Flash

*Il lui faudra être à la hauteur des attentes de la population. Le Premier ministre Sylvestre Ilunga présentera le discours-programme du gouvernement de la République devant les Députés nationaux, sans doute ce mardi 3 septembre 2019, en attendant le communiqué officiel de la chambre basse.

Il devra, en principe, ramasser toutes les préoccupations majeures du congolais et, bien entendu, proposer des pistes de solutions adaptées pour leurs résolutions. Il s’agit ici de la dernière étape des accommodements avant le début d’un véritable travail en synergie du législatif et de l’exécutif, dont les acteurs sont envahis du zèle du début. Il ne leur reste plus que 4 ans et 4 mois pour répondre aux défis de reconstruction et de développement du pays. C’en est donc fini avec des promesses en l’air et des discours oblongs, il faut maintenant convaincre.

Félix Tshisekedi a été proclamé Président de la République le 10 janvier 2019 et investi deux semaines plus tard. Il nomme le 20 mai 2019 Ilunga Ilunkamba comme Premier ministre et son équipe gouvernementale est publiée le 26 août 2019. Les dates seront en effet bonnes à retenir pour le besoin de l’histoire, mais pour que les nouvelles figures de la gouvernance marquent d’une empreinte indélébile leur passage aux postes qu’ils occupent respectivement, il va falloir passer aux actes. Et pour cela, les divergences politiques, claniques ou spirituelles ne sont pas les bienvenues. Le peuple congolais qui a vu son train de vie se détériorer ces deux dernières décennies, est plus empressé de palper du doigt le goût du changement et de l’innovation.

Problèmes profonds
La faim a tellement gagné du terrain dans son vécu quotidien que même les notions de changement de mentalités, d’éthique et de patriotisme paraissent comme une étourderie à haute échelle. Plus de la moitié de la population demeure sans un emploi décent, jetant la planification familiale par la fenêtre et laissant place à une pléthore d’individus mué dès le bas âge en bandits urbains ou en fleurs de macadam. Pendant ce temps, de nombreux groupes armés fourmillent le nord-est du pays. Tous les jours ils éliminent des hommes, violent des femmes et détruisent l’avenir des enfants au détriment des minerais abondamment cloués dans le sous-sol, des méchancetés inhumaines et des guerres de la conquête des portions de terre.

Les défis sont énormes. Cette mandature ne sera peut-être pas suffisante pour tout éplucher, mais avec un max de volonté politique et un sens d’intérêt commun, il est possible de faire un grand pas. Ce programme du gouvernement que va présenter le Premier ministre doit prioritairement répondre au problème du social du congolais, que le chef de l’Etat a placé comme ligne de repère de son mandat. La lutte contre la pauvreté doit en effet être portée par tous les membres de l’exécutif, de manière générale.
Aussi, faudra-t-il penser à créer et valoriser l’emploi dans tous les secteurs de la vie nationale, sans oublier la facilité d’accéder aux services sociaux de base. Les routes qu’il faut construire et réhabilitées sont toutes aussi importantes que l’amélioration de l’eau et de l’électricité partout en République Démocratique du Congo.

Des attentes impatientes
Dans un autre registre, Sylvestre Ilunga est appelé à s’imposer de manière drastique pour restaurer la sécurité sur toute l’étendue du territoire national, principalement à l’Est, mais aussi lutter efficacement contre l’insécurité et le banditisme sous toutes ses formes.
Parmi les maux qui tracassent le citoyen congolais, il y a bien le fonctionnement malade de l’administration qu’il faudra dépolitiser, l’inégalité cruelle de la justice congolaise qui doit être garantie de manière équitable à tous les citoyens et songer au renforcement de l’autorité de l’Etat.

Il sied de noter qu’après la présente session extraordinaire se clôture le 7 septembre prochain et quelques 8 jours après devra être convoquée la prochaine session ordinaire spécialement consacrée à l’élaboration du budget qui, actuellement, laisse à désirer. Le secteur économique et des finances du pays est en zone rouge notamment, à cause de la corruption et la fraude fiscale que le Premier ministre s’est déjà résolu à combattre sans merci. Le destin de la RDC se joue entre des mains que l’on espère expertes. Mesdames, messieurs, les jeux sont faits.

La Pros.

 

Pin It

Statistiques

9835002
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
9622
30514
198206
9434426
727486
938558
9835002

Your IP: 34.205.93.2
2020-09-26 07:20

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg