Flash

BAN2

 

La tradition a été respectée. Pour  la deuxième année consécutive, le premier ministre a déposé hier jeudi 15 septembre à l’Assemblée nationale le projet du budget 2023 chiffré à 14,6 milliards de dollars américains, soit une augmentation de près de 32% par rapport à l’année précédente, dont le budget était chiffré à près de 12 milliards de dollars américains. Ce dépôt du projet de budget est intervenu le même jour de la rentrée parlementaire du mois de septembre. Une session budgétaire.

2023 étant une année électorale, ce budget permettra de doter la centrale électorale des moyens de sa politique pour organiser les scrutins dans les délais constitutionnels. Avec les réajustements qui devront y être apportés par la commission Écofin du parlement, ce budget permettra d’accélérer la mise en œuvre du programme ambitieux de développement local des 145 territoires porté par le Président de la République

Le premier ministre a rappelé, à cet effet : « Je voudrais d’abord ici mentionner que l’année passée, le 15 septembre 2021, nous étions ici au même endroit, en vue de déposer le projet de budget pour l’exercice 2022. Nous avions, à ce moment-là, affirmé que le Gouvernement que je dirige et selon la vision du Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, devrait être respectueux des textes. Ici, c’est cette manifestation de déposer, pour la deuxième fois, le budget dans le délai constitutionnel. Et donc, c’est un exercice auquel le gouvernement aujourd’hui, s’est donné une exigence. Et, nous le faisons avec le ministère d’État, ministère du Budget et la collaboration de tous les autres ministères. C’est juste s’y prendre à temps pour pouvoir rencontrer cette exigence. Et ici, en ce qui concerne le budget que nous venons déposer, je voudrais juste donner quelques éléments. Parce qu’en réalité, la primeur est réservée, comme vous le savez, au parlement où nous venons le défendre », a-t-il dit

L’Ecidé donne de la voix

Pour l’Engagement pour la citoyenneté et développement (ECIDé) de Martin Fayulu au Nord-Kivu,  les parlementaires doivent revoir à la hausse les fonds alloués à la défense nationale. Ce parti de l’opposition estime que cela constitue le premier préalable à traiter «car notre intégrité, notre sécurité, notre épanouissement et notre survie dépend de la pacification totale du pays» avant d’insister que c’est une urgence.

Emma Muntu

Pin It

Statistiques

24935345
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
13063
30834
168758
24594961
43897
682697
24935345

Your IP: 185.191.171.45
2022-10-02 13:12

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg