Flash

BAN2

 

 ‘‘C'est le jour que son excellence le Maréchal MOBUTU défunt président de République du Zaïre devenu: République Démocratique du Congo, et dans les mêmes temps Président fondateur du Mouvement Populaire de la révolution (Mpr) parti dans lequel nous militons, a dédié à l’exaltation des vertus de l'utilisation du poisson. Journée qu'il baptisera : Journée du poisson’’, écrit-il dans sa réflexion que La prospérité publie intégralement ci-après.

MOUVEMENT POPULAIRE DE LA REVOLUTION

(MPR) FAIT PRIVE

JOURNEE DU POISSON

C'est le jour que son excellence le Maréchal MOBUTU défunt président de République du Zaïre devenu: République Démocratique du Congo, et dans les mêmes temps Président fondateur du Mouvement Populaire de la révolution (Mpr) parti dans lequel nous militons, a dédié à l’exaltation des vertus de l'utilisation du poisson. Journée qu'il baptisera : Journée du poisson.

Le poisson qui est à l'aise dans l'eau en attendant d’être pêché à l’effet de se constituer en alimentation des hommes vivants.

Autorisant ainsi, de saisir adéquatement ce qu'a indiqué le Marechal MOBUTU «que chaque gouvernement sera jugé par sa capacité à nourrir son peuple ».

Option parfaitement compatible avec la gouvernance qu'il a instaurée dans ce pays. Car le Zaïre, ou République Démocratique du Congo, jouit d'un réseau hydrographique important et bien reparti, coordonné pour le surplus par le Fleuve Congo, qui est le cinquième du monde par sa longueur, avec un cours de 40640 km; et est le second par son débit moyen de 39.000 m3 par seconde, dégageant un débit très régulier car alimenté non seulement par de nombreuses pluies mais aussi par plusieurs affluents importants répartis de part et d'autre de l’équateur qui divise le pays en deux.

Ledit Fleuve est soutenu environnementalement par de nombreux lacs.

Parallèlement à sa vertu de fournir de l'énergie hydroélectrique, le réseau d'eau de la République Démocratique du Congo, brasse un potentiel halieutique dont le volume avait atteint, a un moment donné plus ou moins 1.100.000 tonnes, pendant que le peuple n’en consommant que plus ou moins 850.000 tonnes.

Cette directive du Maréchal a eu l'avantage de conseiller au peuple à consommer davantage de poisson à l'effet de profiter de la vitalité desdits poissons qui dégagent énormément des protéines. Permettant au peuple de bénéficier de l’autosuffisance alimentaire par ses qualités de sécurité alimentaire qui offrirent au peuple un régime alimentaire riche et équilibré.

Qui pour autoriser de dire, que si sur le plus minier, la RDC est un scandale géologique, l'on pourrait aussi se risquer à prétendre, que la RDC est un scandale halieutique, consécutivement au volume et à la variété des poisons qu'offre le réseau hydraulique

L'on pourra accroitre l'incitation de la productivité de la pêche, si l'on connectait son exploitation moteurs-hors-bord, baleinière et autre. Dont acquisition, par l'épargne nationale privé ou publique, mécanisme de crédit; structuration qui prendra appui sur les institutions de crédit, que l'actuel Président de la République entend mettre sur pied.

Comme avantages la monétarisation de la vie économique dans les milieux de pèche réalisé dans nos village.

Et le Maréchal, fut bien inspiré de lancer, à la même date, la monnaie « Zaïre » qui permet la circulation des biens que sont les poisons à vendre.

$1 Sortie de la misère!

Profitant d'une alimentation riche et équilibrée que fournira la production halieutique soutenue entre autre par le mécanisme des crédits sociaux à taux réduits par rapport au taux commercial du marché, le peuple sortira, bien évidement de la misère de laquelle l'actuel Président de la République s'organise à l'en …. Et comme réponse à ces efficientes initiatives et actions, le peuple devra se sentir heureux et bien disposé à soutenir, en les appliquant idéalement et donc Correctement les dispositions de la constitution de notre Pays, qu’on a adoptées à 85%.

Lesquelles dispositions indiquent à l'article 70 que le Président de la République est élu par le peuple pour un mandat lui décerné par la cour constitutionnelle, d'une durée de 5 (cinq) ans renouvelable une seule fois.

Tout comme le Président de la Cour Constitutionnelle (Article 158), ainsi que les gouverneurs et Vice-gouverneurs des Provinces (Article 198) qui le seraient suivant l'article 227 du code Civil livre III relatif à la loi sur la « force la chose jugée ». Car l'assemblée Provinciale (comme la Cour de justice) ne pourra plus se dédire de sa décision antérieure, étant donné que la demande est identique et mue Pa même cause, par les mêmes parties avec les mêmes pièces. Et donc Corollaire du principe. « Non bis in idem »

Adjectif renouvelable qui n’est pas synonyme de rééligible, mais bien, plutôt une tacite reconduction qui permettra au pays d’économiser en épargne publique non volontaire + 25 milliards de dollars américains. Lesquels milliards allaient couvrir les élections présidentielles qui n’auraient pas lieu. Et ce donc en contradiction avec certains esprits imprudemment confusionnistes qui soutiennent l’organisation d’élection présidentielle. Situation qui confirme la constitution qui épargnera ainsi au pays, une lutte sans pertinence ni rationalité, entre les religions d’une part, les mulâtres et les noirâtres et brunâtres d’autres part et même les albinos par la suite ; entre balubaphone shakandi contre balubaphones lolo.

  • §2, Au surplus,

L’organisation des élections présidentielles si elles ont lieu, devront absolument respecter les dispositifs de la constitution qui indiquent à son point 3/7˚ que les préoccupations majeures qui président à l’organisation desdites institution (dont la présidence de la République) c’est d’assurer l’alternance démocratique de sorte que le mandat du président de la République n’est renouvelable qu’une seule fois. Ce qui signifie, à notre sens, que l’on succède à l’ancien président de la République, par le mécanisme d’alternance et non pas d’alternative puisque l’alternance signifie : succession par des passe successivement des droits. Et l’alternance n’intéresse que deux partis.

Or pour ce qui concerne la présidence de la RDC, il n’y a pas obligation de choisir entre deux choses (ou classes) car, il y’a au nom de la constitution, plusieurs partis politiques et plusieurs tributs, dont 4 sont officiellement concernées. Il s’agit de Balubaphones, Swahiliphones, Kikongophones. En effet, que la loi face à cette situation ou le Swahiliphones (président Kabila) s’est fait succéder par un Balubaphone (Tshisekedi) maintenant l’on souhaite que le président Tshisekedi (Balubaphone) qui a eu le pouvoir du président Kabila (Swahiliphones) recède la présidence (en faisant succéder) Monsieur Katumbi, (Swahiliphones). Jouons nous au Ping pong ? Swahiliphones à Balubaphone qui remet à Swahiliphone ! Que deviennent alors les lingalaphone et ou les bakongophones ? Sommes-nous dans la tontine (likelemba). Ou opération d’extourne par retour à la source.

N’est-ce pas que le constituant, en édictant l’alternance, n’a pas dit que l’on joue à une sorte de Ping pong ou sorte de likelemba, qui est l’alternative, c'est-à-dire retour à la source. Et ce au détriment des autres tributs et ou partis politiques !

En d’autres mots, en respectant al quintessence des mots de langue français l’alternance qui est prescrite par la constitution proscrit l’alternative, car l’alternance ne signifie pas retour à celui qui a donné ; mais signifie plutôt de se faire succéder par un parti différent, et même opposé ; autrement dit ; en respect au strict principe de l’alternance le prochain président de la République qui succédera au président F.A Tshisekedi Tshilombo en 2028 devra obligatoirement sortir non pas des Balubaphones ou Swahiliphones, mais plutôt des bangalaphones ou bakongophones, et ce pour un mandat de 2 fois 5 ans. Soit que les bangalaphones, relayés par les bakongophones ou vice versa garderont le pouvoir chacun pendant 2 fois 5 ans. Et ce avant que les balubaphones si non les Swahiliphones ne tentent de reaceder à la présidentielle.

Une petite observation sur la détention de mandat présidentiel en RDC depuis l’indépendance, fera voir que la nature naturelle, sinon le bon Dieu ont fait adopter, en toute quiétude et sans le moindre accro, l’alternance à la présidence comme nous venons de la décrire : à savoir que l’on est parti du 30 juin 60 avec le président Kasavubu, mukongophone à qui a succédé mungalaphone le président Mobutu suivi de Swahiliphone (les deux Kabila : et puisque la nature qui n’est que pur hasard la bien fait ; pourquoi nous les rationnels ne le ferions nous pas en toutes conscience ? au surplus le président Mobutu n’a-t-il pas dit tribut oui ! tribalisme non ; clan oui ; c'est-à-dire qu’il reconnaissait et acceptait la tribu et clan qui sont des structures sociologique de la constitution de la nation. Mais que dans la gestion il ne faille pas privilégier et donc avantager indument sinon uniquement les membres de sa tribu ou de son clan, et ce en organisant à être plutôt juste impartial et respectueux objectif des qualités des postulants.

  • §4 A Bas La Rwandophilie

C’est certainement le respect scrupuleux de la pertinence des dispositions de la constitution tel que définit ici qui aurait semé le désarroi chez les Rwandais qui se sont aperçus qu’ils ne pourront plus avoir dans les très prochains mandats présidentiel un Rwandophile qui le servira comme cela fut le cas il ya quelques temps.

…… que les Rwandais du président KAGAME auraient Dû s’apercevoir que :

1 Ce ne sont pas les Congolais qui ont crée le Rwanda dans son état de pauvreté.

2 Que cela procédait de l’exclusive compétence de Dieu le créateur, toute autant que des allemands qui ont conçu lesdits territoires.

3 Que le Rwanda et le Burundi sont devenus après la guerre 1940/1945 et ce par la volonté des Belges vainqueurs des allemands, des protectorats belges pour constituer en accouplement avec le Congo, la colonie du Congo belge et du Rwanda Urundi dont la capital fut Léopoldville c’est-à-dire Kinshasa.

4 A l’indépendance le 30 juin  1960 aucun Congolais n’a demandé de séparer le Congo du Rwanda-Urundi .Pire même ce sont les Rwanda et Burundi eux-mêmes qui par leurs bamis (MUTARA et MWAMBUTSHA) ont réclame leur indépendance différemment du Congo.

5 Malgré cela les Congolais surement par compassion  et amour de l’ancien voisin, ont voulu garder des liens étroits avec les Rwandais et Burundais en créant la commuté économique des grands lacs, incluant la Banque de pays des grands lacs localisée à GISENYI au Rwanda.

Toutes ces actions, heureusement bienfaisantes, n’avaient qu’une seule vertu à savoir celle d’aider  les anciens frères de la colonisation TUTSHI et HUTU qui n’avaient que des vaches et montagnes pour vivre .Mais curieusement ce sont toujours eux-mêmes  qui ont rejeté ces œuvres bienfaisantes ;et en guise de réponse au bien leur fait ,ils ont fait la guerre aux bienfaiteurs que sont les congolais . Guerre à MOBUTU ; Guerre à KABILA Père et fils, Guerre à FELIX TSHISEKEDI A.F. dont le papa fut pourtant un défenseur efficace des relations avec de TUTSHI  et HUTU de Rwanda et Burundi .Ce qui fait apparaitre les Rwandais comme les ingrats, jaloux des richesses et du bonheur que les congolais attendaient pourtant partager avec eux. Quid alors ?

  • §5 Moralité

Aussi face à cette altitude repoussante des TUTSHI nilotiques du Rwanda, le peuple Congolais qui devra impérativement se mobiliser comme un seul homme, devra se tenir derrière ses militaires combattants pour bouter hors de notre territoire ces ingrats qui ne veulent pas et n'entendent guère se souvenir .en se rappelant tout le bien que le peuple congolais a fait aux TUTSHI du Rwanda de KAGAME. Pour le reste souhaitons que le gouvernement sollicite l'intervention de l'organisation des pays francophones de l'Afrique centrale en lieu et place de se fourvoyer avec les pays Anglophones d'extrême orient dirait-on!

Ainsi soit-il !! Et gloire immortelle au Maréchal MOBUTU

SEKESEK0 Père de l'authenticité. Philosophie qu'il a élaborée et lait appliquer à l'effet de permettre à chaque peuple du monde de vivre suivant les préceptes de ses ancêtres et ce dans la paix de cœur, la tranquillité d'esprit, la sérénité de l'âme, la quiétude des Consciences. Ce qui, au demeurant a fait dire au vénérable Président du Sénégal Sedar SENGHOR: «Que la négritude que prône le peuple Sénégalais est sur les genoux de l'authenticité que prône le peuple Zaïrois ». Qui dirait mieux ?

Fait à Kinshasa, le 24 juin 2022.

Pour la Direction Politique Nationale

Le Président National

N'SIMBAM'VUEDI Simon

Templar

Membre du Collège des Fondateurs

Président du Comité des Sages de la plate-forme électorale « LE ZAIRE »

(MPR/UDEMO)

 

Pin It

Statistiques

23839804
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
15855
22415
60969
23630895
330206
641978
23839804

Your IP: 94.177.217.72
2022-08-16 16:48

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg