Flash

L’état d’urgence sanitaire, les gestes barrières, le confinement ou déconfinement, ne représentent-ils que des vains mots aux yeux des Kinoises et Kinois ? Car, hormis la commune de la Gombe dont l’autorité urbaine a annoncé le déconfinement progressif, la population vaque à ses occupations comme si de rien n’était, au point de se demander si le Coronavirus n’a pas encore fait son entrée dans la capitale congolaise.

Au sommet de l’Etat, les querelles se multiplient. Alors qu’on attend l’ouverture du procès, le 11 mai prochain, de Vital Kamerhe, voici qu’un nouveau feuilleton se déroule.

Tribalisme, détournement de deniers publics, corruption généralisée, justice à deux vitesses, ces maux rongent profondément la République démocratique du Congo depuis près de 60 ans, jusqu’au point d’affaisser finalement son élévation dans le concert des grandes nations africaines. En parlant de la justice, aujourd’hui, mieux qu’hier, elle prend une nouvelle allure.

La loi est dure. Mais, c’est la loi, dit-on. L’homme ira en procès. Vital Kamerhe, le Directeur de cabinet et Leader de l’UNC, et deux des ses co-accusés seront devant les juges, le 11 mai prochain.

En RD Congo, fort malheureusement, nonobstant le Covid-19, quelques territoires se trouvent toujours en proie à des troubles récurrents. Ces incidents qui arrivent au mauvais moment, ne font que rajouter, une fois de plus, une série de mauvaises nouvelles qui ne cesse de s’abattre sur le Congo démocratique. La semaine qui vienne de s’achever aura été très sanguinaire.

Les plus lus