L’Agence Congolaise de l’Environnement (ACE) a organisé, ce mardi 2 août, dans la salle Kahuzi Biega, l’atelier de sensibilisation et de renforcement des capacités des opérateurs judicaires de la ville-province de Kinshasa. Durant lequel la Vice-Premier ministre, Ministre de l’Environnement et Développement Durable, Eve Bazaïba, a présidé la cérémonie d’ouverture en présence de différentes délégations juridiques issues des Parquets et des Barreaux de la Ville de Kinshasa. Ce processus d’évaluation environnementale et sociale qui, au travers de l’ACE, procédera  au suivi et à l’inspection environnementaux et sociaux dans l’exécution des activités et des projets conformément à l’article 22 de la Loi n°11/009 du 09 juillet 2011 portant principes fondamentaux relatifs à la protection de l’environnement.

Cette évaluation environnementale et sociale est une démarche multisectorielle et multidisciplinaire, impliquant l’intervention du Ministère Public et du juge, pour mieux aider l’ACE à faire appliquer certaines dispositions impératives de la loi précitée.

Dans son mot de circonstances, le Chargé de Mission de l’ACE, Ingénieur Jean-Claude Emene a précisé que le but de cet atelier est de vulgariser cette loi et ses applications auprès des opérateurs judicaires dont les Magistrats et les Avocats. En outre, cela renforcera leur collaboration et l’adoption d’un langage commun, tenant compte des textes qui seront relayés au niveau de leurs offices.

Telles que prévues dans ce déroulement, les opérateurs judicaires auront pour tâche d’appuyer l’ACE dans ses missions régaliennes pour s’assurer de la prise en compte des dispositions juridiques nationales en matière de sauvegarde environnementale et sociale. De participer à la vulgarisation des textes légaux relatifs à la protection de l’environnement, ainsi qu’assister l’ACE dans le règlement de différends avec les opérateurs tant publics que privés sur l’application de la loi.

Le droit de l’environnement prenant à peine de l’ampleur, Jean-Claude Emene a estimé que dans les prochains jours, des jugements doivent être rendus pour toute personne physique ou morale, civilement et pénalement responsable de la pollution environnementale et sociale.

Pour la Vice-Premier ministre, Ministre de l’Environnement et Développement Durable, Eve Bazaïba, elle a affirmé que tout congolais a droit à un environnement sain. S’adressant ainsi aux opérateurs judiciaires, elle leur a rappelé l’importance de leur implication dans ce processus au regard du caractère transversal disciplinaire que révèle l’environnement. Sur ce, ils devront s’imprégner et se servir en cas de procédure judiciaire de différents documents légaux et réglementaires qui seront mise à leur disposition. 

Dans ce sens, elle a exhorté l’assistance car la conduite de ce processus n’est pas uniquement l’apanage de l’ACE, mais une affaire de tout congolais, afin que l’environnement soit propice sur toute l’étendue de la RDC.

Niclette Ngoie