Flash

BAN2

 

C’est autour du thème : ‘’les rapports entre le (s) Commissaire (s) aux comptes (CAC) et les dirigeants des entreprises dans l’environnement OHADA’’ que  les dirigeants politiques et mandataires publics, députés et sénateurs, administrateurs, directeurs des entreprises publiques et privées, membres des conseils d’administration, inspecteurs des impôts, experts comptables et avocats opérant dans la zone OHADA, prendront part active à une conférence qui se tiendra le 27 janvier 2022, de 10h00 à 13h00, à Fleuve Congo Hôtel, à Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo.

Organisé par l’entreprise «science for Development» que dirige Maitre Christian EFUBDA ETSHIKEYE, cette conférence vise à amener les participants à avoir une information claire, précise et pratique sur les rapports entre le commissaire aux comptes (CAC, en sigle), le directeur General (DG) et le Conseil d’administration (CA), connaitre parfaitement et s’imprégner des missions et rôles des commissaires dans la vie d’une entité.

Pour les décideurs politiques, elle vise à leur faire comprendre le rôle clé du commissaire aux comptes dans la gouvernance des entités publiques sous leur inspection, contrôle et surveiller dans le but d’améliorer leur gestion et performance.

Au menu, plusieurs points seront abordés, entre autres la théorie de l’asymétrie de l’information et la théorie de l’agence. Il sera également question des rôles  du conseil d’administration et les rôles du commissaire, la démarche du commissaire aux comptes, le rapport du commissaire  et la   valeur ajoutée du commissaire dans la vie d’une entité.

Toutes ces notions seront dispensées par le professeur Dr. William MBUYAMBA KALOMBAYI, secrétaire General du conseil Permanant de la comptabilité au Congo (CPCC), Expert-comptable, commissaire aux comptes, reviseur des entreprises, mais aussi professeur de comptabilité et finances des entreprises à l’université Catholique du Congo (UCC).

Frais d’inscription, mode de paiement et clôture des inscriptions : 300 USD, ceux-ci couvrent la restauration  et cocktail, ils sont payables en espèce contre reçu à notre bureau (03 avenue du marché, immeuble NZOIGBA, 1er étage, commune de la Gombe, Kinshasa-RDC référence Arrêt Vitnet Bld Lumumba, ou en dépôt ou virement dans le compte bancaire de l’entreprise 00017-11000-50489560001-81/USD Banque TMB Trust Merchant Bank, code swift TRMSCD3L.

Christian Musungayi

Félix Tshisekedi a reçu en audience ce samedi 22 janvier 2022, dans son cabinet de travail à la Cité de l’Union Africaine, une forte délégation d’étudiants congolais conduite par le Ministre de l’Enseignement Supérieur, Mohindo Nzangi et son collègue en charge des Transports, Chérubin Okende, quelques  jours seulement après la cérémonie officielle de mise en service des bus TransAcademia dédiés à la mobilité des étudiants.

Au sortir de l’audience, Sylvain Katombe, président de la délégation d’étudiants s’est livré à la presse en faisant savoir qu’ils ont dressé au Président de la République un bilan global sur la situation de la communauté estudiantine en général, et de quelques préoccupations qui rongent les étudiants, entre autres,  la situation générale des homes d’étudiants.

La délégation d’étudiants a profité, par la même occasion, en échangeant avec le Chef de l’Etat, pour le remercier d’avoir doté la communauté estudiantine du premier lot de 100 bus en vue de faciliter la mobilité des étudiants, en commençant par la capitale.

Peter Ngoyi

L’ancien diplomate américain et professeur d’université James D. Bindenagel est arrivé à Kinshasa vendredi dans l’après-midi pour faire avancer le processus de certification des minerais congolais. James D. Bindenagel est réputé à l’international pour son rôle durant les négociations pour la mise sur pied du processus de Kimberly de certification de diamants dont il a été l’un des négociateurs de haut niveau.

C’est un homme pétri d’expériences qui a atterri à l’aéroport international de N’djili. Le nouveau combat de l’Ambassadeur James Bindenagel est de contribuer à faire profiter le peuple congolais des revenus de ses ressources minières. Le processus de Kinshasa sur les minerais durables, basé sur le modèle du processus de Kimberly, permettra à la République Démocratique du Congo d’avoir un accès direct au marché de ventes des minerais propres à l’international et de pouvoir ainsi financer son développement.

Dans une interview accordée à la presse, l’ancien diplomate s’est dit impressionner à première vue par l’énergie que génère le peuple congolais.

Le Processus de Kinshasa ne prive pas les mineurs, les sociétés minières, du droit d’exploiter – de traiter – et de vendre les minerais mais tend à les certifier pour s’assurer que tout est propre. C’est la seule façon d’honorer les personnes qui sont propriétaires de ces ressources, et le cas ici de la République démocratique du Congo, a fait savoir James D. Bindenagel à la presse. Nous l’avons désigné par «processus de Kinshasa», mais il s’agit en principe d’une certification, d’un moyen de s’assurer que les valeurs marchandes des minerais qui sont extraites du Congo soient partagées avec le pays de provenance, a-t-il conclu.

Pendant son séjour de travail en RDC, l’Ambassadeur James D. Bindenagel va s’entretenir avec des membres du gouvernement, des acteurs de la société civile, et des chefs religieux avec lesquels il entend partager son expérience avec le processus de Kimberly et les amener à s’impliquer dans la mise sur pied du processus de Kinshasa sur les minerais.

Pour parvenir à assoir un système de certification qui soit réellement fonctionnel, l’un des éléments clés c’est d’avoir en place un gouvernement. Car, il revient à un gouvernement de définir ce qu’il faut faire de légitime avant l’exploitation et la commercialisation des minerais. Deuxièmement, l’industrie minière elle-même doit s’approprier le processus en tant que système qui l’aide à augmenter sa capacité à exploiter les mines légitimement. A ces deux éléments s’ajoute un troisième qui est déterminant : c’est savoir comment amener les mineurs, particulièrement les artisanaux, où on trouve des enfants et des femmes qui sont contraints de travailler pour gagner leur vie, les amener à réaliser, qu’il est préférable d’avoir un système de certification dans lequel ils vont tirer davantage profits de la vente légitime des minerais et que cela permettra d’améliorer leur quotidien, a renchéri James D. Bindenagel.

Le Processus de Kinshasa a été annoncé par Roland Schatz, le fondateur de l’Institut des Nations Unies pour les Indices de Développement Durable (UNGSII), en marge du DRC Africa Business Forum, tenu à Kinshasa du 24 au 25 novembre 2021.

Le Processus de Kinshasa s’appuie sur l’expérience du Processus de Kimberley, mis en œuvre avec succès par l’ambassadeur américain JD Bindenagel. ‘’Nous sommes reconnaissants au professeur Bindenagel d’avoir voulu essayer une fois de plus avec le professeur Taniguchi, deux fois lauréat du prix Nobel de la paix, de changer le paradoxe africain : être le continent le plus riche sans pouvoir utiliser sa richesse.

La philosophie du processus de Kinshasa est enracinée dans l’expérience nippo-émirienne il y a 50 ans, lorsque le pétrole a été découvert aux EAU et qu’aucun pays n’est venu aux EAU pour offrir un soutien commercial et financier concret, à l’exception du Japon, pleinement d’accord sur le fait qu’il s’agit d’un partenariat sur un pied d’égalité sur des principes. Cela a contribué à créer le miracle des Émirats arabes unis et du CCG.

Ce Processus se concentre sur les métaux rares tels que le Carbone, le Lithium, l’Or. Mais, afin de soutenir rapidement la RDC, l’Agence mondiale sous la direction du professeur Taniguchi et l’UNGSII sous la direction de Roland Schatz ont accepté d’inclure les crédits carbones ainsi que le méthane vert. Avec 450 millions de crédits carbone en RDC, cela peut changer la situation du pays presque en quelques semaines – juste compte tenu du fait que le prix le plus bas des crédits carbone aujourd’hui est de 20 $ par crédit carbone. 450 millions x 20 = 9 milliards de dollars chaque année. Le processus de Kinshasa pour le mining durable promeut le développement durable et responsable du secteur minier. Il va consister en un cadre législatif et pratique permettant d’assurer la transparence, la traçabilité et l’éthique dans l’extraction et la commercialisation des minerais de la RDC.

Jules Ntambwe

 Jean-Michel Sama Lukonde, Premier Ministre et Chef du Gouvernement, a signé, ce samedi 22 janvier 2022, au Musée National, dans le registre des condoléances après avoir déposé une gerbe de fleurs et s’être incliné devant la dépouille mortelle de l’artiste musicien Fanfan Lulendo Matumona dit Général Defao.

Icône de la musique congolaise, Defao a eu droit à un dernier hommage national bien mérité. Des officiels, sa famille biologique, sa communauté d’origine, toute la sphère musicale congolaise et africaine, ainsi que d’anonymes mélomanes se sont recueillis à cette cérémonie funèbre.

Né à Léopoldville, le 31 décembre 1958, Defao est mort le 27 décembre 2021 à l’hôpital Laquintinie de Douala au Cameroun.

Et, après les derniers hommages qui lui ont été rendus, l’artiste a été inhumé ce 22 janvier 2022 dans la périphérie de Kinshasa.

L’homme est mort et enterré. Mais ses œuvres continueront à faire parler de lui, comme d’aucuns le diraient : «l’artiste ne meurt jamais, car il survit par ses œuvres».

Peter Ngoyi

A l’occasion de la cérémonie d’échange de vœux, organisée le samedi 22 janvier 2022, dans la salle des conférences internationales, le Vice-Premier ministre des affaires étrangères, Christophe Lutundula, a fait le point de son bilan à la tête de ce ministère depuis sa nomination. Devant les cadres et agents de l’administration des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, le Chef de la diplomatie congolais a aussi révélé les perspectives et les défis à relever dans son secteur.

Devant la foule, le VPM Lutundula a fait savoir ses nombreuses actions concrètes faites dans 8 mois, lesquelles contribuent au redressement de la situation diplomatique congolaise. Parmi tant d’autres il a cité : la mise en place de la commission mixte interministérielle qui s’est penchée sur la situation des arriérés des missions diplomatiques à l’étranger; la dotation à chaque Ambassade de deux jeeps Limousine et d’un minibus; l’accompagnement du Chef de l’Etat durant son mandat à la tête de l’Union Africaine ; la signature des accords de coopération avec plusieurs pays partenaires; la dépolitisation du dossier des passeports ; l’octroi des passeports aux requérants qui avaient payé depuis des années ou encore la tenue dans quelques jours, de la 12è conférence diplomatique...

Toujours égal à lui-même, Christophe Lutundula a rafraichi la mémoire de ses congénères,  cadres et agents de l’administration des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, leur rappelant le premier message qu’il leur a adressé pour la réussite de son ministère. Celui de l’implication personnelle de tous, tout le personnel des Affaires étrangères à tous les niveaux pour un rayonnement dans tous les services.

Joscar Kabongo Ngoy, Secrétaire Général aux Affaires étrangères a profité de cette occasion pour exprimer sa joie pour le privilège que lui ainsi que tout le personnel de ce ministère d’être sous la houlette de Lutundula. Pour lui, avant l’arrivée de Christoph Lutundula à la tête de ce ministère, les agents et cadres travaillaient avec beaucoup de frustrations suite à la prédation des attributions du ministère des affaires étrangères par les ministères sectoriels.

Au VPM Lutundula, Joscar Kabongo Ngoy a reconnu les efforts et le dynamisme qu’il  regorge. Bref, les mérites de cet homme dans cette institution, qui a complètement changé la donne.

«Vous avez mis en place une commission mixte interministérielle pour résoudre tous les problème d’arriérés des missions diplomatiques à l’étranger. Vous avez également récupéré à l’avantage des agents, des bonus sur les passeports. Une prime qui avait été supprimée. Vous avez ciblé par prime permanente, des agents et cadres du ministère, qui donnera au huissier le montant de 1 millions de francs congolais…Vous avez mis en place une autre commission chargée de préparer un arrêté portant intégration dans le corps des diplomates des cadres qui remplissent les critères…Enfin, vous avez été l’artisan de l’élévation en dignité des ambassadeurs de la RDC (..) les agents et cadres  du ministère des Affaires étrangères vous témoignent leur profonde gratitude et continuent à vous faire confiance pour relever les défis qui gangrènent la diplomatie congolaise», a-t-il reconnu avant de fustiger le phénomène de «diverses correspondances» qui, à l’en croire, est une sorte de confusion, d’incommodité, d’interférence et de violation grave des conventions qui régissent le fonctionnement de la diplomatie.

Jules Ntambwe

 

Il s’est tenu, lundi 17 janvier 2022, à la fédération Lukunga dans la commune de Ngaliema,au quartier Joli Parc, un grand événement de présentation des nouveaux cadres de l’Alliance des Forces Démocratiques du Congo (AFDC-A),formation politique chère au professeur Modeste bahati Lukwebo. Dans son mot, la présidente fédérale a martelé sur la vulgarisation de la vision et l’idéologie du Géniteur du parti, le Speaker Modeste Bahati. Pour elle, aucune parcelle dans la commune de Ngaliema comme partout ailleurs n’est censée rester sans insigne du regroupement AFDC-A. C’est ainsi qu’elle a, dans la foulée, appelé tous les cadres à faire respecter ce mot d’ordre : « aucune parcelle sans AFDC-A ».

Elle a ensuite présenté aux membres et sympathisants du parti certaines réalisations accomplies par le chef de l’Etat, son excellence Felix Antoine Tshisekedi, par le biais de son Gouvernement des warriors. Notons que, le représentant du secrétaire général, lui aussi à travers son allocution, a surtout insisté sur le recrutement massif des membres, lequel doit s’effectuer sur chaque rue. « Donner aux nouveaux membres des connaissances idéologiques pour éviter des membres naviguant d’un parti à un autre », a-t-il conseillé.

Par la même occasion, du côté des coordonnateurs politiques de Joli Parc, Monsieur Eloge Tuta, coordonnateur politique Joli Parc 1, a salué la présence des autorités du parti et a dévoilé le plan d’action que le comité de Joli Parc va mettre sur pied pour drainer une importante masse au parti.

« Au moment où notre comité exécutif communal a pour boussole les échéances électorales prochaines, l’accroissement des membres effectifs demeure notre cheval de bataille. C’est dans cette optique que les comités exécutifs de quartiers sont appelés à assurer un recrutement massif des membres ». a-t-il conclu.

Eloge Tuta     

La pratique de l’agriculture n’est pas simple dans la région africaine du Sahel. Ce secteur pâtit de la dégradation des terres et de l’irrégularité des précipitations et est souvent soumis à de longues périodes de sécheresse. Pour cette raison, la terre est souvent très compliquée à travailler, si bien qu’il est difficile pour les agriculteurs de planter et de faire prospérer leurs cultures. Toutefois, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO)  fait valoir qu’une nouvelle technologie permet aux agriculteurs d’alléger leur fardeau et contribue à la remise en état des terres, pour les générations futures. 
Lorsque Moctar Sacande, Coordonnateur du programme de la FAO « Action contre la désertification », parle de la remise en état des terres en Afrique, son enthousiasme est évident.  
« La restauration des terres dégradées pour en faire des terres productives et en bonne santé est une chance immense pour l’Afrique. Les bienfaits sociaux et économiques pour les communautés agricoles rurales sont énormes », affirme-t-il, ajoutant que c’est « un rempart contre le changement climatique qui met la technologie au service des connaissances traditionnelles ». 
La charrue Delfino 
Heureusement, il existe une technologie qui peut aider les agriculteurs confrontés à des conditions de culture difficiles et qui contribue à la remise en état des terres agricoles : la charrue Delfino.  
La FAO a apporté au Sahel cet imposant instrument de labour de pointe dans le cadre de son programme « Action contre la désertification » et l’utilise pour retourner des sols endommagés et extrêmement secs sur plus de 50 cm de profondeur. Quatre charrues Delfino ont été introduites dans quatre pays – Burkina Faso, Niger, Nigéria et Sénégal – dans le cadre de l’initiative de la FAO sur la Grande muraille verte.  
La charrue Delfino creuse de larges sillons en forme de demi-lune dans lesquels on peut immédiatement semer et planter. Elle permet ainsi de collecter dix fois plus d’eau de pluie et de rendre le sol plus perméable qu’avec la méthode traditionnelle, et éreintante, qui consiste à creuser à la main. 
Au Sahel, la demi-lune est une méthode de plantation traditionnelle qui consiste à tracer des contours pour empêcher l’eau de s’écouler et ainsi améliorer l’infiltration de l’eau et garder le sol humide plus longtemps. On crée alors des conditions microclimatiques favorables au développement des semences et des jeunes plants. 
La charrue Delfino est d’une efficacité redoutable. Une centaine d’agriculteurs qui creusent à la main des fossés d’irrigation traditionnels en demi-lune peuvent couvrir un hectare par jour, mais lorsque la charrue Delfino est accrochée à un tracteur, elle peut labourer 15 à 20 hectares en une journée.  
Une fois la zone labourée, on sème directement des espèces autochtones ligneuses ou herbacées et on met en terre de jeunes plants inoculés. Ces espèces sont très résilientes et poussent très bien sur les terres dégradées. Elles offrent un couvert végétal et améliorent la productivité de terres auparavant dénudées. 
L’importance de la remise en état des terres 
En ramenant à la vie les terres dégradées, les agriculteurs n’ont pas besoin de défricher des terres forestières pour les transformer en terres agricoles et satisfaire ainsi la demande alimentaire de plus en plus importante d’une population africaine croissante.  
Au Burkina Faso, par exemple, un tiers des paysages sont dégradés. Il n’est donc plus possible d’utiliser les plus de 9 millions d’hectares de terres consacrées autrefois à l’agriculture. On prévoit que cette dégradation va se poursuivre au rythme de 360.000 hectares par an. Si l’on n’inverse pas cette tendance, on court le risque que des forêts soient défrichées pour faire place à des terres agricoles productives.  
L’Afrique perd actuellement 4 millions d’hectares de forêts chaque année pour cette raison, mais elle dispose de plus de 700 millions d’hectares de terres dégradées qui pourraient être remises en état. 
Au Burkina Faso et au Niger, les objectifs de remise en état immédiate, chiffrés en hectares, ont déjà été atteints et revus à la hausse grâce à la charrue Delfino. Au Nigéria et au Sénégal, elle permet d’intensifier la remise en état des terres dégradées.  
«La participation des populations locales est essentielle », affirme Moctar. « Toute la communauté est impliquée et a bénéficié de cultures fourragères, notamment de foin, qui a poussé à hauteur de genou en deux ans seulement. Elle peut nourrir son bétail, vendre les excédents et se mettre à cueillir des produits non ligneux, notamment des fruits comestibles, des huiles naturelles pour fabriquer du savon, du miel sauvage et des plantes pour la médecine traditionnelle », explique-t-il.

Ils séjournent depuis plusieurs jours maintenant à Kinshasa. Il s’agit de frappeurs angolais venus en masse pour extorquer et rançonner les paisibles citoyens dans la capitale RD. Congolaise. L’Honorable Alphonse Ngoyi Kasanji, qui dénonce la présence de ce réseau mafieux, dit avoir été tenté la semaine dernière. C’est ainsi qu’il appelle toute la population à la vigilance face à ce danger aux conséquences fâcheuses. Dans un tweet publié le week-end dernier, cet expert congolais en matière de diamant précise que ces frappeurs angolais opèrent en complicité avec des testeurs truqués dont l’origine n’est pas connue à ce jour. « Un groupe de frappeurs angolais est à Kinshasa avec les colis contenant des faux diamants. Il a tenté d’escroquer en vain le plus grand expert en diamant en RDC, Ngokas. Faites très attention, ils ont des faux testeurs truqués », alerte-t-il. Il est plus que temps que chacun prenne des dispositions qui s’imposent. A bon entendeur…

Gloire Mfemfere

C’est un géant pas pour la Commission électorale nationale indépendante (CENI) en ce début d’année 2021. L'atelier de validation du plan stratégique organisé du 18 au 20 janvier 2021 en partenariat avec la Fondation internationale pour les systèmes électoraux (Ifes) aura permis au Bureau que dirige Denis Kadima de jeter les bases solides pour la tenue des joutes électorales à venir. A N’sele où ils se sont retirés, les participants ont planché sur l'élaboration d'un cadre qui devrait déterminer les actions futures programmées pour des objectifs bien précis.

En effet, après avoir exhorté toutes les forces vives de la centrale électorale à mettre en pratique le plan stratégique validé à la fin des travaux, le Président Denis Kadima Kazadi en a donné les orientations pour une approche qualitative.« La balle est désormais dans notre camp, faisons de notre plan stratégique une réalité. Il inspire tout ce que nous faisons, tout le travail auquel nous nous attelons : les plans opérationnels, la feuille de route. Nous devrons avoir toujours à l'esprit tout ce que nous nous sommes dit par rapport à notre vision, notre mission, les différents axes stratégiques que nous avons choisis. C'est en somme un cadre macro qui va nous permettre d'aller dans le sens de notre marche », a préconisé le numéro un de la Ceni.

D’emblée, la centrale électorale s'est dotée d'une vision commune avec la résilience comme leitmotiv. Cette activité intervient près de deux mois après le séminaire d’imprégnation.

Merdi Bosengele

Après un constat amer fait sur l’insuffisance des Magistrats à couvrir les Offices de parquet et Juridictions à travers le pays, et à résorber le besoin du peuple dans la quête de la justice, Félix Tshisekedi  ordonne l’entame des concertations pour remédier à cette disette. Au cours de la dernière réunion du conseil des ministres qu’il a animée le vendre 21 janvier 2022 à la cité de l’Union Africaine, le Chef de l’Etat est revenu sur cette situation et a demandé au   Président du Conseil Supérieur de la Magistrature en collaboration avec le  Gouvernement de mettre en place urgemment un cadre de concertation pour aboutir au recrutement.

Ce constat  sur la disette des Magistrats à couvrir les Offices de parquet et Juridictions à travers le pays est fait par le Chef de l’Etat lui-même, après plusieurs visites d’itinérance effectuées à l’intérieur du pays.  Cette situation est non seulement offusque pour  l’instauration de l’Etat de droit, mais aussi une des raisons de la faible administration de la justice en République Démocratique du Congo, et affecte directement le fonctionnement de la Cour Constitutionnelle, au regard de l’accroissement exponentiel des demandes qui lui sont soumises particulièrement lors des contentieux électoraux.

Préoccupé par cette situation et déterminé à trouver solution d’urgence, le Président de la République a ordonné éminemment l’entame de la mise en place d’un cadre de concertation afin de définir les canaux susceptibles de rendre effectif le recrutement des Magistrats civils et militaires ainsi que des Conseillers Référendaires à la Cour constitutionnelle. Ces opérations s’effectueront par le  Conseil Supérieur de la Magistrature conjointement avec le Gouvernement national.

Fidel Songo

Après la dernière réunion tenue avec le comité de pilotage stratégique du projet de développement à la base de 145 territoires, le mercredi 19 janvier 2022, à l’hôtel du Gouvernement, le Premier ministre Sama Lukonde a reçu en audience, vendredi 21 janvier 2022, dans son cabinet de travail à la primature, l’ambassadeur chinois en poste en République Démocratique du Congo, Zhu Jing. Les deux personnalités ont échangé sur l’accompagnement de la Chine sur la mise en œuvre dudit projet. Elles sont également élargi leurs discussions sur les recommandations de la 8èmeconférence ministérielle du forum de coopération sino-congolaise organisée en décembre 2021. C’est au sortir de l’audience lui accordée par le Premier ministre congolais que le diplomate Chinois a confirmé la disponibilité de son pays à accompagner le gouvernement des warriors dans la réalisation de ce grand projet de développement de 145 territoires sur l’ensemble du territoire national.

Il sied de rappeler que le programme de développement à la base des 145 territoires est l’initiative propre au Président de la République Démocratique du Congo Félix Antoine Tshisekedi, dans sa vision d’emmener le pays à l’émergence et dans une phase décisive de son développement.

Fidel Songo

Le 19 janvier a eu lieu au siège du Comité central du Parti la 6ème  session du Bureau politique du 8ème  CC du Parti du travail de Corée pour délibérer des affaires immédiates du Parti et de l’Etat et des questions politiques importantes.

Y ont pris part le respecté camarade Kim Jong Un, Secrétaire général du PTC, ainsi que les membres du Présidium du BP et les membres et membres suppléants du BP du CC du PTC.

Kim Jong Un a présidé la réunion.

La session a d’abord discuté de la célébration solennelle du 110ème  anniversaire de la naissance du Président Kim Il Sung et du 80ème  anniversaire de la naissance du Dirigeant Kim Jong Il.

Pour notre Parti et notre peuple en lutte pour la poursuite et l’achèvement de l’œuvre révolutionnaire de Kim Il Sung et de Kim Jong Il sous la bannière du grand kimilsunisme-kimjongilisme, il n’y a pas de fête plus significative que la fête du Soleil et celle de l’Etoile, alors que l’existence même de notre Parti et de notre Etat, dignes de respect, est impensable sans les hauts faits inoubliables de ces grands Leaders, ayant marqué le trajet glorieux de la révolution coréenne.

La réunion a insisté pour faire en sorte que lesdites fêtes de cette année historique soient une occasion politique importante pour raffermir au maximum la volonté de notre peuple de poursuivre jusqu’à son achèvement, sous la direction du Parti, l’œuvre révolutionnaire Juche entreprise par   Kim Il Sung et dirigée par lui et Kim Jong Il, et pour manifester au monde entier la grande ardeur et l’esprit révolutionnaire de l’ensemble des membres du Parti et du peuple déterminés à honorer les années 110 du Juche comme celles de la victoire engendrant un développement généralisé du socialisme à la coréenne.

Le BP du CC du Parti a précisé les tâches qui incombent aux organismes du Parti et de l’Etat pour célébrer solennellement les anniversaires susmentionnés comme un grand festival de la victoire et de la gloire qui brillera à jamais dans l’histoire de la patrie.

La résolution du BP du CC du PTC « Pour célébrer solennellement le 110anniversaire de la naissance du grand Président Kim Il Sung et le 80anniversaire de la naissance du grand Dirigeant Kim Jong Il » a été adoptée.

Puis, on a écouté un rapport analysant la situation actuelle aux environs de la péninsule coréenne et une série de problèmes internationaux, et discuté sur l’orientation à suivre désormais pour faire face aux Etats-Unis.

La réunion a informé que ces derniers temps, les Etats-Unis manoeuvrent de façon inconsidérée en mettant en cause injustement notre Etat qui exerce justement sa souveraineté.

Rien que ces dernières années depuis la fin du sommet RPDC-USA, les Etats-Unis ont effectué à des centaines de reprises les exercices militaires conjoints dont ils avaient promis eux-mêmes officiellement la cessation, et fait des essais de diverses sortes d’armes stratégiques.

D’autre part, ils ont introduit des moyens d’attaque militaire de pointe dans la Corée du Sud et des armes stratégiques nucléaires dans les environs de la péninsule coréenne, menaçant ainsi gravement la sécurité de notre Etat.

De même, calomniant et insultant odieusement celui-ci, ils ont pris témérairement, plus de 20 fois, des mesures de sanctions séparées contre lui. Surtout, l’actuelle administration américaine s’évertue obstinément pour supprimer notre droit d’autodéfense.

Tout cela montre nettement une fois de plus que la politique d’hostilité à l’égard de notre République se poursuivra à l’avenir aussi, tant que subsistera l’impérialisme américain qui est hostile envers notre pays.

Le BP du CC du Parti a estimé que malgré les efforts sincères que nous avions soutenus pour maintenir la grande phase d’atténuation de la situation de la péninsule coréenne après le sommet RPDC-USA de Singapour, la politique d’hostilité et la menace militaire des Etats-Unis ont atteint la limite du danger que nous ne pouvons plus tolérer ; reconnaissant qu’il faut nous préparer le mieux à une confrontation de longue durée avec l’impérialisme américain, il a conclu que nous devons passer à des actions effectives visant à renforcer avec plus de sûreté et plus d’assurance notre force physique pour sauvegarder la dignité, la souveraineté et les intérêts de notre Etat.

La réunion a présenté encore une fois les tâches fixées par la politique de défense nationale pour renforcer et développer sans tarder des moyens physiques plus puissants, susceptibles de juguler sûrement les actes d’hostilité des Etats-Unis qui gagnent en frénésie au fil des jours, et proposé au secteur concerné de reconsidérer sur tous les plans les mesures que nous avions prises préalablement et avec initiative pour l’instauration de la confiance et d’examiner au plus tôt la question relative à la reprise de toutes les activités que nous avions cessées temporairement.

La décision concernée adoptée dans la réunion constitue une mesure opportune et juste pour garantir avec sûreté l’existence et la souveraineté de notre Etat dans la situation actuelle, conformément aux exigences urgentes du développement de la révolution.

La 6ème  session du BP du 8ème  CC du PTC a démontré pleinement la volonté révolutionnaire et irréductible du PTC de bâtir à tout prix sur ce sol un Etat puissant, indépendant et digne de respect, en honorant pour toujours Kim Il Sung et Kim Jong Il  comme éternel Soleil du Juche et figures augustes de la Corée socialiste.

‘’Evaluer, discuter et projeter des actions à mener pour le bien-être des populations de la République Démocratique du Congo et du Salvador, en Amérique centrale, à travers des projets culturels et de développement’’. Tel était l’objet de la présence de Noella Sambwa au Cabinet du Président de la Chambre basse du Parlement, Christophe Mboso. L’ambassadrice de bonnes œuvres de la province du Lualaba s’était rendue auprès du Speaker de l’Assemblée nationale pour solliciter également l’implication du Parlement congolais à ce processus de renforcement des relations entre la RDC et le Salvador, lequel va beaucoup plus être bénéfique aux congolais disséminés à travers toutes les 26 provinces. Partant de ses expériences antérieures à Panchimalco où elle a mené une mission de jumelage entre cette ville salvadorienne et la ville de Kolwezi, en RDC, NoellaSambwa a indiqué au sortir de l’audience lui accordée qu’elle n’a pas manqué d’expliciter, à l’attention de son hôte, des opportunités dont pourrait tirer profit la République Démocratique du Congo si jamais les alliances parvenaient à être scellées dans les jours à venir. « Il s’agit de projets de promotion culturelle qui vont apporter le développement  communautaire. Cela s’est déjà fait dans le passé, aujourd’hui il a été question d’évaluer,  discuter et voir ce qui peut se faire à présent pour le bienêtre et le développement de nos populations », a-t-elle révélé aux services de communication de l’Assemblée nationale.

Dossier à suivre…

Gloire Mfemfere

 Après 60 ans de coopération bilatérale entre le Canada et la République Démocratique du Congo, les deux pays veulent d’avantage intensifier la diplomatie parlementaire. Jeudi 20 janvier dernier, Benoit Pierre Laramee, ambassadeur du Canada en RDC, a eu de fructueux échanges avec Modeste Bahati Lukwebo, Président du Sénat, dans son cabinet de travail – au Palais du Peuple, siège du Parlement congolais.

Les échanges entre les deux personnalités ont tourné autour de la diplomatie parlementaire avec un accent particulier sur la coopération économique en passant par l’amélioration du climat des affaires en RDC.

Le Canada se dit même prêt à accompagner le Gouvernement congolais, notamment dans le domaine de la lutte contre le réchauffement climatique et dans le partage d’expériences dans le secteur de l’enseignement supérieur et universitaire.

De ce rendez-vous, il n’en a pas fuité plus. Mais une telle rencontre ne peut que présager un plus dans le partage des valeurs entre les deux pays.

L’avenir nous en dira certainement plus !

Peter Ngoyi

 

Ceci est la deuxième étape de la mission officielle d’Eve Bazaiba, Vice-Premier Ministre- Ministre de l’Environnement et Développement durable, entamée dans la province de la Tshopo. Elle s’est rendue le jeudi 20 janvier dernier dans la soirée avec une forte délégation, dont les experts du Ministère de l’Environnement et ceux de l’Agence Congolaise de l’Environnement (ACE), à Banalia.

Il s’agit d’une mission de contrôle des cas relevés des eaux polluées, en amont de la rivière Arwumi, à cause des activités des exploitants miniers véreux.

Eve Bazaiba promet être sans merci face à ces exploitants miniers : «le Président de la République et le Gouvernement ont entendu vos doléances. Je suis venue avec des experts qui procéderont au prélèvement des échantillons en vue de déterminer le degré de la pollution des eaux, et nous en tirerons toutes les conclusions nécessaires. Nous avons le devoir de protéger la population, et surtout face à des usurpateurs», a-t-elle déclaré devant la population réunie devant le bâtiment territorial.

Après la réunion du comité de sécurité, la délégation des experts est descendue avec les pirogues motorisées en vue du début de prélèvement des échantillons qui seront analysés dans des laboratoires appropriés.

La même mission sera conduite en aval de la rivière Arwumi, particulièrement à Basoko où il est fait état d’exploitation minière illicite de la part d’exploitants miniers étrangers avec des conséquences sur l’environnement.

Une véritable chasse aux sorcières est engagée, en vue d’améliorer les conditions de vie de la population, en leur offrant un environnement de vie naturel assaini.

Peter Ngoyi

Dans le souci de rendre plus significatif le concept ‘’nouveau narratif’’, le Ministre de la Communication et médias, Patrick Muyaya, s’active à mettre sur pied une panoplie d’innovations dans son secteur. Contrairement à l’année 2021 où plusieurs membres du Gouvernement ont défilé devant la presse lors de briefings, redevabiité oblige, le Ministre Muyaya promet en cette nouvelle année 2022 de privilégier une communication de proximité et une visibilité des actions et réalisations des Ministères sur terrain. Pour le cas de la RTNC, l’homme du changement de narratif a annoncé pour bientôt la mise en place d’une nouvelle Grille des Programmes qui va coïncider avec l’implémentation du nouveau logo et l’arrivée de nouveaux matériels modernes pour l’amélioration de la qualité du signal de la télévision nationale.Toutes ces nouvelles stratégies visant l’amélioration du secteur de la Communication et médias, le Porte-parole du Gouvernement les a dévoilées au cours de la trente-septième réunion du Conseil des Ministres présidée par le Chef de l’Etat le vendredi dernier, par visioconférence. Profitant de l’occasion, Patrick Muyaya a confirmé la tenue des états généraux de la Communication et médias du 25 au 28 janvier de l’année en cours à Kinshasa. «Le Ministre de la Communication et Médias a insisté sur la nécessité pour les membres du Gouvernement de travailler en synergie et dans la cohésion pour s’assurer une communication gouvernementale structurée, intégrée et efficace. Il a annoncé la tenue du 25 au 28 janvier prochain des états généraux de la communication et des médias qui visent la refondation de l’écosystème du secteur de la presse et de la communication. Le Conseil des Ministres a pris acte de cette note d’information », précise le compte rendu du Conseil publié le week-end.

COMPTE RENDU DE LA TRENTE-SEPTIEME REUNION

DU CONSEIL DES MINISTRES

Vendredi 21 janvier 2022

Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, Félix-

Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, a présidé la trente-septième réunion du

Conseil des Ministres du Gouvernement de la République, ce vendredi 21 janvier 2022 par visioconférence.

Trois points étaient inscrits à l’ordre du jour, à savoir :

  1. Communication de son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat ;
  2. Points d’informations ;

III. Approbation d’un relevé des décisions du Conseil des Ministres.

  1. COMMUNICATION DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Avant d’entamer sa communication, le Président de la République a commencé par rendre hommage à Monsieur Benoît Lwamba Bindu, Premier Président Émérite de la Cour Suprême de Justice et Président Honoraire de la Cour Constitutionnelle et du Conseil Supérieur de la Magistrature, décédé à Bruxelles le 17 janvier dernier, et à Monsieur Joseph Mushagalusa Ntayondeza’ndi, Procureur Général, décédé le 14 janvier 2022.

Il a présenté ses condoléances et celles de la Nation à leurs familles respectives.

Le Premier Ministre a été chargé de travailler avec le Président du Conseil

Supérieur de la Magistrature pour leur réserver des obsèques dignes de leur rang. La communication du Président de la République, Chef de l’Etat a porté essentiellement sur trois (3) points, à savoir :

I.1. De la nécessité du recrutement des magistrats civils et militaires et des conseillers référendaires

L’insuffisance des Magistrats à couvrir les Offices de parquet et Juridictions à travers le pays et à résorber le besoin du peuple dans la quête de la justice, est l’une des raisons de la faible administration de la justice et de l’instauration de l’Etat de droit. Le Président de la République a fait ce constat au cours de ses différentes visites d’itinérance. Cette situation affecte le fonctionnement de la Cour Constitutionnelle, au regard de l’accroissement exponentiel des demandes qui lui sont soumises particulièrement lors des contentieux électoraux. Pour pallier à ce manque, et dans la suite de ce qu’il a annoncé dans son dernier discours sur l’état de la Nation devant les deux Chambres du Parlement réunies en Congrès, le Président de la République, en sa qualité de Garant du bon fonctionnement régulier des Institutions, a chargé le Président du Conseil Supérieur de la Magistrature de mettre en place urgemment, avec la collaboration du Gouvernement, un cadre de concertation afin de définir les canaux susceptibles de rendre effectif le recrutement des Magistrats civils et militaires ainsi que des Conseillers Référendaires à la Cour constitutionnelle.

I.2. De l’accélération de la mise en œuvre des initiatives de valorisation des ressources minières stratégiques

Face à la demande mondiale pour nos ressources naturelles au cœur des enjeux de la transition écologique, la République Démocratique du Congo doit développer un modèle de rémunération plus équitable et négocier des compensations proportionnelles à ce qu’elle offre. Pour le Président de la République, cela appelle à une redéfinition de la chaîned’approvisionnement en produits miniers à caractère stratégique, notamment leLithium, le Cobalt, le Niobium et le Coltan auxquelles il sied de rajouter le Cuivre,du fait de leur demande mondiale au regard de leurs applications industrielles.

A cet effet, il a instruit, sous la coordination du Premier Ministre, la Ministre des Mines, et toutes les structures du Gouvernement impliquées, de présenter dans la quinzaine, un Plan d’action opérationnel permettant l’accélération des initiatives de valorisation de nos ressources minières stratégiques, et le développement des chaînes de transformation locale.

Il a demandé à ce que les projets suivants bénéficient d’une attention soutenue, urgente et conséquente. Il s’agit notamment :

- Du développement de la filière lithium dans la province du Tanganyika dans la suite des résolutions prises lors du dernier DRC-Africa Business 2021 ayant eu pour objet : « le développement d’une chaîne de valeur régionale autour del’industrie des batteries électriques, du marché́ des véhicules électriques et des énergiespropres » ;

- Du renforcement de la filière cupro-cobaltifère industrielle, d’une part, et l’assainissement et le développement de la filière cupro-cobaltifère artisanale, d’autre part dans le Lualaba et le Haut Katanga. Le Chef de l’Etat a insisté pour que la Ministre des Mines encadre de manière particulière les actions du Gouvernement Provincial du Lualaba. C’est le cas du projet du Centre de négoce de Musompo qui doit être opérationnel dans les meilleurs délais en vue d’assurer la traçabilité et de garantir les conditions socio environnementales de la production artisanale, gage d’un accès direct vers les marchés d’approvisionnement des grandes entreprises mondiales de différents secteurs notamment de l’automobile, de l’électronique et de l’énergie

I.3. Du Programme de Développement des 145 territoires : particularité́ de réalisation dans les zones de conflits

Le Président de la République a rappelé l’importance que le Programme de

Développement à la base de nos 145 territoires accorde au volet agriculture.

Au regard de la persistance de l’insécurité dans les provinces de l’Est où les cultivateurs sont empêchés de se rendre aux champs et sont souvent victimes d’attaques durant la période de récoltes dans un environnement où les infrastructures routières sont presqu’inexistantes, le Gouvernement a été encouragé à mettre un accent particulier sur la sécurité comme gage de la mise en œuvre du Programme des 145 territoires. Il y a donc lieu :

- D’évaluer la possibilité de création des couloirs humanitaires, de concert avec la MONUSCO, et de privilégier un Plan à court et moyen terme, sur la réhabilitation et/ou construction d’axes routiers prioritaires afin de permettre l’évacuation des produits des champs ;

- D’intensifier les opérations militaires pour traquer et éradiquer la présence des forces négatives, tout en veillant scrupuleusement à couper leur chaîne d’approvisionnement, notamment, celles prenant source dans les sites miniers ;

- D’accélérer la mise en œuvre du programme P-DDRCS ;

- D’encourager les populations locales, mais aussi la population congolaise tout entière, à dénoncer les forces négatives dont l’activisme entrave au développement de ces espaces et risque de perturber la réalisation du programme des 145 territoires.

Par conséquent, le Chef de l’Etat a chargé le Premier Ministre, le Vice-Premier

Ministre, Ministre de l’Intérieur, Sécurité et Décentralisation ainsi que ses services spécialisés, les Ministres de la Défense Nationale et celui des Finances de travailler en étroite collaboration afin de converger les efforts pour la réalisation de toutes les mesures sécuritaires préalables, afin que nos compatriotes habitant les territoires perturbés par lesdits conflits bénéficient de la mise en œuvre de ce Programme.

Prenant la parole dans la suite de la communication du Président de la République, le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, a tenu à féliciter le Chef de l’Etat pour sa prise de fonctions, mardi 18 janvier dernier, à Brazzaville, à la tête de la Communauté Économiques des États de l’Afrique Centrale (CEEAC). Il a aussi fait le point de la réunion du Comité stratégique de pilotage du Programme de Développement à la base des 145 territoires, à la suite des réunions du Comité du pilotage stratégique présidées, la semaine dernière, par le Chef de l’Etat. Il en a été de même pour le Comité de pilotage des Jeux de la Francophonie pour s’assurer de l’évolution harmonieuse des préparatifs.

  1. POINTS D’INFORMATION

II.1. État et administration du territoire

Le Vice-Premier Ministre, Ministre de l’Intérieur, Sécurité, Décentralisation et

Affaires Coutumières, a fait le point sur l’état du territoire national qui demeure généralement calme en dépit des cas d'insécurité enregistrés dans la partie Est, où se poursuivent les opérations militaires, dans le cadre de l'état de siège. L’état d’esprit de la population a été marqué notamment par :

  1. La participation du Chef de l’Etat à la 20ème Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement des pays de la CEEAC à Brazzaville le 19 janvier 2022, au cours de laquelle notre pays a pris la Présidence tournante de cette organisation régionale ; 2. Des commentaires et réactions globalement favorables, à la suite de la remise, le 18 janvier 2022, par le Chef de l’Etat, des bus de transport en faveur des Étudiants des Établissements de l’Enseignement Supérieur et Universitaire de Kinshasa ;
  2. Des journées commémoratives, les 16 et 17 janvier 2022, en l’honneur de feu Laurent-Désiré Kabila (Président de la République honoraire) et du Héros National Patrice-Emery Lumumba (Premier Ministre honoraire).

Quelques faits ont également été épinglés :

  1. La recrudescence du banditisme urbain dans certaines villes telles que Lubumbashi, Kananga et Bukavu où des cas isolés ont été déplorés et les services habilités sont en opération pour mettre fin à l’aventure des bandits ;
  2. Le rapatriement de 101 ressortissants rwandais, à partir de la localité de Boza, fuyant la campagne de vaccination contre la Covid-19 organisée dans leur pays.

Mettant en œuvre les directives du Président de la République visant à fluidifier la circulation routière à Kinshasa, le Vice-Premier Ministre, Ministre de l’Intérieur, Sécurité, Décentralisation et Affaires Coutumières, a fait part au

Conseil des instructions qu’il a transmises au service et à l’autorité concernée.

A ce sujet, le Commissaire Général de la Police Nationale Congolaise a été instruit de prendre toutes les dispositions nécessaires pour faire respecter rigoureusement le Code de bonne conduite aux policiers en vue de faire appliquer strictement le Code de la route. De son côté, le Gouverneur de la Ville Province de Kinshasa a été chargé de procéder, sans désemparer, au dégagement de toutes les voies sur l’étendue de la

ville, notamment des véhicules abandonnés, des garages de fortune, des marchés pirates et autres ateliers. Des dispositions à prendre à cet effet devraient l’être en concertation avec la Police Nationale Congolaise afin que l’exécution soit cohérente et sans faille.

Il a conclu son propos en annonçant la tenue, dès la semaine prochaine, des réunions stratégiques hebdomadaires auxquelles seront conviés les experts de la Coordination pour le Changement de Mentalité (CCM), la Commission Nationale de la Prévention Routière (CNPR) et d’autres services concernés par la question.

II.2. Situation sécuritaire

Le Ministre de la Défense Nationale et Anciens Combattants a fait le point au

Conseil de la situation sécuritaire qui demeure globalement sous contrôle des

Forces de défense et de sécurité.

Il a indiqué que les opérations conjointes des Forces Armées de la République

Démocratique du Congo (FARDC) et des Forces de Défense du Peuple Ougandais (UPDF) se poursuivent normalement. La réunion de coordination de ces opérations entre les deux armées a réitéré la principale mission de l’éradication des hors-la-loi et la sécurisation des travaux de construction et d’asphaltage de la route Kasindi-Beni-Butembo. Dans le secteur opérationnel de l’Ituri, les Forces Armées de la République Démocratique du Congo procèdent au renforcement des dispositifs et mènent des actions de fixation et d’attaque contre tous les inciviques armés jusqu’à leur capitulation. En territoires d’Uvira et de Mwenga, dans le secteur opérationnel Sukola II Sud Sud-Kivu, les patrouilles de combat se poursuivent dans la zone après l’arrestation, la semaine passée, au poste frontalier de Kavinvira, de Benjamin Kisokeranio, l’un des dirigeants chargés des finances, des renseignements et des approvisionnements des terroristes ADF.

Il se promenait sous une fausse identité avec un faux passeport au nom de Kasereka Kilalo Jimmy. Il a été acheminé à Bukavu avant son transfèrement à Kinshasa. Cette arrestation constitue une étape importante dans la recherche des informations sur les sources de financements et d’approvisionnement de ce mouvement terroriste.

II.3. Évolution de la situation de l’épidémie à Covid-19

En ce qui concerne la situation épidémiologique, le Ministre de la Santé Publique, Hygiène et Prévention a présenté les dernières données consolidées dont le cumul est de plus de 84 401 cas confirmés et 2 probables, 1 295 décès, soit une létalité de 1,5%. Il a souligné que la mortalité due au Coronavirus demeure stable dans notre pays malgré l’augmentation du taux d’infections au cours de cette quatrième vague alimentée principalement par le variant Omicron.

La vaccination anti-Covid-19, la distanciation sociale et le port correct des masques restent la ligne de défense prédominante pour lutter efficacement contre la propagation du virus.

Quant aux actions prioritaires en cours, il a précisé qu’elles visent, pour le

Gouvernement, à : (i) augmenter l’offre des services de vaccination contre la Covid-19 sur toute l’étendue du pays par la mise en place progressive des vaccinodromes et vaccination aux différents points d’entrée du pays ; (ii) améliorer la gestion des vaccins contre la Covid-19 à tous les niveaux ;

(iii) améliorer la notification et la prise en charge des Manifestations Adverses Post Immunisations (MAPI).

Avant de clore son intervention, le Ministre de la Santé Publique, Hygiène et

Prévention a annoncé au Conseil la signature, le 20 janvier 2022, du Protocole d’accord entre le banc syndical des professionnels et administratifs des services publics de l’Etat de son secteur et le Gouvernement. Cet acte a sanctionné la fin de la grève des personnels de santé non-médecins débutée le 2 août 2021.

II.4. Rapport sur l’état d’avancement des projets d’entretien et de construction de la voirie dans la ville de Kinshasa Zéro Trou

Conformément aux instructions du Président de la République, le Ministre d’Etat, Ministre des Infrastructures et Travaux Publics, a été chargé de présenter à chaque réunion du Conseil des Ministres l’état d’avancement des projets d’infrastructures notamment le « Projet Kinshasa Zéro Trou ». Ce projet vise la réhabilitation de 86 kilomètres des chaussées ciblées présentant des fortes dégradations dans différentes sections sur l’ensemble des quatre districts de la ville de Kinshasa. Le Programme couvre 49 artères dont 24 sont prises en charge dans la première phase en cours.

L’objectif final de ce projet vise à améliorer les conditions de circulation automobile à Kinshasa. A ce jour, plus de trois mois après son lancement, la mise en œuvre est jugée satisfaisante. Car, il évolue en conformité avec la mise à disposition des ressources financières.

En ce qui concerne le « Projet Tshilejelu », l’état d’avancement des travaux indique ce qui suit :

- Pour la ville de Kinshasa, les travaux de réhabilitation de 39,72 kilomètres de routes évoluent bien grâce au décaissement des fonds prévus qui a atteint près de 28% du total.

Au regard du temps contractuel imparti, la réalisation de ce projet est à 25% sur la voie de la réussite ;

- Pour les villes de Mbuji-Mayi et Kananga, le niveau d’exécution des travaux respectivement sur 25,36 kilomètres et 35 kilomètres de voiries est faible et connaît un retard par rapport à la durée impartie. Cela est dû, entre autres, à une faiblesse de planification et aux difficultés d’approvisionnement connues du Grand Kasaï par les entreprises concernées.

Un train de mesures correctives a été pris en collaboration avec les parties prenantes en intégrant le démarrage des travaux dans les autres provinces de l’espace Grand Kasaï, afin de ramener le projet sur un chemin critique qui devrait permettre de respecter les délais contractuels fixés.

Le Conseil a pris acte de ce Rapport.

II.5. Rapport sur les préparatifs des neuvièmes Jeux de la Francophonie

Le Ministre de l’Intégration Régionale a présenté, consécutivement à la recommandation du Président de la République faite lors de la précédente réunion du Conseil des Ministres, le Rapport sur l’état d’avancement des préparatifs des Jeux de la Francophonie à Kinshasa.

Il a indiqué avoir pris part, avec le Directeur National des Jeux, à une réunion d’orientation présidée par le Premier Ministre afin de préparer la réunion du Comité de pilotage. Cette dernière s’est tenue le 20 janvier 2022.

Le Rapport indique qu’en ce qui concerne les infrastructures, il a été constaté et reconnu que les fonds ont déjà été décaissés pour le village de la Francophonie au bénéfice d’une société qui va fournir les maisons préfabriquées. Toutefois, le Plan B retenu prévoit que le Campus de l’Université de Kinshasa, dont les homes des étudiants ont été totalement réhabilités, soit mis à contribution au cas où les maisons préfabriquées arriveraient en retard. L’équivalent d’un montant de 26 millions d’euros a été mis à la disposition du Comité National pour l’organisation des Jeux. Un budget complémentaire est en cours d’élaboration au niveau de la Direction Nationale des Jeux, et il sera validé par le Comité de Pilotage avant d’être envoyé au Ministère des Finances pour exécution.

Réitérant la ferme volonté du Président de la République d’offrir aux jeunes francophones un événement historique, le Ministre de l’Intégration Régionale a précisé qu’il a chargé la Direction Nationale des Jeux et le Secrétariat Permanent de préparer un calendrier d’activités devant permettre une évaluation hebdomadaire sur l’état d’avancement des travaux liés aux préparatifs desdits Jeux.

Le Conseil a pris acte de cette Note d’information.

II.6. Stratégie de communication gouvernementale en 2022

Le Ministre de la Communication et Médias a présenté au Conseil les grandes lignes de la stratégie de communication gouvernementale en 2022.

Partant des efforts déployés en 2021 pour marquer la différence et communiquer de manière régulière et transparente sur ce qu’ont été les réalisations du Gouvernement notamment à travers le programme des briefings, il sera question, en 2022, de privilégier une communication de proximité et une visibilité des actions et réalisations des Ministères sur terrain.

Il a plaidé pour l’adaptation des structures de communication des différents Ministères aux impératifs technologiques de l’heure. L’implémentation de la Charte graphique et du Portail numérique de laRépublique va concrétiser l’uniformisation de l’identité visuelle etl’harmonisation des canaux de communication gouvernementale avec unetouche de modernité. Allusion faite aux cartes de visite, papiers en-tête, sites web officiels, comptes Twitter ou Facebook, etc. Parlant de la RTNC, le Ministre de la Communication et Médias a annoncél’élaboration en cours d’une nouvelle Grille des Programmes plus souple etadaptée au contexte du changement de narratif. Son entrée en vigueur, a-t-ilindiqué, coïncidera avec l’implémentation du nouveau logo pour lequel toute ladéclinaison de la charte graphique est prête.

Entre-temps, le projet d’investissement en vue d’acquérir les équipements modernes pour améliorer notamment la qualité du signal, passant de l’analogique à l’ultra haute définition, a déjà été soumis au Gouvernement. La perception de la redevance audiovisuelle qui sera rendue plus effective cette année et permettra à la RTNC de dégager plus de ressources pour mieux financer ses activités et renforcer son autonomie financière conformément à la loi. Le Ministre de la Communication et Médias a insisté sur la nécessité pour les membres du Gouvernement de travailler en synergie et dans la cohésion pour s’assurer une communication gouvernementale structurée, intégrée et efficace. Il a annoncé la tenue du 25 au 28 janvier prochain des états généraux de la communication et des médias qui visent la refondation de l’écosystème du secteur de la presse et de la communication.

Le Conseil des Ministres a pris acte de cette note d’information.

III. APPROBATION D’UN RELEVE DES DECISIONS DU CONSEIL

DES MINISTRES

Le Conseil des Ministres a adopté le relevé des décisions prises lors de sa trente-sixième réunion tenue le vendredi 14 janvier 2022.

Commencée à 11h46, la réunion du Conseil des Ministres a pris fin à 16h03.

Patrick MUYAYA KATEMBWE

Ministre de la Communication et Médias

Porte-parole du Gouvernement

C’est une messe pas comme les autres à laquelle Jean-Michel Sama Lukonde, Premier Ministre, a assisté ce samedi 22 janvier 2022, à la Cathédrale Notre Dame du Congo. Elle a été dite par l’Archevêque métropolitain de Kinshasa, le Cardinal Fridolin Ambongo en faveur de  Monsieur l’Abbé Donatien N’shole, Secrétaire Général de la Conférence Episcopale Nationale du Congo, CENCO en sigle, élevé au rang de Monseigneur et Chapelain de sa Sainteté le Pape François.

Elevé à ce titre honorifique depuis le 10 octobre  2021, c’est ce samedi que cette nomination a été officiellement signifiée à Monseigneur Donatien N’shole par le Cardinal Ambongo, qui l’a présenté à la communauté ecclésiastique, aux fidèles, aux officiels et au peuple congolais dans son ensemble, en le revêtant d’insignes extérieurs, entre autres, des vêtements sacrés liés à son nouveau rang.

Dans son homélie tirée, entre autres, de l’épître aux Éphésiens dans son chapitre 6, le Cardinal Ambongo a invité l’assistance et le peuple de Dieu en général à revêtir l’armure spirituelle pour vaincre le mensonge et mettre fin à toute injustice.

Et il a également promis à l’heureux promu tout son accompagnement dans l’accomplissement de cette charge lui confiée, qui n’est pas la moindre.

A en croire  l’officiant du jour, ce choix signifie que l’action de l’Eglise Catholique à travers la CENCO, pour une société plus juste en RDC, est reconnue par le Pape. En lui conférant ce titre, a-t-il lancé : « le Pape reconnaît et salue les services que Monseigneur Donatien N’shole rend à l’Eglise et à la société congolaise par son combat pour un Congo libre et plus beau qu’avant ».

Peter Ngoyi

Le Comité de pilotage stratégique du projet de développement à la base de 145 territoires s’est réuni, pour la toute première fois, autour du Premier Ministre Jean-Michel Sama Lukonde, ce mercredi 19 janvier 2022, à l’hôtel du Gouvernement. Cette  réunion intervient après les deux précédentes réunions du comité de pilotage politique présidées par le Chef de l’Etat. S’exprimant à la presse, le Porte-parole du Gouvernement a indiqué que cette réunion est consécutive aux deux premières réunions du comité de pilotage politique tenues la semaine dernière sous la présidence de Félix Tshisekedi, Chef de l’Etat, qui tient à la matérialisation de ce projet dans un temps record.

“Il était normal de tenir cette réunion du comité stratégique, après avoir reçu les orientations du Président de la République, pour voir dans quelle mesure mettre en œuvre ce projet, voir dans quelle mesure vont se dérouler les travaux”, a déclaré Patrick Muyaya.

A l’en croire, il y aura des réunions qui vont se tenir au niveau du comité de pilotage opérationnel qui,  à son tour, versera les données ou propositions au comité de pilotage stratégique avant la prochaine réunion avec le comité politique autour du Chef de l’État. Le souci étant de réaliser ce projet dans un bref délai.

Il y a lieu de signaler que le comité de pilotage stratégique s’occupe de la mise en œuvre du projet de développement à la base de 145 territoires, et il s’agissait ce jour de sa toute première réunion à laquelle ont pris part quelques membres du Gouvernement, notamment les Ministres d’Etat en charge du Plan,  du Budget et celui de l’Aménagement du Territoire, les Ministres des Finances, de la Santé, de la Formation professionnelle et celui des Ressources hydrauliques.

Les choses se précisent de plus en plus pour la mise en œuvre de cet important projet qui va déclencher le développement de la RDC à partir de la base.

Peter Ngoyi

Statistiques

20397992
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
16744
14826
47336
20243724
342912
417873
20397992

Your IP: 54.173.214.227
2022-01-25 20:55

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg