Flash

BAN2

 

Techniquement, ils n’avaient aucune excuse à présenter à la face du monde. Le travail,  rien que le travail, le seul contrat qui les lie au peuple congolais. Autrefois, l’on avait assez perdu du temps par des conciliabules politiques qui, au final, n’auront rien produit comme résultats. Six mois après leur investiture, ces warriors sont-ils à la hauteur des attentes ? Quid de la situation socio-économique  générale du pays ?  Mystère. Néanmoins, en parlant des finances, hier, au palais du peuple, Aimé Boji et son collègue du Gouvernement Sama, Nicolas Kazadi, pour ne pas le citer, ont procédé, à tour de rôle, à la présentation du projet de loi des finances de l’exercice 2021 et le projet de loi sur la reddition des comptes de l’exercice 2020.

Alors que certains secteurs de la vie sociale du pays sont rouges et  peinent à décoller à l’instar de la gratuité de l’enseignement doublée des grèves des infirmiers et des autres corps çà et là, l’un des membres du Gouvernement a lâché, pince-sans-rire, qu’il y a eu une amélioration des recettes. Comme qui dirait, cette loi a pris en compte de nouvelles orientations du Programme d’Actions du Gouvernement, investi le 26 avril dernier par la Chambre basse du parlement.  Elle contient un budget présenté en équilibre, en recettes et en dépenses, chiffré à 16.621,6 milliards de Francs Congolais équivalant à 8,3 milliards de dollars américains, dégageant un taux d’accroissement de 13,7% par rapport au budget initial chiffré à 14.620, 5 milliards de Francs Congolais. Visiblement, cette amélioration chiffrée n’a eu cependant, aucun impact direct et positif sur les conditions des vies des congolais. Etant donné que le chômage persiste, la pauvreté s’accroit  et la famine généralisée perdure, quoi de plus normal pour beaucoup des congolais, de chercher à jouer au DV lottery avec l’optique de s’exiler ailleurs sans pourtant mesurer certains paramètres de la vie.

Le peuple ne jugera qu’au résultat. Après l’augmentation du budget, il revient au gouvernement Sama d’améliorer les conditions des vies des congolais.  De loin ou de près, les millions des congolais dépités par l’inaction de ses dirigeants d’antan, observent minutieusement et espèrent à un changement d’avec l’ancien système de triste mémoire,  qui a été incarné par la médiocrité et par  l’absence totale d’une vision commune capable de redresser la RDC.  L’on ne veut plus entendre des excuses ou des justifications superfétatoires  qui peuvent nous éloigner de l’objectif voulu.  Plus d’excuse, le peuple ne jura  qu’au résultat.

La Pros.  

Pin It

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout