Flash

A l’allure où vont les consultations politiques enclenchées depuis le mois de juillet par le Premier ministre entrant, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, il appert que ce mois d’août, d’après certaines sources, sera très décisif au sein de l’agora politique Rd congolaise.

En effet, depuis l’officialisation de la coalition de la gouvernance entre le FCC et le CACH, survenue lundi 29 juillet dernier dans un Hôtel aisé de la capitale Kinshasa, il a été constaté dans quelques couloirs ouatés et même dans les salons huppés fréquentées par les hommes et femmes politiques de ce pays, les bruits laissant croire à une convocation de la session extraordinaire d’ici le 15 août 2019, sont vivement entendus auprès de quelques sociétaires du FCC et CACH. Cette convocation, quoiqu’elle puisse coûter énormément à la grande nation congolaise va, néanmoins, permettre à la représentation nationale d’investir ‘’enfin’’ un nouveau Gouvernement sous la présidence de Félix Tshisekedi.

Une convocation imminente
Alors que nombreux pensaient que l’Assemblée nationale allait siéger à partir de mois de juillet, les Députés nationaux seront tout de même, conviés d’ici le 15 août, à prendre part à l’ouverture d’une session extraordinaire avant l’ordinaire qui va nécessairement intervenir le 15 septembre prochain. A en croire un analyste politique aguerri, selon les dispositions du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale, une session extraordinaire ne peut pas être convoquée le dernier mois des vacances parlementaires. «Si le 15 juillet 2019, l’Assemblée nationale n’est toujours pas convoquée en session extraordinaire, dépassée cette date, il sera définitivement impossible que les Députés nationaux soient conviés à l’hémicycle du palais du peuple avant la reprise de la session ordinaire prévue le 15 septembre prochain», disait-il, avec une assurance totale. Hélas ! Au regard de l’évolution des enjeux politiques, le futur nouveau gouvernement Ilunga Ilunkamba pourrait ainsi être investi dès août car, cela relèverait d’une urgence nationale.

Pour ceux qui l’ignorent, la session ordinaire de mars qui s’était clôturée depuis samedi 15 juin dernier, n’avait pas vu organiser les élections au sein des commissions permanentes, ni mis en place le comité des sage, encore moins procédé à l’investiture des membres du gouvernement Ilunga Ilunkamba. D’ailleurs, la clôture solennelle était intervenue dans un contexte de crise, matérialisée à travers la méfiance et la mésentente dans le chef de certains élus du peuple. La suspension, par l’opposition LAMUKA, de sa participation aux plénières, était également l’un des points noirs. En cela, faudrait-il encore rappeler que le débat sur les ordonnances nommant les agents à la SNCC et à la Gécamines avait suscité un tollé général non seulement au palais du peuple, mais aussi dans certaines assemblées provinciales.

Investiture du Gouvernement
Aujourd’hui, l’urgence voudrait qu’il y ait une mise en place d’un gouvernement afin de permettre à la patrie de Mzee de fonctionner normalement. Les discussions qualifiées des ‘’sempiternelles’’ entre les principaux cadres de la coalition FCC-CACH, se sont finalement révélées concluantes. Il y a plusieurs semaines, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, nouveau Premier ministre, disait attendre la fin de négociations entre les plates-formes FCC et le CACH pour former son gouvernement, aujourd’hui, la situation a changé. Le discours aussi. L’on parle plutôt d’une série de consultations avant l’étape cruciale. Déjà, à Kempinsky Fleuve Congo Hôtel où il a été logé depuis sa nomination le 20 mai dernier, ce septuagénaire passe du temps à prendre langue avec les Hommes politiques avant de former son Gouvernement. Il convient de noter que la session extraordinaire imminente de mois d’août devra aussi obliger le Bureau sortant de la CENI de procéder finalement à la présentation de son rapport général des activités.

En gros, l’on sait déjà que le futur gouvernement Ilunga Ilunkamba sera composé de 65 membres dont 42 sont issus du FCC qui est largement majoritaire à l’Assemblée nationale et au sénat. Dans ce lot, la plateforme de l’actuel Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, aura 23 ministères. Dans cette équipe l’on retrouvera 48 ministres (31 du FCC et 17 de CACH) et 17 vice-ministres (11 pour le FCC et 6 pour CACH). Ce dernier, peut compter sur quelques ministères régaliens. Dans l’entre temps, les partis politiques composant le FCC d’une part, et les alliés du CACH, sont en train de s’entredéchirer pour le partage des postes dans le futur gouvernement. C’est cette ossature saucissonnée qui sera certainement investie par le parlement au cours d’une probable convocation de la session extraordinaire de mois d’Août.

Merdi Bosengele

 

Pin It

Statistiques

7445633
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
16475
33475
118874
7092551
255809
932920
7445633

Your IP: 35.175.133.127
2020-07-08 11:12

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg