquée ainsi que l’état des lieux du développement.

Pour ce qui est des enjeux de la décentralisation, le Ministre d’Etat évoque l’absence de l’appropriation par certains acteurs clés de ce nouveau mode de gestion. Ceci se traduit notamment, par le manque d’information pour certains dirigeants et une bonne partie de la population, mais aussi par la résistance de certains gouvernants de se départir des compétences et attributions reconnues aux provinces et aux ETD. ‘’Etant donné le principe de progressivité dans la mise en œuvre de la décentralisation, c’est le moment de vérifier l’effectivité du transfert de compétences dans les domaines et secteurs décentralisés notamment, l’Agriculture, la Fonction Publique, la Santé et la Formation professionnelle‘’, soutient-il.

Gros enjeux
L’enjeu est aussi le transfert des ressources financières, associé au financement de la décentralisation qui connaît des difficultés. Les réformes qui conduisent à la prospérité coûtent cher, dit Me Azarias Ruberwa.
Les panélistes évoqueront bien entendu la rétention des 40% à la source qui n’est toujours pas d’application, tel que prévu dans la Constitution. Cependant, souligne le Ministre, il est capital de réaliser des recettes conséquentes afin que ces 40% ne soient pas insignifiants. Pour Félix Tshisekedi, le mécanisme de répartition des 40% des recettes à caractère national, serait inégalitaire et surtout source de déséquilibre si les mesures coercitives prévues par la Constitution ne sont pas appliquées étant entendu que toutes nos provinces n’ont pas les mêmes potentialités.
Par ailleurs, il est question de la substitution par rétrocession et l’incapacité constatée de façon plus ou moins chronique à ne pas mobiliser et collecter les recettes au niveau des provinces et ETD.

Il faudrait aussi, au niveau des ETD et des provinces, plus de transparence et d’intégrité dans la gestion.
Sans oublier les redevances minières comme source de financement et la Caisse Nationale de Péréquation, ce nouveau-né dont la croissance est attendue vite pour contribuer au développement des provinces et ETD.
A ce sujet, il convient de souligner que la principale mission de cette caisse est de financer les projets et programmes d’investissement public en vue d’assurer la solidarité nationale et de corriger le déséquilibre de développement entre les provinces, d’une part, et entre les entités territoriales décentralisées, d’autre part. Et pour lier la parole à l’acte, le chef de l’Etat a assuré, lors de l’ouverture de ce forum, que la caisse nationale de péréquation jouera pleinement son rôle.

Dominic Sam, le Représentant-pays du PNUD a relevé le fait que ce forum devra, en principe, amener les congolais à faire plus et à faire mieux en termes de développement.
Et la réussite des présentes assisses, a-t-il souligné, doit passer par la formulation d’une vision claire et réaliste des provinces, la nécessité de renforcer les capacités des provinces notamment par l’élargissement des partenariats entre les parties prenantes tel que la Société civile, ainsi que l’amélioration de la gouvernance locale. Il s’agira ici de renforcer le dialogue pour libérer le potentiel de la gouvernance locale.
Le deuxième forum national sur la décentralisation va se clôturer le samedi 14 décembre prochain.

La Pros.

Pin It

Statistiques

7470183
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
8718
32307
143424
7092551
280359
932920
7470183

Your IP: 3.236.8.46
2020-07-09 05:46

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg