Flash

BAN2

 

Enfin, l’Assemblée nationale a validé le travail de la commission mixte-paritaire dite ’’Commission Mbata’’. Hormis trois postes à pourvoir, le Président Denis Kadima et onze de ses collaboratives ont été entérinés par la plénière de samedi 16 octobre 2021. Comme on pouvait s’y attendre, des réactions ont fusé de partout. Côté majorité au pouvoir, c’est le dénouement d’un dossier qui était bloqué pour des intérêts personnels de quelques individus. Pour les autres, il s’agit d’un mauvais départ. Qui, plus est, rappelle les vieilles méthodes décriées jadis, à savoir : le débauchage, l’intimidation, la corruption. Comme qui dirait, le mal zaïrois décrié par Mobutu vers les années 1970 et rappelé par le Professeur Mukoko Samba dans une publication récemment porté sur le fonts baptismaux, a la peau dure. On a beau crié au changement de régime, des personnes, mais le véhicule de ‘‘ Ya Mungul’’ reste le même, avec ses pannes. Les mêmes vocabulaires reviennent, forcing, corruption, débauchage, phénomène dédoublement, etc. Toutefois, une chose est d’accuser, une autre est de prouver. Sinon il s’agit tout simplement des allégations. 

Qu’à cela ne tienne, il va falloir avancer, l’impératif du respect du délai  constitutionnel de convocation du corps électoral et de la tenue des scrutins s’impose à tous. A en croire l’argentier national, le Gouvernement n’attend que l’entérinement des membres du bureau de la CENI pour mettre les moyens à la disposition de la CENI, étant donné que le Président de la République tient mordicus au respect du délai constitutionnel. Oui les moyens sont là. Pas question d’attendre les bailleurs des fonds.  

Reste qu’à encourager le Président de la République à signer l’ordonnance d’investiture pour mettre Denis Kadima et son équipe au travail.

Aux catholiques, protestants, opposants et même les voix discordants au sein de l’USN, il leur revient de mettre des mécanismes à même de surveiller le processus électoral. Surtout s’ils estiment qu’un vaste complot électoral se prépare, ils n’ont qu’à se préparer en conséquence pour contrer ce processus.

C’est maintenant qu’il faut préparer les élections ; c’est maintenant où jamais.

La Pros.    

Pin It

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout