Flash

La vie ne tient qu’à un fil. Si l’on ne prend pas conscience, l’assassin redoutable qu’est la pandémie mondiale de COVID-19 pourrait, certainement, remporter cette bataille à laquelle tous les Chefs d’Etats se livrent corps et âmes, en prenant des mesures salvatrices et en multipliant des messages de sensibilisation pour déjouer finalement tous les stratagèmes de cette maladie.

A longueur de journées, alors que les congolais étaient déterminés à aller jusqu’au bout de leurs propres choix, lors des joutes électorales du 30 décembre 2018, que n’a-t-on pas entendu dire ? Des discours dithyrambiques, des déclarations mielleuses, des prises de bec et sorties tapageuses.

Je suis, avec délectation, le débat juridique autour de l’opportunité de convoquer un Congrès devant statuer sur les modalités d'application des mesures d'urgence sanitaire censées accompagner l'Etat d'urgence sanitaire décrété le 19 mars dernier par le Président de la République pour combattre le Covid-19. Après avoir écouté les avis des experts, je me permets, en toute humilité, d’émettre mon point de vue, sans prétention aucune de se substituer aux praticiens du droit.

La vérité, c’est ce dont les juges du Parquet général près la Cour d’appel de Kinshasa/Matete recherchent tant afin de faire toute lumière sur la gestion des fonds alloués aux travaux d’infrastructures et logements sociaux du programme de 100 jours du Chef de l’Etat. Dans l’opinion publique, ce vaste programme initié par Félix Tshisekedi, sous la supervision bien sûr de son Directeur de Cabinet, Vital Kamerhe, actuellement sous MAP à Makala, n’aura été qu’un véritable fiasco !

Il se tiendra ou ne se tiendra pas ? Telle est l’interrogation qui taraude l’esprit de tous ceux qui suivent de près l’actualité du pays. La convocation du Congrès telle qu’elle a été déjà signalée la semaine dernière par les deux présidents de deux Chambres sœurs du parlement, son annonce aura eu le seul mérite de transformer, en un seul coup, tout utilisateur des réseaux sociaux en expert en Droit Constitutionnel.

Qui l’eût cru ? Incroyable mais vrai. La justice vient d’ordonner la détention provisoire de Vital Kamerhe. Ce Directeur de Cabinet du Président Félix Tshisekedi est mis sous mandat d’arrêt provisoire et conduit, depuis hier soir, à la prison de Makala. Est-ce la fin des intouchables ? Est-ce la fin du tandem FATSHIVIT ? Est-une descente aux enfers de VK? Autant des questions sans réponse.

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout