Flash

N’étant pas intervenu le mardi 3 septembre lors de l’audition du discours-programme du Gouvernement Ilunga, le député national membre du G7, Christophe Lutundula, a dit toute sa râtelée quant à cet agenda d’actions et de prévisions dudit exécutif, au cours d’un point de presse mercredi 5 septembre au siège de son parti politique, Alliance des démocrates pour le progrès (ADP).

Dans son mot, Lutundula Apala Pen’Apala a d’abord fustigé le fait que ce programme gouvernemental ne soit pas chiffré et ce, avant d’apporter, à travers quatre axes, quelques recommandations qu’il estime importantes pour la bonne marche du pays. Du nombre des actions proposées, il a notamment indiqué, du point de vue des institutions de la République, que le Gouvernement entrant se devra de constater la fin de la mission du Comité national de Suivi de l’Accord de la Saint Sylvestre (CNSA) que dirige, jusqu’à ce jour, Joseph Olenghankoy.

Concernant le même axe des institutions, Christophe Lutundula a appelé à la réduction du nombre des personnels des cabinets ainsi que la réduction du nombre des services et organismes rattachés à la Primature et à la Présidence de la République. Abordant le point lié à la réconciliation nationale, le président de l’ADP a exprimé son assentiment quant à l’idée de rapatrier les corps des feus Mobutu Sese Seko et Moïse Tshombe. Toutefois, il a fait savoir que cette question de réconciliation est, à son avis, tributaire à la justice et la réparation de préjudice causé, la repentance, le pardon et l’engagement contre une quelconque récidive. « Poursuivre, sans tergiversations, la décrispation politique amorcée par le Président de la République et respecter les droits de l’Opposition. Organiser une cérémonie d’hommage solennel aux martyrs de la démocratie…aux victimes des répressions sanglantes du 16 février 1992, de janvier 2015, de septembre et décembre 2016… », a-t-il fait savoir comme étant des actes significatifs à la réconciliation et unité nationale.

En même temps, le triplement élu député national s’est insurgé contre certaines disparités et aspérités des salaires dans le secteur public. Pour lui, la politique salariale actuelle aggrave les inégalités et plante le décor de l’éclatement, à terme, d’une crise politique majeure. Pour ce faire, il a estimé qu’il faille créer une commission paritaire Parlement-Gouvernement. Laquelle commission, selon ses dires, sera chargée de fixer, avec équité et transparence, des grilles salariales harmonisées du secteur public.

Aussi, des audits idoines et responsables s’inscrivent-ils dans l’almanach des actions qu’il propose à la team Ilunga Ilunkamba. Puisqu’il faille en outre protéger le patrimoine de l’Etat, Lutundula Apala a convié le Gouvernement à concourir à l’audit des biens publics, dans les ministères, les provinces, les sociétés de l’Etat, les établissements et organismes publics. « Nous vous demandons de diligenter un audit externe et crédible des revenus miniers de l’Etat et de la Gécamines qui défraie la chronique depuis un temps dans les médias nationaux et internationaux », a-t-il déclaré, tout en appelant à la résolution des problèmes concernant le Palais de la nation ou au logement digne pour le Chef de l’Etat sortant Joseph Kabila Kabange.

Ce cadre de la coalition Lamuka a, dans la foulée, vociféré contre une certaine restriction de sa prise de parole au sein de l’hémicycle et ce, de la part du bureau de l’Assemblée nationale que dirige Jeanine Mabunda.

Corneille Lubaki

 

Pin It

Statistiques

9838018
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
12638
30514
201222
9434426
730502
938558
9838018

Your IP: 34.205.93.2
2020-09-26 09:53

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg