Flash

BAN2

 

La communauté banyamulenge  vivant à Kinshasa a commémoré, samedi 13 août 2022, le 18ème anniversaire du massacre de Gatumba. Cette cérémonie commémorative était l’occasion pour cette communauté d’élever la voix pour dire’’ Non et plus jamais aux tueries basées sur le faciès ‘’. La communauté dit continuer à réclamer justice pour les victimes de ce massacre. La manifestation s’est déroulée dans la salle de conférence de l’immeuble  Marie Reine de la Paix dans la commune de la Gombe, en présence des  honorables députés et sénateurs ainsi que plusieurs autres personnalités notamment, Azarias Ruberwa, Raymond Tshibanda,…l’ambassadeur de la République  Fédérale d’Allemagne, les membres d’autres associations mais également,  certains membres de la communauté Banyamulenge.

A en croire Charles Mukiza, président de la communauté  Banyamulenge, récemment, le climat d’insécurité des banyamulenge a pris une tournure désolante en embrasant presque toute l’étendue de la République Démocratique du Congo. Il a ainsi fait référence à ce qui s’est passé dans des villes telles que ‘’Kindu, Goma, Kalemie et Kinshasa’’.   

Selon lui, cette recrudescence de  climat  d’insécurité des banyamulenge fait suite aux discours de haine et d’intoxication contre les Tutsi distillés dans des médias et réseaux sociaux, par quelques acteurs institutionnels, sociaux et politiques. C’est ainsi que beaucoup de personnes à faciès nilotiques ont été molestées et leurs biens détruits ou pillés, a-t-il affirmé.

A ce propos, la communauté a déclaré avoir accueilli avec soulagement les mesures qui ont été prises par le Gouvernement instruit par son Excellence Monsieur  le Président de la République, condamnant et sanctionnant les discours de haine ainsi que la mise aux arrêts des certains auteurs.

Elle a néanmoins déploré le fait que beaucoup d’autres auteurs connus de ces discours de haine tribale continuent à trouver de l’espace dans les milieux politiques en s’appuyant sur la corde du populisme au lieu d’être marginalisés une fois pour toutes.

Par cette occasion, la communauté banyamulenge a tenu à rappeler qu’il y a déjà une plainte rédigée par un collectif d’avocats congolais contre des personnes bien connues. Une plainte relative aux discours de haine et actes d’incitations à la haine tribale déposée auprès des institutions judiciaires de la République Démocratique du Congo.

C’est ainsi qu’elle a demandé notamment, au procureur de la République de s’en occuper sérieusement. 

Le président de la communauté Banyamulenge a, par ailleurs, affirmé que malgré ces événements macabres qui arrivent aux banyamulenge, ‘‘la communauté demeure loyale vis-à-vis du gouvernement de la RDC’’.  Elle réitère son soutien aux institutions de la République et compte sur elles pour le rétablissement de la paix dans les moyens et Hauts plateaux, a-t-il déclaré.

Par ailleurs, en marge de cette commémoration, la communauté banyamulenge continue à demander au gouvernement, entre autres, l’identification des auteurs de massacre de Gatumba et leur sanction.  

‘’Presque deux décennies après, nous continuons à demander que notre pays, la RDC, s’élève en premier pour nous rendre justice. Le Burundi ou la communauté Internationale sont aussi compétents pour le faire’’. Il ya aussi, la prise en charge des victimes qui sont toujours dispersées dans plusieurs pays de la région des grands lacs ; le rétablissement de l’autorité de l’Etat sur les Hauts et Moyens Plateaux de Fizi, de Mwenga et d’Uvira ; l’éradication des groupes armés locaux et étrangers ; l’identification des commandants militaires «mafieux» ou «haineux» affectés dans cette zone et les remplacer par d’autres afin de favoriser l’implémentation de la vision du Chef de l’Etat visant la pacification de l’Est de la RDC ; l’organisation du retour des déplacés, internes notamment, toutes les communautés confondues, dans leurs villages en leur assurant la sécurité nécessaire ainsi que le minimum pour leur installation. La communauté demande, en outre, l’assistance de la population en vivres et non vivres ;  la condamnation  et sanction des auteurs des discours et actes d’incitation à la haine et à la violence. Elle espère qu’avec ces déclarations, elle est résolument engagée dans la voie de la paix et de la réconciliation sans laquelle le développement ne saurait être envisagé.

Signalons qu’en solidarité avec les victimes du massacre et la communauté banyamulenge, plusieurs associations se sont exprimées pour dénoncer ces actes barbares et ainsi demander la paix et l’unité dans le pays.

Pour sa part, l’ancien Ministre de la décentralisation et membre de la communauté Banyamulenge, Azarias Ruberwa, a estimé que commémorer Gatumba, c’est éviter le tout prochain Gatumba qui profil à l’horizon.  ‘’On le voit venir, on le voit venir’’, a-t-il insisté.

Moïse Nyamugabo a, en ce qui le concerne, dénoncé le silence du Gouvernement de la RDC, de la communauté internationale par rapport aux massacres de Gatumba. Il a ainsi interpellé l’Etat congolais à imposer la paix dans l’est du pays.

Cette  cérémonie commémorative a été marquée par la projection d’un film sur ledit massacre qui a eu lieu en 2004 et qui avait fait plus de 150 morts et une centaine de blessés, dans l’est du Burundi.

Nelly Somba

Pin It

Statistiques

24933412
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
11130
30834
166825
24594961
41964
682697
24933412

Your IP: 185.191.171.41
2022-10-02 12:10

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg