Flash

BAN2

 

*’’La DYSOC invite le peuple congolais à rester vigilant et mobiliser comme en 2015, pour barrer la route à l’entérinement de M.  Denis KADIMA à la tête de la CENI et faire échec à l’imposture’’. Telle est la principale annonce de Jean-Pierre Lisanga Bonganga qui, au nom de la Dysoc, promet de tout faire pour que le consensus tant réclamé par les deux principales églises, aujourd’hui presque marginalisées, puisse s’imposer sur l’agora politique.

République Démocratique du Congo Dynamique pour une sortie de crise, Dysoc

JOUR J - 749 JOURS

(Conformément à l’article 73 de la Constitution)

DECLARATION POLITIQUE

Après la réforme unilatérale et partisane de la loi portant organisation et fonctionnement de la CENI, imposée par le pouvoir en place, le processus électoral devant conduire à la tenue des élections générales crédibles et apaisées en 2023, est actuellement suspendu, à la désignation consensuelle du Président de la centrale électorale, par la Plateforme Confessions religieuses, telle que prévu par la loi.

A ce jour, le Président de l’Assemblée Nationale, Honorable Christophe MBOSO téléguidé, s’arroge des pouvoirs exorbitants d’un droit atypique, d’accorder des délais dilatoires, aux confessions religieuses, pour trouver un consensus, mais, en plantant à l’avance le décor de son échec, qu’il voudrait imputer aux églises catholique et protestante clairvoyantes, alors qu’ils sont lui et le pouvoir en place, les véritables tireurs des ficelles du blocage.

A cet effet, la DYSOC rappelle qu’en considération du poids démographique lié au nombre des fidèles des huit confessions religieuses ici concernées dans notre pays, de l’impact social sur toute l’étendue du territoire national, de l’expertise avérée, du déploiement des observateurs sur terrain, lors des opérations électorales et du suivi du processus électoral ainsi que de la neutralité incontestable vis-à-vis des acteurs politiques, seules les églises catholiques et protestantes réunissent les éléments objectifs d’appréciation sus évoqués.

Elles sont dès lors, les seules confessions religieuses qualifiées, pour présenter ou proposer un candidat au poste de président de la CENI.

Pour la DYSOC, les autres confessions religieuses ne réunissent pas ces éléments objectifs d’appréciation. S’agissant de la candidature de monsieur Denis KADIMA portée par l’église Kimbanguiste, la DYSOC estime, non seulement qu’elle ne réunit pas les éléments ci-haut indiqués, mais, bien plus, selon sa doctrine, expressément rappelée, à maintes reprises, par son Chef Spirituel et Représentant légal, l’église Kimbanguiste ne peut jamais aller à l’encontre du pouvoir établi.

Ainsi, tout candidat proposé par elle, ne peut qu’être un candidat du pouvoir en place. Accepter un tel candidat, c’est remettre en cause le caractère indépendant de la CENI. Par conséquent, la transparence et la crédibilité des résultats des élections seront forcément sujettes à caution.

C’est dans le même ordre d’idées que la DYSOC déplore, l’ingérence à outrance et l’activisme outrageant de certains Chefs de mission diplomatique dans ce processus qui relève de la souveraineté nationale, comme si notre pays est placé sous tutelle de certaines puissances étrangères.

Par ailleurs, il revient à la DYSOC que l’état de siège proclamé dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri est en réalité un état de piège dont le principal objectif vise la balkanisation de notre pays au travers notamment,   la non-organisation des prochaines élections dans ces deux provinces.

De ce qui précède, tout passage en force pour la désignation du Président de la CENI sans consensus risque de mettre le pays à feu et à sang, situation dont le Président MBOSO porterait seul la responsabilité devant l’histoire.

Enfin, la DYSOC invite le peuple congolais à rester vigilant et mobiliser comme en 2015, pour barrer la route à l’entérinement de monsieur Denis KADIMA à la tête de la CENI et faire échec à l’imposture. « On peut tout nous empêcher sauf nous interdire de réfléchir».

Fait à Kinshasa, le 2 octobre 2021

Jean Pierre LISANGA BONGANGA

Coordonnateur de la DYSOC

Président National de la Convention Chrétienne pour la Démocratie

Pin It

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout