Dernières publications

Flash

*‘’Nous devons rendre hommage au Président Felix-Antoine Tshisekedi et à l’ancien Président Joseph Kabila, pour avoir entendu des multiples plaidoyers et revendications des femmes congolaises.

Nous saluons par la même occasion, la coalition FCC-CACH qui a, enfin, rendu justice aux femmes après plusieurs décennies d’atermoiements’’, soutient Angèle Makombo, dans une tribune de réflexion réalisée hier, en marge de la publication du nouveau gouvernement. Visiblement, ‘’l’actuel Chef de l’Etat est un homme de parole si l’on considère le rang et l’importance des portefeuilles accordés aux femmes dans le nouveau Gouvernement que dirigera le Premier Ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba. En effet, c’est la première fois depuis l’accession de notre pays à l’indépendance le 30 juin 1960, qu’une femme est nommée Vice-Premier Ministre, de surcroit en charge d’un portefeuille majeur, à savoir le Plan. Nous nous félicitons que Mme Elysée Munembwe, aux compétences avérées en tant que ministre, mandataire public, Questeure de l’Assemblée nationale, occupe désormais les fonctions de Vice- Premier, Ministre du Plan’’, révèle-t-elle. D’ailleurs, ‘’en 59 ans d’indépendance, c’est aussi la deuxième fois seulement que nous avons une femme à la tête du Ministère des Affaires Etrangères, en la personne de Mme Marie Tumba Nzeza, Ministre d’Etat. La première femme congolaise nommée depuis belle lurette à ce poste par le Président Mobutu, fut feu Adrienne Ekila Liyonda. Autre innovation de taille qui illustre également la parole du Président Tshisekedi c’est le fait que le Ministère du Genre soit élevé au rang d’un ministère d’Etat suite à une requête des femmes. Au total, la « moisson » est cette fois-ci de qualité pour le genre féminin, avec une femme Vice-Premier Ministre en charge du Plan ; trois femmes Ministres d’Etat en charge respectivement des Affaires Etrangères, de l’Emploi, et du Genre ; cinq femmes Ministres (Fonction Publique, Economie nationale, Affaires sociales, Ministre auprès du Premier Ministre, Ministre Déléguée auprès du Ministre des Affaires sociales) ; et, enfin, trois femmes Vice Ministres (Mines, Environnement, Enseignement supérieur et universitaire). Une autre promesse tenue par le Président Tshisekedi était de nommer un Ministre en charge des Personnes vivant avec handicap. A cet égard, je me réjouis de la nomination à ce poste de Mme Irène Esambo, avocate pugnace, activiste et défenseure infatigable des droits des femmes et des personnes vulnérables’’, précise-t-elle, dans son analyse reprise, ci-dessous.

Tribune de réflexion
*Quid de la participation des femmes dans le nouveau gouvernement?
«Chères femmes, vous aurez une place de choix dans le prochain gouvernement et d’autres instances de prise de décision….j’y tiens personnellement. », promesse faite par le Président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, lors de son discours prononcé, le 30 juin dernier à Bunia. Promesse faisant suite à un engagement déjà pris solennellement par le Président, le 24 janvier dernier au cours de son discours d’investiture lorsqu’il déclara «L’implication des Femmes dans l’ensemble des activités de la vie de notre nation mérite une politique plus volontariste d’encadrement, d’encouragement et de meilleure visibilité…..il est essentiel de réaliser la promotion véritable de nos talents féminins à des postes de décision dans notre pays».
Fortes de ces promesses renouvelées à plusieurs reprises durant des audiences accordées par le Président Tshisekedi à diverses personnalités féminines, les femmes congolaises se demandaient si la promesse présidentielle serait tenue. Visiblement, l’actuel Chef de l’Etat est un homme de parole si l’on considère le rang et l’importance des portefeuilles accordés aux femmes dans le nouveau Gouvernement que dirigera le Premier Ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba.
En effet, c’est la première fois depuis l’accession de notre pays à l’indépendance le 30 juin 1960, qu’une femme est nommée Vice-Premier Ministre, de surcroit en charge d’un portefeuille majeur, à savoir le Plan. Nous nous félicitons que Mme Elysée Munembwe, aux compétences avérées en tant que ministre, mandataire public, Questeure de l’Assemblée nationale, occupe désormais les fonctions de Vice- Premier, Ministre du Plan.
En 59 ans d’indépendance, c’est aussi la deuxième fois seulement que nous avons une femme à la tête du Ministère des Affaires Etrangères, en la personne de Mme Marie Tumba Nzeza, Ministre d’Etat. La première femme congolaise nommée depuis belle lurette à ce poste par le Président Mobutu, fut feu Adrienne Ekila Liyonda. Autre innovation de taille qui illustre également la parole du Président Tshisekedi c’est le fait que le Ministère du Genre soit élevé au rang d’un ministère d’Etat suite à une requête des femmes.
Au total, la « moisson » est cette fois-ci de qualité pour le genre féminin, avec une femme Vice-Premier Ministre en charge du Plan ; trois femmes Ministres d’Etat en charge respectivement des Affaires Etrangères, de l’Emploi, et du Genre ; cinq femmes Ministres (Fonction Publique, Economie nationale, Affaires sociales, Ministre auprès du Premier Ministre, Ministre Déléguée auprès du Ministre des Affaires sociales) ; et, enfin, trois femmes Vice Ministres (Mines, Environnement, Enseignement supérieur et universitaire). Une autre promesse tenue par le Président Tshisekedi était de nommer un Ministre en charge des Personnes vivant avec handicap. A cet égard, je me réjouis de la nomination à ce poste de Mme Irène Esambo, avocate pugnace, activiste et défenseure infatigable des droits des femmes et des personnes vulnérables.
Nous devons rendre hommage au Président Félix-Antoine Tshisekedi et à l’ancien Président Joseph Kabila, pour avoir entendu des multiples plaidoyers et revendications des femmes congolaises. Nous saluons par la même occasion, la coalition FCC-CACH qui a, enfin, rendu justice aux femmes après plusieurs décennies d’atermoiements.
Petit à petit, nous avançons dans notre longue lutte pour la participation active des femmes aux instances de prise de décision dans notre pays, MAIS nous sommes encore loin du compte ! En effet, 13 femmes dans un gouvernement pléthorique de 65 ministres, cela fait 17% de femmes seulement ! Loin des 30%, voire 50% que nous revendiquons, en vertu de notre Constitution, et de plusieurs résolutions régionales et internationales auxquelles a souscrit notre pays la République Démocratique du Congo. Mais, un léger progrès quand même par rapport aux gouvernements précédents : Matata II (15% de femmes), Badibanga (12%), Tshibala (10%).
Dans mes rêves les plus fous, j’espérais qu’en Afrique, ce serait le tour de notre pays, après l’Ethiopie, les Seychelles, le Rwanda et l’Afrique du Sud, d’atteindre la parité homme-femme avec un gouvernement de 50% d’hommes et 50% de femmes. Mon rêve n’a pas été réalisé hélas … mais ce n’est que partie remise. La lutte continue !
Sincères félicitations donc aux femmes nommées au nouveau gouvernement ! Nous les encourageons à exceller pour servir le peuple congolais et par la même occasion, faire taire ceux qui dans la gente masculine brandissent sans arrêt l’argument de la méritocratie pour écarter les femmes comme si les méritocrates ne se dénichaient que parmi eux. Et congratulations et plein succès à l’ensemble du Gouvernement ! Si le Gouvernement Ilunkamba gagne, c’est la RDC qui gagne!
Angèle MAKOMBO N’TUMBA
Présidente de la Ligue des Démocrates Congolais (LIDEC)

Pin It

Statistiques

10540649
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
7566
28656
115275
10237135
580764
852369
10540649

Your IP: 3.219.217.107
2020-10-22 06:39

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg