Flash

Ils ont, pourtant, des charges publiques dont les bornes sont bien fixées par la Constitution et les lois du pays. L’un, c’est l’Exécutif. Tandis l’autre, c’est le judiciaire.

Ngobila, le ‘’confineur’’ de la Gombe, est devant le choix cornélien. Epargner les kinois des affres de Covid-19. Et, laissez, en même temps, tourner le centre des affaires, pour ne pas exposer ‘’ses administrés, à la sentence de la fin due à la faim avant que la pandémie n’en arrive à en lancer ses projectiles vers l’œsophage, dans l’axe du pharynx à l’hypothalamus.

Il appert que tous les ingrédients ont été mélangés pour bouter hors du territoire national cet ‘’intrus’’ du COVID-19, dont le seul mérite aura été de bousculer, dans un temps record, nos us et coutumes, nos économies déjà moribondes, jusqu’à perturber nos foyers, nos ambitions et nos projets dans presque tous les secteurs de la vie.

Kinshasa n’est pas Paris. Kinshasa n’est pas New York. Tout comme qui dirait, rien ne doit être pris au hasard. Certes, Covid-19 sévit à travers le monde avec la même acuité. Mais, les méthodes et mesures adoptées pour y résister ne sont pas forcément les mêmes.

A la faveur de l’alternance, c’est en vain que Félix Tshisekedi aura prêché dans le désert. Car, en effet, juste autour de lui, il se trouvait que l’un des alliés, si pas l’élément principal de la coalition Cach, est aujourd’hui pris dans un étau qui se resserre chaque jour davantage.

Lors de l’audience générale de ce mercredi 15 avril 2020, tenue dans la bibliothèque du Palais apostolique, le Pape François est revenu sur le sens de la septième béatitude : «Heureux les artisans de paix, ils seront appelés fils de Dieu» (Mt 5, 9). Il a expliqué que la paix du Christ est le fruit de sa mort et de sa résurrection, et qu’œuvrer pour la paix impose de chercher des «voies toujours nouvelles pour aimer».

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout