Flash

BAN2

 

Il est revenu sur sa loi portant sur le code de la famille. Hôte du meeting qu’il a tenu, samedi 30 juillet 2022 au terrain Livulu dans la commune de Lemba à Kinshasa, Daniel-Israël MbauSukisa a insisté sur l’importance de cette loi qui constitue le socle du développement dans la société (nation).

A en croire le député national Daniel Mbau, cette loi met fin aux prétentions des certains parents qui exagèrent  dans les exigences bottant en touche « la valeur dotale du lien matrimonial ».

« Nombreux n’ont pas compris cette loi, mais ils  étaient toutes fois contents. Cette loi était initiée dans un cadre purement social pour permettre à la société congolaise d’avoir des familles stables. Parce que la racine du développement provient de la famille »a fait savoir Daniel Mbau.

Pour l’élu de Mont-Amba, la cause du phénomène ‘’ KULUNA ‘’ et bien d’autres délinquances proviennent du manque du cadre pouvant assurer un encadrement matrimonial de ces derniers.

«Si le phénomène KULUNA devient recrudescent, c’est parce que bon nombre d’enfants sont nés dans les rues. Les parents ne se sont pas mariés. Pas moyen d’épouser la femme parce que la dote n’est excessif. Et certains hommes passent par le chemin court d’engrosser et ainsi donner naissance aux enfants mal encadrés et qui deviennent délinquants à cause de l’irresponsabilité. Alors que le mariage est un droit fondamental, garanti par la constitution. Nous le pouvoir public devons garantir le mariage sain, équilibré » a-t-il poursuivi. Et de renchérir : « On ne veut que les filles deviennent un objet de commerce pour les parents. Cette loi concerne toute l’Afrique (citant certains pays ayant adopté ce système). Ce n’est pas normal de dépasser les limites jusqu’à exiger des instruments musicaux comme dot parce que tu as envoyé ta fille sur le banc de l’école. Le mariage est fait pour des personnes en âge nubile. Cela ne veut pas dire non plus que la femme devienne quantifiable. Elle est une personne humaine qui n’est pas vénalement quantifiable. Nous avons déterminé la valeur dotale du lien matrimonial. Ce n’est pas une manière de vendre la femme parce qu’elle n’est pas une marchandise » a-t-il insisté.

Si cette loi traîne de nos jours dans les tiroirs de la chambre basse du parlement, Daniel Mbau promet à sa base que cette proposition de loi sera, sans nul doute, à l’ordre du jour à la prochaine session parlementaire qui pointe à l’horizon. Mais tout dépend de l’assemblée nationale. Nul doute que l’adoption de cette loi tant attendue répondra aux desideratas de la société congolaise qui attend à bras ouvert le vote de cette loi dite « de la dote ».

Jonathan Bafumvwa

Pin It

Statistiques

23840264
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
16315
22415
61429
23630895
330666
641978
23840264

Your IP: 54.36.148.19
2022-08-16 17:19

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg