Flash

BAN2

 

RAM, lame, Rame, larme, halte à la confusion !  RAM n’est rien d’autre qu’une taxe sur le Registre des appareils mobiles. Aujourd’hui mieux qu’hier, sa légalité est remise fortement en question. Les Députés nationaux l’ont fait savoir à Augustin Kibassa Maliba, Ministre des PTNTIC lors de son passage dans la salle de Congrès du Palais du peuple devant la représentation nationale. Parlant de la taxe RAM, mort dans l’âme, le ministre des PT-NTIC se disant choqué face aux accusations des élus du peuple, n’a plus jamais remis ses pieds au temple de la démocratie pour rencontrer, comme convenu, 48 heures après son audition, les desideratas des Honorables Députés. La plénière consacrée à cet examen a été renvoyé sine die, sans aucune raison valable, laissant ainsi les populations dans un flou quasi-total, une incertitude criante quant au dénouement de ce dossier qui met en difficulté la mouvance  présidentielle. 

D’aussi loin que l’on se souvienne, il était plus que temps pour une frange de députés de passer de parole à l’action. Car, cette affaire n’a jamais autant fait couler d’encres et salives dans le chef des populations. Pour le Député national Claudel-André Lubaya, Président national de l’UDA Originelle, toutes les explications du monde ne suffiront pas pour justifier le maintien de RAM dont la suppression pure et simple est essentielle pour rétablir la confiance. «C’est l’occasion pour nous Union Sacrée d’éviter de ramer à contre-courant des attentes citoyennes», prévenait-il. Il aurait fallu quelques heures avant que les Députés nationaux du FCC fidèles à Joseph Kabila puissent déposer la lettre de transmission de la motion de défiance contre le Ministre des PT-NTIC, Augustin Kibassa.

Cette motion, d’après son initiateur, est motivée par l’intérêt supérieur du peuple qui est le socle du contrat qui unit les Députés à ce dernier. Kibassa va-t-il tomber ? Sera-t-il sauver de justesse par la majorité de l’Union Sacrée de la Nation ? Que fera le Bureau Mboso ? D’aucuns s’interrogent. Néanmoins, d’après certaines indiscrétions, les réunions se multiplient entre sociétaires de l’USN pour tenter de réfléchir sur comment ils pourraient sauver Augustin Kibassa. Celui-ci est-il vraiment responsable, quand on sait que la taxe RAM est gérée par la présidence à travers l’ARPTC, et non par le Ministre ? Qui contentera de sauver l’âme du peuple meurtrie par le retrait à répétition des unités téléphoniques ? Quoi que l’on puisse dire, quoi que l’on puisse faire ? A travers la gestion de ce dossier, l’on saura un peu plus sur qui sont véritablement du côté du ‘’peuple d’abord’’. RAM, mort dans l’âme, Kibassa reste sur un siège éjectable.

La Pros.

Pin It

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout